Les Russes avaient-ils leurs propres dirigeables pendant la Première Guerre mondiale?

Bien que la flotte de dirigeables de l'Empire russe ait figuré parmi les plus grandes du monde pendant la Première Guerre mondiale, elle n'a pas réussi à égaler celle de l'Allemagne en termes de performance.

Presque toutes les grandes puissances à la fin du XIXe et au début du XXe siècle considéraient les dirigeables militaires comme une nouvelle arme puissante pouvant jouer un rôle décisif durant la guerre du futur. Cependant, l'opinion militaire russe n'était pas unanime à ce sujet. Certains estimaient que le pays devrait privilégier le développement de sa propre flotte d'avions. En conséquence, à la veille de la Première Guerre mondiale, la Russie avait créé la plus grande force aérienne du monde de 263 avions, mais était loin derrière d'autres pays en termes de construction de dirigeables.

La direction militaire russe a commencé à prendre au sérieux la construction de dirigeables quelques années avant le début de la Grande Guerre. Le premier dirigeable militaire russe Outchebni (Entraînement) a été construit en 1908 et avait pour but de former des équipages pour de futurs dirigeables et avions.

La plupart des dirigeables russes ont été achetés à l'étranger ou construits dans des pays étrangers à la demande de la Russie. Entre autres, le dirigeable russe Grif était à l'origine un PL7 Parseval-Luftschiff allemand, et le Tchaïka (Mouette) et les Korchoune (Milan) étaient des dirigeables Zodiac IX français. Quatre dirigeables Tchernomor destinés à la flotte de la mer Noire ont été achetés au Royaume-Uni, où ils étaient connus sous le nom de Coastal.

En 1909, la Russie a passé sa première commande pour la construction d'un dirigeable à l'étranger. Le Lebed (Cygne), conçu par des ingénieurs français, était en fait une copie carbone de leur dirigeable La République.

Le premier dirigeable Krechet (Gerfaut) adopté par l'armée russe fut cependant construit sur le territoire de l'Empire russe. Pourtant, il a été réalisé d’après le Patrie français.

Tous les dirigeables n'ont pas été conçus à des fins militaires. Le Kiev, un appareil privé, a été le premier dirigeable russe conçu pour le transport civil. En 1911, il a effectué 150 vols et transporté plus de 200 passagers. Le Kiev s'est écrasé et a brûlé le 29 août 1912.

Parfois, les dirigeables russes établissaient des records du monde. Le 20 août 1912, le Yastreb (Faucon) s’est élevé à 1800 mètres, ce qui était un record absolu pour les dirigeables légers de l'époque.

Lorsque la Première Guerre mondiale a éclaté, l'Empire russe possédait une flotte importante de 14 dirigeables, mais la plupart d'entre eux étaient obsolètes et ne pouvaient pas rivaliser avec les dirigeables allemand Zeppelin et Schütte-Lanz.

Malgré le fait que certains dirigeables étaient armés de mitrailleuses Maxim et Madsen, le commandement russe n'avait pas l'intention de les utiliser pour une guerre active. La tâche principale des dirigeables était de mener des missions de reconnaissance.

Néanmoins, des tentatives d'utilisation des dirigeables dans les opérations de combat ont été entreprises pendant la guerre. Cependant, la seule mission de combat réussie fut réalisée par le dirigeable Astra, qui bombarda la gare de Lyck dans le nord-est de la Pologne en 1915. A titre de comparaison, les dirigeables allemands réalisèrent plus de 230 bombardements de flottes, troupes, aérodromes et villes ennemis pendant toute la guerre. L'Astra a réussi à survivre à la Première Guerre mondiale et à la guerre civile en Russie et a rejoint l'armée de l'air soviétique sous le nom d’Étoile rouge en 1920.

Le plus grand dirigeable de l'Empire russe a été construit en 1915. Cependant, le Gigant (Géant) de 150 mètres de long s'est écrasé lors de son premier vol d'essai. Un autre projet similaire, Vozdouchni Kreïsser (Croiseur aérien), destiné à rivaliser avec les principaux dirigeables allemands en termes de caractéristiques techniques et de combat, n'a jamais vu le jour.

Pourquoi la flotte maritime spatiale de l'URSS a-t-elle disparu ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies