Du néant à la Super Série: gloire et chute du hockey sur glace soviétique en photos

Getty Images
En huit ans seulement, les Soviétiques ont bâti une équipe de hockey si redoutée que ses rivaux l’appelaient sinistrement la «Machine rouge».

Les Russes ne savaient rien du hockey sur glace jusqu'en 1946. Le bandy était le sport en vogue dans le pays à l'époque. Le hockey sur glace gagnait en popularité au niveau international en raison de son apparition aux Jeux olympiques et les fonctionnaires soviétiques des sports ont chargé un bureaucrate, Sergueï Savine, de mener à bien une tâche surprenante : étudier ce jeu inconnu et comprendre s’il avait un potentiel. Savine s'est rendu en Lettonie où il a obtenu des patins de glace fabriqués au Canada, une crosse, un palet et un ensemble de règles de hockey publiées en letton.

Le hockey devait être testé en public pour voir si les Russes appréciaient ce nouveau sport. Après la fin d'un match de bandy tenu en novembre 1946 au Parc Petrovski à Moscou, les spectateurs sont restés sur leurs sièges. Les organisateurs leur avaient promis un nouveau spectacle curieux : un match de hockey sur glace. Les deux équipes étaient constituées d'étudiants qui pouvaient à peine manipuler leurs crosses.

Lire aussi : Miracle sur glace: résultats des athlètes olympiques de Russie aux JO d'hiver 2018

Les premiers matchs officiels de hockey sur glace ont eu lieu le 22 décembre 1946.

Le club de hockey sur glace Dynamo de Moscou est devenu le premier champion de Russie de hockey sur glace en 1947.

Voici la toute première équipe nationale de hockey sur glace soviétique. En 1954, huit ans après seulement le premier match entre deux équipes d'étudiants amateurs, les athlètes soviétiques ont fait leurs débuts aux Championnats du monde de 1954 à Stockholm et ont remporté l'or en battant le Canada à la surprise générale.

L'équipe inconnue composée de novices du hockey sur glace a battu les champions incontestés avec un score impressionnant de 7 à 2.

La victoire du 7 mars 1954 marque le début de la rivalité légendaire entre le Canada et l'URSS.

La rivalité dans le domaine du hockey entre l'Union soviétique et le Canada a atteint son apogée en septembre 1972, lorsque la célèbre Série Sommet, alias Super Série, composée de huit matchs, a été organisée au beau milieu de la guerre froide.

Les Canadiens ont décroché la victoire quatre à trois avec un match nul. Paul Henderson a marqué alors qu’il ne restait que 34 secondes avant la fin du match. Une rivalité et une tension sans précédent ont poussé chaque joueur des deux camps à ses limites.

Lire aussi : De la chute au Championnat d’Europe: l’histoire du football soviétique en images

Malgré cette défaite étroite, les Soviétiques se sont battus pour obtenir la domination ultime lors de nombreux autres championnats tenus durant les années qui ont suivi la Super Série. Ici, les joueurs soviétiques Valery Kharlamov, Vladimir Petrov, Boris Mikhailov.

Sous la houlette du légendaire entraîneur Victor Tikhonov, l'équipe nationale soviétique a remporté 22 médailles d'or au cours d’une série de championnats du monde qui ont duré de 1954 à 1990 et 7 médailles d'or lors de différents Jeux olympiques entre 1956 et 1988. Tikhonov a cependant été fortement critiqué pour ses méthodes de formation rigoureuses, presque militaires.

La compétition féroce entre les équipes nationales canadienne et soviétique a transformé leurs joueurs en superstars. Vladislav Tretiak, gardien de but de l'équipe, est devenu une star mondialement connue. Le gouvernement soviétique a bloqué une tentative de l’équipe de LNH de Montréal d’attirer Tretiak dans ses rangs en 1983. Tretiak est maintenant député de la Douma d'État russe.

Lire aussi : 

Mike Eruzione, un capitaine qui a mené l'équipe nationale américaine à la victoire contre l'équipe d'URSS aux Jeux olympiques d'hiver de 1980, a déclaré que les Soviétiques ne souriaient jamais, même quand ils marquaient. « Ils étaient comme des robots », a déclaré Eruzione. Ce surnom douteux a d'abord offensé certains des joueurs, mais plus tard, il est devenu une marque de renommée mondiale.

L'équipe nationale américaine a vaincu la fameuse « Machine rouge » soviétique aux Jeux olympiques d'hiver de 1980 à Lake Placid, New York. La victoire a été surnommée le « miracle sur glace ».

L'équipe nationale soviétique a cessé d'exister avec l'URSS. L'équipe nationale russe est le successeur officiel de la célèbre « Machine rouge ». Les athlètes olympiques de Russie représentés par un drapeau neutre et dirigés par l'entraîneur Oleg Znarok ont ​​remporté l'or aux Jeux olympiques de 2018 à Pyeongchang, en Corée du Sud.

Alors qu'approche de la Coupe du Monde de la FIFA, Russie 2018™, revenons sur l’histoire du ballon rond dans le pays. Russia Beyond se souvient de l'un des meilleurs gardiens du monde, Lev Yashin, dans cette autre publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

This website uses cookies. Click here to find out more.

Accept cookies