«Servir à la place d'un autre»: comment était organisée l'armée russe d'autrefois

Musée russe
Dans l'armée russe, il était possible, pour de l'argent, d'envoyer une autre personne servir à sa place. Sous le règne du tsar Nicolas Ier, la possibilité de servir à la place des autres a été légiférée de manière scrupuleuse, cherchant à donner une nouvelle vie au système de « recrutement ». Cependant, ces tentatives ont échoué, et au XIXe siècle, la Russie est passée au service militaire universel après plus de 150 ans de recrutement.

Depuis l'époque de Pierre Ier, en 1699, la Russie a mené des campagnes de recrutement - un appel réglementé dans l'armée de personnes de toutes les couches sociales du pays. Le but était d'augmenter la force de l'armée russe à la veille des guerres interminables du premier empereur russe.

Comment les nobles se sont soustraits au service militaire

L'obligation de conscription pour les classes privilégiées et les classes inférieures différait considérablement. Chaque noble était soumis à un service militaire obligatoire pour le pays. Mais pour les citadins et les paysans qui contrairement à l'aristocratie payaient à l'État un impôt direct par tête, le recrutement était de nature communautaire. 

En d'autres termes, les communautés elles-mêmes choisissaient des personnes qui passeraient le reste de leurs jours dans l'armée (car à l'origine on servait toute sa vie dans l'armée) - l'État ne s'intéressait qu'au nombre de futurs soldats et à leur forme physique. Leur âge était compris entre 20 et 35 ans.

Lire aussi : Pourquoi la Russie tsariste construisait des cuirassés «ronds» en Crimée

Plutôt dur pour l'aristocratie, n'est-ce pas ? Néanmoins, les nobles ont rapidement trouvé le moyen de simplifier leurs conditions de service. Au début, il fut permis de libérer l'un des frères du service dans une famille noble, puis la durée du service fut limitée à 25 ans, et dès 1762 la noblesse fut complètement libérée du recrutement. Cette décision a été prise peu après l'accession au trône de l'empereur Pierre III, désireux d'obtenir le soutien de l'aristocratie.

Pour les classes soumises à l'impôt, la durée de service a également été réduite à 25 ans, mais seulement à la fin du XVIIIe siècle. Dans les années 1830, les soldats ont commencé à servir pendant 20 ans. Après cela, cependant, il y avait une « permission » de cinq ans, durant laquelle le militaire pouvait être rappelé dans l'armée. Ce n'est qu'après l'expiration de cette période que le soldat était considéré comme s'étant pleinement acquitté de son devoir militaire.

Les campagnes de recrutement étaient annoncées par décret spécial presque chaque année. Si la Russie participait à une guerre de grande envergure, alors l'appel avait lieu plusieurs fois par an.

Lire aussi : Trois jours dans les Forces spéciales, ou comment survivre dans l'armée russe

Comment les communautés choisissaient les recrues

Dans les classes inférieures, on envoyait servir en premier lieu les représentants des familles nombreuses, où il y avait un nombre suffisant de travailleurs. L'idée était de ne pas saper l'économie de la petite bourgeoisie et, surtout, des paysans en tant que couche du pays la plus nombreuse.

Ensuite, les futures recrues étaient examinées par des médecins à des endroits spéciaux. Le soldat potentiel devait faire au moins deux archines de haut (environ un mètre et demi), ne pas présenter de défauts physiques évidents et avoir de bonnes dents, ce qui était considéré comme l'un des principaux indicateurs de bonne santé.

Le front des hommes sélectionnés pour l'armée était rasé, de sorte qu'en cas d'évasion, un déserteur ait plus de mal à se cacher. Ceux qui n'étaient pas intégrés dans les troupes étaient rasés, au contraire, à l'arrière de la tête, de sorte qu'ils ne soient pas envoyés par erreur ou délibérément à l'armée au lieu de quelqu'un d'autre.

Lire aussi : Les dirigeables reprennent du service en Russie

Les soldats n'avaient pas l'interdiction de se marier. Pour le mariage, le consentement des commandants du régiment était requis. Les enfants des soldats et les veuves bénéficiaient de privilèges. Très souvent, les enfants de soldats, une fois atteint l'âge requis, allaient eux-mêmes servir dans l'armée.

Comment servir à la place des autres

Cependant, tout cela n'a pas rendu populaire le service à long terme dans la société. Beaucoup essayaient de se soustraire au recrutement. De plus, une telle opportunité existait - en payant, il était possible d'envoyer servir quelqu'un d'autre. Ceci était stipulé dans la Charte de recrutement de 1831. Selon ce document, le « chasseur », c'est-à-dire la personne désireuse de servir pour quelqu'un d'autre, devait entrer volontairement dans l'armée. Son départ ne devait pas affecter ses obligations envers le reste de la communauté et l'État.

Pour ne pas servir, il était nécessaire de payer 500-600 roubles d'argent (pas moins de 5-6 mille dollars américains modernes) - une forte somme d'argent pour l'époque. Le « chasseur » ne recevait pas le montant total, bien qu'au fil du temps, sa rémunération ait fini par atteindre les deux tiers de ce qui était payé par celui qui l'embauchait.

Lire aussi : Acheter un uniforme de l’armée russe, bientôt une réalité!

Ces conditions n'étaient pas considérées comme attrayantes, et pendant des décennies il y avait peu de « chasseurs ». Dans l'armée, qui au milieu du XIXe siècle comptait plus d'un million de personnes, il n'y avait qu'environ 10 000 « chasseurs » par an.

Cependant, les employeurs des « chasseurs » n'étaient en aucune façon la seule catégorie de personnes à ne pas servir dans l'armée. Au milieu du siècle, sur près de 30 millions de personnes issues des catégories soumises au recrutement, 6 millions de personnes ont été exemptées. Elles comprenaient des marchands, des citoyens d'honneur de villes, et des résidents de certaines localités dont beaucoup avaient été récemment annexées à l'empire et étaient exemptées du service militaire en tant que privilège spécial. Au début du XIXe siècle, on s'était donc fortement éloignés de l'idée initiale de Pierre Ier sur le service universel. Ayant besoin d'une armée de masse pouvant être facilement reconstituée pendant la guerre, la Russie est passée en 1874 aux principes de la conscription universelle, répétant l'expérience d'autres pays, principalement la France et la Prusse. Tout comme l'armée de recrutement, la figure du « chasseur » mercenaire, personnage typique des armées de l'Europe médiévale, a été reléguée au passé.

Saviez-vous, ce qui peut vous arriver si vous servez dans l'armée russe ? Un journaliste de Russia Beyond partage ici son expérience personnelle de service dans l'armée.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer