Les huit plats les plus fous des peuples de Russie

Legion Media
Peau de baleine avec sa graisse, «pattes d'ours», rôti de bardane et café salé... Que peut-on manger dans les régions russes en cas de très grande faim ou d’immense curiosité?

Iakoutie

La viande du cheval aide les habitants de la région de Iakoutie à survivre dans les terribles gelées depuis la nuit des temps, quand il devient physiquement impossible de se nourrir en chassant et en pêchant. La viande de poulain, très nutritive, contient des substances bénéfiques qui ralentissent le processus de vieillissement. La viande est hachée, bouillie avec des oignons frits, du sel et du poivre pendant 15-20 minutes. Il n'est pas recommandé de faire bouillir trop longtemps – la viande se révélera dure et perdra son goût. Une fois cuite, la viande est servie découpée en fines tranches.

Tchoukotka

C'est certainement l'un des endroits les plus inappropriés pour le tourisme gastronomique. Les plats locaux peuvent terrifier même les voyageurs les plus aguerris. De plus, il est parfois impossible ne serait-ce que d’approcher de certaines friandises. Par exemple, une spécialité locale appelée « kopaïka » : la viande et la graisse d'une baleine grise sont placées dans un sac et enfouies dans le sol pendant un mois. Le résultat est une « masse incroyablement saine et nutritive » - ainsi, en tout cas, affirment les gourmets locaux.

Si un jour le destin vous amène dans ces terres austères, essayez de cuisiner le « mantak » - le plus comestible des plats locaux. Coupez la peau de baleine avec la graisse en petits morceaux, mettez dans une casserole, et faites cuire dans de l'eau bouillante pendant environ 20 minutes. Avant de commencer à manger, n'oubliez pas de demander pardon à l'esprit de la baleine, car dans la mythologie des Tchouktches la baleine est considérée comme la base de l’existence. Outre le fait que sa viande nourrit toute la famille, des maisons sont construites à partir de ses os, des vêtements sont cousus et des bateaux sont fabriqués à partir de sa peau, et la graisse est utilisée pour le chauffage et l'éclairage.

Mordovie

La liste des recettes « sanguinaires » est complétée par la délicatesse mordovienne appelée poétiquement « pattes d’ours » . Heureusement, pour essayer ce plat, pas besoin de chasser un ours : ce nom cache en réalité des boulettes de viande assez ordinaires. Selon la légende, il y a de nombreuses années, un pauvre jeune homme voulait épouser sa dulcinée, mais le père a posé une condition : il n'y aurait pas de mariage tant que le fiancé n'aurait pas tué un ours à la chasse pour prouver sa force et son courage. En conséquence, le brave jeune homme a tué un ours et a frit sa patte en cadeau à la mariée. De nos jours, le bœuf, le porc et le foie de bœuf sont utilisés pour préparer des « pattes d'ours ». On ajoute à la viande des œufs, des épices et des oignons, on pétrit la viande hachée et on y dépose de longues biscottes de pain de seigle, symboles des griffes de l'ours.

 >>> Dix plats incroyables des régions russes dont vous n’avez jamais entendu parler

Péninsule de Kola

Si vous avez un petit creux sur la péninsule de Kola, votre salut réside dans la pêche. L'une des plus grandes rivières locales – l’Oumba - est considérée comme le meilleur endroit au monde pour la pêche au saumon : le frai a lieu jusqu'à cinq fois par an. La rivière regorge donc d’un flot de poissons presque infini. Cependant, il ne faut pas trop se détendre, car en même temps que les pêcheurs, les ours bruns rôdent sur le rivage. N’essayez en aucun cas d’entrer en compétition avec eux ! Donnez-leur toutes vos prises et décampez, sans quoi ce saumon pourrait être le dernier de votre vie !

Région de Rostov

Ici, vous trouverez une grande variété d'ingrédients pour la cuisine, en comparaison des régions septentrionales. Nous vous proposons la recette du dessert préféré des Cosaques du Don : le miel de pastèque. Commencez par choisir une grosse pastèque mûre dans le jardin, lavez-la et séchez-la. Coupez et séparez la pulpe de la peau, puis pressez du jus à partir de la pulpe. Faites-le bouillir dans une casserole en remuant jusqu'à formation d'un sirop épais et parfumé de couleur foncée - c'est ainsi que l'on obtient le miel de pastèque.

Région d'Astrakhan

Si vous vous perdez dans la steppe d'Astrakhan, essayez de trouver refuge chez les tchabans - les bergers locaux. Les habitants des steppes sont réputés pour leur hospitalité, vous n'aurez donc pas à cuisiner. Vous serez assis à la place d’honneur sur le sol et dégusterez des plats de la cuisine locale, en commençant par une énorme assiette de viande – le bechbarmak. Le nom signifiant « cinq doigts », pas la peine de vous attendre à des couverts sur la table. La composition du plat est assez simple - agneau, pâte et oignons bouillis. Le tout doit être plongé dans un bouillon de viande chaud.

>>> Huit recettes anciennes de la cuisine cosaque qui vous mettront l’eau à la bouche

Même si vous n’êtes pas fan de produits à base de lait aigre, vous ne pouvez pas échapper au koumys - le « vin de lait ». C'était la boisson favorite des marchands de la Route de la Soie (et ils en savaient déjà beaucoup sur les voyages extrêmes). L'essentiel est de ne pas oublier que le koumys contient un peu d'alcool.

Bouriatie

Après de longs et épuisants périples, le voyageur a besoin d'une gorgée de café vivifiant. Les habitants de Bouriatie se feront un plaisir de vous en offrir - contrairement à la plupart des régions russes, le café n’est pas moins populaire ici que le thé. Cependant, ne soyez pas surpris lorsque vous sentirez un goût prononcé du sel - le café est préparé selon une recette orientale spéciale. Soit dit en passant, le thé bouriate a aussi un goût inhabituel : on y ajoute non seulement du sel, mais également de la farine, du lait et du beurre.

Sakhaline

Sur l'île de Sakhaline, les habitants vous recommanderont tout d'abord d'aller cueillir de la bardane pour votre recherche de nourriture. Le fait est que la bardane aussi familière que les pommes de terre ou les pâtes à Sakhaline.

La recette est extrêmement simple : placez les pousses vertes de bardane dans de l'eau froide pour éliminer l’odeur spécifique d'herbes, faites bouillir pendant 20 minutes dans de l'eau salée, épluchez la peau des tiges, coupez-les en petits morceaux et mettez-les dans de l'huile végétale bouillante. Salez les morceaux frits, poivrez, ajoutez de la sauce de soja, saupoudrez de graines de sésame ou de citrouille, ajoutez des oignons et de l'ail, et laissez mijoter - c’est prêt. 

Dans cet autre article, découvrez dix desserts au fromage blanc russe auxquels vous ne pourrez pas résister.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies