Javoronki: des oiseaux à croquer venus de Russie

Victoria Drey
Le long hiver se termine lorsque les femmes slaves préparent des viennoiseries moelleuses. Rejoignez ce flashmob culinaire fou d'oiseaux!

Dans le calendrier slave, le 22 mars, qui correspond approximativement au jour de l'équinoxe vernal, est considéré comme le premier jour du printemps. On pense que ce jour-là, des oiseaux migrateurs reviennent des terres du sud et apportent la chaleur tant attendue. Le rite consistant à souhaiter la bienvenue du printemps a toujours été important dans la Russie ancienne, à partir de la semaine du mardi gras et durant près d’un mois.

Les alouettes, ou « javoronki » comme les appellent les Slaves, sont devenus le symbole du printemps imminent, et il était de tradition de fabriquer des alouettes à partir de simple pâte à la levure. On donnait ces oiseaux cuits au four aux enfants, à la famille et aux amis, ou on les plaçait simplement sur les rebords de fenêtre pour « appeler le printemps ». Ma grand-mère se souvient de la façon dont sa mère cuisinait toujours les javoronki à la fin du mois de mars et en donnait à elle et à ses frères et sœurs. Avec les alouettes en pâtisserie, ils grimpaient le toit de leur maison de village et chantaient des comptines spéciales consacrées au printemps. En Russie, le mois de mars a toujours été plus porté sur l’hiver que sur le printemps ; cette tradition a donc tout son sens pour créer une ambiance chaleureuse.

>>> Tetiorki, des gâteaux d’été venus du Grand Nord russe

Il y a une autre raison pour faire cuire ces pâtisserie en forme d’oiseaux : dans la tradition orthodoxe, le 22 mars est le jour des quarante martyrs de Sébaste, victimes de persécutions antichrétiennes. Ce jour-là, les chrétiens slaves faisaient traditionnellement des pâtisseries de carême sans œufs ni produits laitiers en forme d'alouettes. Les oiseaux en pâtisserie étaient considérés comme des symboles des âmes des quarante martyrs s'envolant vers Dieu.

Au fond, ces deux traditions folkloriques et religieuses n'ont rien en commun sauf les alouettes ; mais d’une manière ou d’une autre, ces petits oiseaux sont devenus un symbole de l’acte de foi des martyrs orthodoxes et de l’avènement du printemps. Quoi qu’il en soit, c’est une bonne raison de vous essayer à la préparation d’une pâtisserie aussi agréable à l’œil qu’au palais, et c’est beaucoup plus facile qu’on pourrait le penser. Soit dit en passant, les javoronki sont une pâtisserie de Carême, elles sont totalement végétaliennes.

>>> Le prianik de Toula: un simple pain d’épices devenu vedette de la gastronomie russe

Ingrédients :

  • 300g de farine
  • 130 ml d'eau
  • 2 cuillères à café de sucre
  • ½ cuillère à café de sel
  • 2 cuillères à café de levure en poudre
  • 40 ml d'huile végétale
  • clous de girofle pour la décoration
  • thé noir pour le brossage

Préparation

Dans un grand bol, verser de l'eau tiède ; ajoutez le sucre, la levure en poudre et remuez jusqu'à ce que le sucre et la levure se dissolvent complètement. Ensuite, ajoutez la farine tamisée avec du sel et de l’huile végétale et commencez à pétrir la pâte à la fourchette, puis à la main. La clé est dans la bonne consistance : vous devriez obtenir une pâte ferme, non collante mais toujours élastique, afin que les « oiseaux » conservent leur forme.

Continuez à pétrir pendant 7 à 10 minutes et ajoutez un peu de farine au cas où vous pensez que la pâte est encore trop liquide. Enroulez la pâte en boule, mettez-la dans un bol graissé à l'huile, couvrez d'une pellicule de plastique et laissez-la lever dans un coin chaud pendant environ une heure et demie.

Lorsque la pâte a doublé de volume, battez-la, formez une nouvelle boule et laissez encore 30 à 60 minutes pour la deuxième levée.

Divisez la pâte en 8 morceaux ronds égaux, graissez légèrement chacun avec de l'huile et laissez sous un torchon propre pendant 10 minutes.

Voici la partie la plus intéressante - la formation des alouettes. Prenez un morceau de pâte rond et commencez à le rouler entre vos mains. Appuyez légèrement sur la partie centrale pour que les bords soient plus épais que le centre.

Ensuite, faites un nœud avec le morceau de pâte roulé et formez une alouette. Formez votre queue d’oiseau, votre bec pointu et donnez de la vie à vos yeux avec deux petits clous de girofle. Vous pouvez facilement remplacer ces derniers par de petits morceaux de raisin secs. Répétez avec tous les morceaux de pâte.

Placez vos belles alouettes sur un plat allant au four recouvert d'un morceau de papier sulfurisé ; couvrir délicatement d'une pellicule de plastique et laisser reposer 20 minutes. Pendant ce temps, préparez un bon thé noir sucré et étalez généreusement sur les oiseaux avant la cuisson.

Cuire au four à 200°C pendant 15-20 minutes jusqu'à ce que ce soit doré. Graisser les alouettes avec quelques gouttes d’huile végétale pour les faire briller et servir.

Priatnovo appetita !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies