Le gâteau aux pommes préféré de la grande poétesse Marina Tsvetaïeva

Klaus Wagenhäuser/Global Look Press
Chaque année, les fans de Tsvetaïeva préparent ce gâteau pour l'anniversaire de leur idole. Les variétés de pommes russes d'automne sont celles qui conviennent le mieux pour ce mets délicat.

Pour le gâteau tsvetaïevski, il est préférable de prendre des variétés tardives : Antonovka ou Bogatyr. Ces pommes ont une acidité caractéristique, qui se marie parfaitement avec une fine pâte sablée et une crème épaisse délicate.

Ce gâteau était un souvent présent sur la table de la famille de la célèbre poétesse russe Marina Tsvetaïeva, bien qu’il n’y ait pas d’informations précises sur l’auteur de la recette. On sait que dans leur enfance, Marina et sa sœur Anastassia passaient leurs vacances dans une datcha à Taroussa (région de Kalouga). Et selon une des versions, les sœurs cuisinaient elles-mêmes cette délicatesse, ce qui est peu probable, car de l’aveu de Marina elle-même, elle ne savait qu’écrire que de la poésie et ne pouvait faire aucune tâche domestique. Selon une autre version, plus plausible, leurs voisins de datcha ont fait découvrir ce gâteau à la famille de Tsvetaïeva.

Lire aussi : Le «lait d’oiseau», gâteau légendaire et aérien de l’époque soviétique

Dans ses mémoires, Anastassia parle réellement d'un grand jardin confortable avec des pommes délicieuses et d'une véranda, où un samovar était en ébullition sur la table et où il y avait des gâteaux sucrés à la crème épaisse. Et la crème épaisse est la composante la plus importante de cette tarte, avec les pommes.

Tsvetaïeva elle-même est née lors d'une de ces journées d’octobre regorgeant de pommes, lorsque le ciel est immobile et que les feuilles mortes tombent dans le premier brouillard givré. C'est pourquoi les fans russes ont coutume de fêter son anniversaire avec le gâteau aux pommes tsvetaïevski.

Gâteau tsvetaïevski

Pour la pâte :

  • crème épaisse avec au moins 30% de matières grasses - ½ tasse ou 5 c à s
  • beurre 82,5% de matières grasses - 150 gr.
  • farine - 1,5 verre
  • levure chimique - 1 c à s

Pour la crème :

  • crème épaisse de même teneur en matière grasse - 1 tasse ou 10 c à s
  • sucre - ½ tasse (peut-être moins)
  • œuf - 1
  • farine - 2 c à s
  • pommes - 3-5

Préparation

Lire aussi : Comment les étrangers changent la cuisine russe: le Français Régis Trigel repense le bœuf Stroganoff

Tout d'abord faire la pâte. Le plus important est de prendre une bonne crème épaisse. À l'époque des sœurs Tsvetaïeva, elles prenaient probablement de la crème de village, mais celle qu’on achète habituellement du magasin convient également. Le principal est qu’elle soit épaisse. C'est cette crème qui rend la pâte sablée tendre, légère et riche.

Etalez la crème épaisse dans un plat profond, puis ajoutez le beurre à température ambiante et remuez avec vos mains ou un fouet jusqu'à ce que les ingrédients soient complètement dissous.

Tamiser la farine (la farine de blé entier ou de blé dur convient bien à ce gâteau) et ajouter la levure (ou du bicarbonate de soude). En fonction de l'épaisseur et de la quantité de crème épaisse, vous aurez besoin d'une tasse à une tasse et demie de farine. La pâte n'a pas besoin d’être mélangée longtemps, mais elle doit être homogène et ne pas coller aux mains.

Distribuer à la main cette pâte molle dans le moule sans oublier les côtés (5 à 6 cm de hauteur). Il est préférable que la pâte soit fine.

Lire aussi : Les oladis: petit déjeuner parfait des babouchkas pour un week-end paresseux

Evidez le centre des pommes et coupez en rondelles ou en fines tranches, la peau peut être laissée. Placez en rangées dans le moule (possible en plusieurs couches), mais pas trop serré.

Maintenant, préparons la crème. Pour ce faire, mélangez avec un mixeur dans un bol la crème épaisse, le sucre, l'œuf, puis ajoutez la farine. Versez la crème uniformément sur le gâteau, secouez un peu et laissez reposer pendant environ trois minutes pour que la crème soit distribuée jusqu’à la base.

Faire cuire à 180 degrés de 45 minutes à une heure, selon votre four. Pour savoir si le gâteau est prêt, percez-le avec un cure-dent : il ne devrait pas y avoir de crème liquide. On dit qu’après la cuisson, le gâteau tsvetaïevski devrait reposer quelques heures pour que la crème prenne de la saveur. Mais la probabilité qu'il ne soit pas dévoré pendant ce laps de temps est presque nulle…

Bon appétit !

Quels plats sont considérés comme «russes» à travers le monde ? Trouvez la réponse dans notre article.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies