AvtoVAZ dévoile ses ambitions en matière de véhicules à énergies alternatives

Reuters

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le constructeur automobile russe AvtoVAZ, à l’origine de la célèbre marque Lada et dont Renault est l’actionnaire unique au sein de son alliance avec Rostec, semble vouloir, lui aussi, miser sur les véhicules alimentés par des énergies alternatives, comprend-on des déclarations faites aux journalistes par Nicolas Maure, directeur général des opérations de Renault pour la Russie et la CEI, à l’occasion de l’exposition industrielle internationale Innoprom, se tenant actuellement à Ekaterinbourg.

Une gamme élargie

Tout d’abord, la société envisage la conception et l’assemblage, dans le pays, d’un nouveau modèle roulant au gaz naturel comprimé.

« Du côté de Renault est menée une discussion pour qu’apparaisse la Logan CNG [abréviation de l’anglais pour « gaz naturel comprimé »] – un carburant qui peut être utilisé à la place de l'essence et du diesel », a révélé* le représentant de l’entreprise.

À noter que la compagnie a d’ores et déjà procédé à la production de véhicules fonctionnant à l’aide de ce carburant : la Lada Largus CNG, venue compléter la gamme de la marque en 2019 et désormais indisponible, mais qui pourrait refaire son apparition prochainement sous une version améliorée, ainsi que la Lada Vesta CNG, dévoilée en 2017.

Afin de rendre ces véhicules plus attractifs, il sera néanmoins nécessaire de porter le nombre de stations-services proposant ce carburant en Russie des actuelles 500-600 à 1 500-2 000, a souligné Maure.

Par ailleurs, le directeur général a annoncé que Lada s’engagerait, d’ici dix ans, dans la production de véhicules électriques. Toutefois, là aussi, il conviendra pour cela de développer les infrastructures adéquates à travers le pays, seules 800 bornes de recharge ayant été installées en Russie, dont la moitié à Moscou, tandis que, selon lui, ce nombre devra être porté à 50 000 pour que ce projet soit économiquement justifié.

Un nouveau site de production adapté aux besoins actuels

Enfin, Nicolas Maure a déclaré qu’AvtoVAZ transfèrera sa production à une nouvelle plateforme permettant l’assemblage de véhicules fonctionnant à l’aide de tous les types de carburants alternatifs.

« Nous sommes en train de passer à une nouvelle plateforme qui, d'ici 2027-2028, permettra la fabrication de véhicules à essence, au méthane, hybrides et entièrement électriques », a-t-il noté*.

* Propos traduits du russe

Dans cet autre article, découvrez comment des pionniers ouvrent la voie aux voitures électriques en Russie, pays où ces véhicules restent encore rares.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies