En Russie, l’investissement en bourse a le vent en poupe auprès de la population

Pixabay
Une récente étude met en lumière le profil et la vision de ces nombreux Russes qui se sont engouffrés dans cette nouvelle brèche en quête d’une vie plus confortable.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

De par le monde, les systèmes d’investissement financiers s’avèrent de plus en plus accessibles au commun des mortels, et la Russie n’y échappe pas. En 2020, sur fond de chute des intérêts procurés par les livrets d’épargne et d’apparition de nouveaux services de courtage, créés par les plus grandes banques à destination de leur clientèle ordinaire, le nombre de citoyens russes à s’être tournés vers cette nouvelle pratique, promesse de fins de mois plus sereines, a dépassé les 8 millions. Un récent sondage du Centre Levada, mené conjointement avec des communautés d’investisseurs sur la messagerie Telegram, analyse le phénomène.

Tout d’abord, il en ressort que les Russes se lancent dans cette activité avec des sommes relativement modestes. En effet, parmi ceux ayant entamé leurs investissements au cours des 12 derniers mois, 30% d’entre eux disposent d’un portefeuille de moins de 100 000 roubles (1 125 euros). 54% ont investi entre 100 000 et 1 million de roubles (11 250 euros), et seulement 16% au-delà. Pour les investisseurs dotés de plus de trois ans d’expérience, 69% sont toutefois détenteurs d’un total dépassant le million.

En ce qui concerne les instruments d’investissement, les actions apparaissent les plus accessibles aux débutants, puisque 96% des personnes disposant de moins d’un an d’expérience y ont recours, contre 90% des adeptes chevronnés. Les nouveaux venus sur ce marché privilégient (69% d’entre eux) à cet égard les actions de fonds d’investissements, tandis que les plus familiarisés à ce domaine se penchent sur le cours des devises (60%) et des obligations (57%).

L’on note par ailleurs une plus grande aptitude des investisseurs expérimentés à s’intéresser aux opérations de courtes durées impliquant des bénéfices à très court terme, mais aussi des risques plus élevés.

Pour ce qui est des meilleurs moyens de conserver et faire fructifier ses économies, ils sont, pour ces deux catégories d’investisseurs, les suivants : les actions (selon 85% des nouveaux investisseurs et 82% des investisseurs expérimentés), l’immobilier (36% – 28%), les comptes bancaires en devises étrangères (32% – 31%), l’argent liquide (22% – 25%) et les comptes bancaires en roubles (21% – 17%).

Enfin, il est intéressant de constater les fortes disparités démographiques au sein de cette communauté. En Russie, les femmes représentent en effet seulement 17% des investisseurs débutants, et ne sont plus que 6% au sein des investisseurs ayant plus de 3 ans d’expérience. En outre, l’âge moyen chez la première catégorie est de 35 ans, contre 47 ans pour la seconde.

Cette enquête a été menée fin février auprès de 5 800 citoyens.

Dans cet autre article, nous vous expliquions comment la Russie gagne de l'argent grâce au froid.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies