La Coupe du Monde a-t-elle dopé le tourisme entrant en Russie?

Reuters

Il y a un an, la Russie, pays hôte de la Coupe du monde de football 2018, a été le pôle d’attraction pour les passionnés du ballon rond des quatre coins de la planète. Alors, d'après les données de l’agence du tourisme russe Rostourism, le pays a attiré 3,4 millions d’étrangers et toute une série d’experts ont prédit une imminente augmentation de la fréquentation de la plus grande contrée du monde par les voyageurs.

Or, un an plus tard, les données fournies par l’Association des tour-opérateurs russes (ATOR) confirment leurs pronostics. Comme l’a confié à l’agence RIA Novosti Maya Lomidze, sa directrice exécutive, une dynamique positive est d’ores et déjà observée, quant aux chiffres concrets, ils seront livrés à l’issue de la saison estivale.

>>> Quel sera l’impact de la Coupe du Monde sur le tourisme en Russie?

« Après la tenue de la Coupe du monde de football 2018, nous assistons à une évidente animation sur le marché de tourisme entrant », a-t-elle déclaré à l’agence, précisant que cette tendance ne concernait pas que les flux touristiques en provenance d’Asie, mais aussi d’Europe.

À noter que ce sont surtout les deux capitales – Moscou et Saint-Pétersbourg – qui ont ressenti cet impact du Mondial un an après sa tenue.

Pour rappel, la Coupe du Monde s’est tenue du 14 juin au 15 juillet 2018.  Ses matchs ont été disputés au sein de 12 stades de 11 villes russes, à savoir Kaliningrad, Kazan, Moscou, Nijni Novgorod, Rostov-sur-le-Don, Saint-Pétersbourg, Samara, Saransk, Sotchi et Volgograd.

Vous comptez, vous aussi, voyager prochainement en Russie ? En suivant ce lien, retrouvez notre guide qui vous simplifiera la tâche.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies