GNL: la Russie a le Liban dans la ligne de mire

Reuters

En tant que l’un des plus importants fournisseurs de charbon et de produits pétroliers au Liban, la Russie est prête à continuer à assurer à l’avenir les livraisons de produits énergétiques à ce pays proche-oriental en fonction de la demande, lit-on sur le site du ministère russe de l’Énergie.

« Un potentiel considérable de l’interaction russo-libanaise dans le domaine de l’énergie est notamment concentré dans le domaine pétro-gazier », cite le communiqué le ministre Alexandre Novak, qui a assisté le 26 mars à la rencontre entre les présidents des deux pays, Vladimir Poutine et Michel Aoun.

Et d’ajouter que les grandes entreprises russes étaient intéressées par le travail sur le marché énergétique libanais. Ainsi, elles se disent prêtes à continuer à y accroître l'exploration et l’extraction d'hydrocarbures et à organiser la livraison de gaz naturel liquéfié (GNL).

« Par exemple, la compagnie Novatek coopère déjà avec succès avec des partenaires libanais, participe déjà à l’exploration et l’extraction d’hydrocarbures sur le plateau continental libanais au sein d’un consortium international auquel participe le français Total et l’Italien Eni », a rappelé le ministre.

En outre, les producteurs russes sont prêts à participer à la construction et la modernisation des installations de production d'électricité au Liban, a-t-il fait savoir.

Dans cette autre publication, nous vous emmenons sous terre, dans la mine la plus profonde d’Europe, dans le sud de l’Oural russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies