Le nombre de liaisons aériennes entre la France et la Russie augmentera de plus d'un tiers

Leonid Faerberg/Global Look Press

Le nombre de vols entre les deux pays passera de 87 à 121 par semaine, rapporte l’agence d’information Interfax. Cet accord sans précédent est le fruit de négociations menées les 4 et 5 octobre par les autorités et les représentants de différentes compagnies aériennes françaises et russes.

Il a en effet été annoncé que les transporteurs russes pourront désormais assurer hebdomadairement jusqu’à sept vols pour chacune des liaisons suivantes : Moscou – Paris, Moscou – Nice et Saint-Pétersbourg – Nice, ainsi que proposer cinq vols par semaine depuis Moscou et vers trois nouvelles destinations : Montpellier, Marseille et Bordeaux.

Lire aussi : La SNCF et les Chemins de fer de Russie adoptent une feuille de route

Par ailleurs, afin de permettre une décentralisation des liaisons aériennes, jusqu’ici concentrées à Moscou et Saint-Pétersbourg, a été décidé l’octroi de droits supplémentaires quant à la réalisation de vols Ekaterinbourg – Paris et Kaliningrad – Paris. Ces trajets pourront par conséquent atteindre une fréquence de sept par semaine. De plus, le nombre de compagnies pouvant assurer les liaisons Moscou – Nice et Saint-Pétersbourg – Nice passera respectivement à trois et deux, ce qui engendrera une concurrence accrue pour cette offre.

De son côté, la partie française s’est vu accorder le droit d’effectuer des vols vers la Russie par le biais d’un deuxième transporteur, un seul ayant joui jusque-là de cette autorisation.

Lire aussi : Nombre record de Français en visite à Moscou au premier semestre 2018

La Russie était, lors de cette rencontre, représentée par le ministère des Transports, l’ambassade de la Fédération de Russie en France, l’aéroport moscovite de Domodedovo et différentes compagnies aériennes telles qu’Aeroflot, Rossiya et S7 Airlines. Côté français, étaient présents les autorités aériennes du pays, le ministère des Affaires étrangères, l’ambassade de France en Russie, ainsi que différents transporteurs aériens, donc Air France et Aigle Azur. À noter que depuis 2012, entre les deux pays, il ne s’était tenu aucune consultation d’une telle ampleur dans le domaine aérien.

Il y a quelques jours, nous vous annoncions l’octroi aux aéroports russes du droit de changer de nom. Découvrez dans cette autre publication de quoi il en retourne.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies