Combien les Russes dépenseront-ils pour le Nouvel An?

Sergey Smirnov/Global Look Press
Un dicton russe dit: «La façon dont tu accueilleras le Nouvel An sera celle dont tu passeras le reste de l'année».

Le Nouvel An est la fête la plus populaire en Russie, et donc une occasion de dépenser des sommes astronomiques dans les cadeaux, le repas festif et les feux d’artifice. On peut par conséquent reformuler le dicton pour dire, non sans ironie : « La somme que tu dépenseras pour le Nouvel An sera celle que tu dépenseras pendant le reste de l’année ».

En prévision de cette période de rush, le cabinet Deloitte en Russie a réalisé une étude dans laquelle il anticipe le budget que les Russes seraient prêts à débourser cette année pour les fêtes. Il a ainsi été démontré qu’un citoyen lambda est susceptible de dépenser 17 600 roubles (255 euros environ), soit une hausse de 4% par rapport à l’année passée. Comme le pointent les auteurs de l’étude, la somme en question est même supérieure à la moyenne dépensée à cette occasion par les Russes avant la crise.

Lire aussi : Guide de survie: le Nouvel an en Russie

Mais que rêvent-ils exactement d’avoir en cadeau ? Si 69% des Russes préfèrent se voir offrir de l’argent, leur liste de vœux comprend en outre des voyages (41%), des téléphones portables (37%), des ordinateurs (36%), ou encore des parfums et produits cosmétiques (36%). Mais la plupart d’entre eux recevront en cadeau des bonbons et des chocolats (51%) et seuls 31% auront de l’argent.

Parmi les destinations que fréquenteront les Russes pendant les vacances dits du Nouvel An (cette année ils bénéficieront de 11 jours fériés du 30 décembre au 9 janvier), c’est la Thaïlande qui est la plus populaire. Viennent ensuite les Émirats arabes unis, puis la Turquie. Toutefois, la plupart d’entre eux passeront la période des fêtes à la maison.

Lire aussi : Indice Olivier: le festin du Nouvel an en Russie vu par les économistes

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer