Un système russe rendra les chars invulnérables face aux missiles

Anton Novoderezhkine / TASS
Les ingénieurs russes ont créé un système qui détruit les missiles guidés antichars à deux mètres à peine de la cible.

Savez-vous comment sauver un char visé par un missile ? Vous pouvez soit renforcer le blindage, soit essayer d'éviter d'être frappé, ce qui, évidemment, peut sembler l'action la plus évidente. Et de fait, un nouveau système de protection active (SPA) a été développé pour accomplir cette dernière tâche. Il est léger et moins onéreux que l’ajout d’armures supplémentaires à un tank.

Le système russe Arena, développé par le bureau de conception et d'ingénierie de Kolomna, agit comme un radar protégeant le char. Il détecte les roquettes arrivant sur le véhicule jusqu'à 50 mètres de distance. Et ce même s'il s'agit d'un missile TOW volant à une vitesse supersonique.

Une fois que la cible est détectée et verrouillée par le système, l'ordinateur la suit tout au long de son trajet vers le char. Ensuite, à deux mètres de la machine de guerre, il lance une fusée d'interception qui détruit le projectile de l'ennemi.

Il s'agit d'un système automatique sans contrôle manuel. Malheureusement, les humains ne sont pas capables de réagir aussi rapidement que les ordinateurs.

« Cette innovation russe pourrait devenir virale puisque les industries militaires du monde entier veulent défendre leurs soldats et leurs véhicules à tout prix. Si c'est bon marché – c’est encore mieux  », a commenté pour RBTH le professeur de l'Académie russe des sciences militaires Vadim Kozioulline.

Il compare le système au tir au pigeon d'argile, mais au lieu des grains de plomb tels que ceux emballés dans une cartouche de fusil de chasse, il utilise des débris composites volant vers la cible à 2 km/s.

« Le système fonctionne automatiquement et le missile de l'ennemi aura le même sort que le pigeon d'argile – il sera désintégré en nombreux morceaux », a-t-il ajouté.

Kozioulline indique que chaque système Arena est chargé de 22 fusées interceptrices : « Ce système double la durée de vie du char. C'est économique et facile à intégrer à un véhicule blindé ».

L'armée russe doit encore tester le système non seulement sur une base de tir, mais aussi sur le champ de bataille.

« Soyons honnêtes. Il faut encore passer le baptême du feu. Tant que la Russie ne décidera pas de se joindre pleinement à l'opération syrienne en s’engageant sur le terrain, toute la gamme des capacités de l’Arena restera à confirmer », a déclaré l'expert.

Lire aussi : 

À quoi ressemblera le chasseur russe de 6ème génération?

Trois jours dans les Forces spéciales, ou comment survivre dans l’armée russe

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer