Attention danger! Récits d’expédition d’un géologue sibérien

Vostock-Photo
Les géologues russes voyagent sans cesse et passent des mois entiers loin de chez eux, quelque part dans les montagnes sibériennes, vivant dans des tentes et cuisant la nourriture au feu de bois. Ils ont beaucoup d'aventures à raconter – certaines assez inhabituelles et inexplicables, d'autres regorgeant tout simplement de danger à l’état pur...

Fort de plus de 30 ans d'expérience des expéditions géologiques, Vladimir Vladimirov, chercheur principal de l’institut Sobolev de géologie et de minéralogie de l'Académie des sciences de Russie à Novossibirsk, a partagé des souvenirs de ses expéditions sur le terrain…

Crédit : Archives personnelles de Vladimir VladimirovCrédit : Archives personnelles de Vladimir Vladimirov

Colline sacrée

Dans les années 1990, Vladimirov et un groupe de géologues travaillaient dans la région de Touva, dans le sud de la Sibérie. La majorité de la population est bouddhiste et il existe une tradition consistant à marquer les collines sacrées avec des bandelettes de tissu. Au cours d'une expédition, les géologues rencontrèrent un vieillard qui pointait une colline au loin et leur conseilla de ne pas y aller. Mais l’équipe s’est moquée de lui et s’est dirigée directement vers cette colline.

« C'était une journée très chaude et il n'y avait pas le moindre nuage dans le ciel. Nous avons atteint la colline et avons commencé à marcher vers le sommet, mais alors que nous n’étions même pas à mi-chemin, il s’est soudainement mis à pleuvoir, se rappelle Vladimirov.

Nous avons regardé vers le ciel et avons vu qu'il n'y avait qu'un seul nuage, exactement au-dessus de notre tête. Trouvant cela assez ironique, nous avons commencé à redescendre, et immédiatement la pluie s'est arrêtée. Nous étions ennuyés alors nous avons commencé à grimper à nouveau sur la colline, mais une fois encore, la pluie a recommencé. Nous avons donc changé d’itinéraire, pour faire le tour de la montagne et, de façon surprenante, il n'y avait plus de pluie après cela ».

Dîner extrême

En 1978, alors qu’il était encore étudiant, Vladimirov a réalisé un travail sur le terrain dans le massif du Saïan oriental (Sibérie). Un jour, lui et le chef de l'expédition sont partis pour faire des recherches supplémentaires. Ils ont quitté le camp de base et ont marché sans arrêt un jour et une nuit pour atteindre leur destination. « C'était une nuit de pleine lune, et nous trouvions notre chemin en utilisant notre boussole », se souvient Vladimirov.

Valera, le géologue en chef, marchait devant, tenant un pistolet, pendant que Vladimirov suivait. Soudain, ils se rendirent compte qu'ils avaient un compagnon de route… Un ours était derrière eux, dans les buissons à proximité, et marchait dans la même direction ! En fait, ils avaient la même destination : une petite cabane de chasseurs dans la forêt, où il y a aussi un buisson de framboises dont les ours raffolent. Ce ne fut pas la dernière aventure qu'ils rencontrèrent.

Lorsque les géologues ont atteint la petite hutte, ils ont décidé de dîner, mais après avoir vérifié toutes les poches de leurs sacs à dos, ils ont trouvé seulement cinq carrés de sucre et un sachet de bouillie en poudre avec de la viande. Vladimirov pensait que Valera avait pris la nourriture, tandis que Valera était sûr que Vladimirov s’en était chargé. La seule façon de préparer le porridge était d'utiliser une bouilloire qu'ils ont trouvée dans la hutte. Par conséquent, difficile de dire s'ils l'ont mangée ou ont bu directement depuis la bouilloire !

Crédit : Archives personnelles de Vladimir VladimirovCrédit : Archives personnelles de Vladimir Vladimirov

Une autre histoire d’ours

Un jour, les deux collègues de Vladimirov, Sacha et Vanya, faisaient une excursion le long de la rivière Srednyaya Kotchema dans la région de Krasnoïarsk, en Sibérie orientale. La forêt est très dense dans la taïga, et la visibilité était donc très faible. La seule façon possible de se déplacer était d’emprunter un chemin étroit où les arbres avaient été abattus pour une enquête géophysique.

Les deux géologues suivaient ce chemin étroit pour recueillir des échantillons de sol. Comme la forêt était très dense, les scientifiques ne se sont pas rendus compte qu'ils n'étaient pas seuls au beau milieu de cette nature sauvage – à 10 mètres seulement devant eux se trouvait un ours!

Crédit : Archives personnelles de Vladimir VladimirovCrédit : Archives personnelles de Vladimir Vladimirov

L'instinct de survie a joué son rôle, et dans un accès de panique, Sacha, qui était devant, a brandi une pelle en position horizontale comme s'il s'agissait d'un pistolet, sans s'attendre à ce que l'ours puisse le croire. Mais quoi qu’il en soit le stratagème a fonctionné, et l'ours a pris la poudre d’escampette.

Fait amusant, quand après coup les géologues ont raconté l'incident à leurs collègues, Sacha a déclaré: « J'ai demandé à Vanya de me donner un fusil, mais nous avons compris que nous ne l'avions pas pris ». Vanya, cependant, s’en souvenait différemment : « Tu ne m'as pas demandé un pistolet, la seule chose que tu as dite était AAAAAAAAAAAAaah !!!! »

Horreur dans la nuit

Vladimirov et ses collègues ont fait un jour une excursion à proximité du fleuve Erzine, dans la région de Touva. Pendant la nuit, ils se sont retrouvés dans la tente où se trouvait la cuisine pour raconter des histoires mystiques qui s’étaient déroulées lors de différentes sorties. 

Crédit : Archives personnelles de Vladimir VladimirovCrédit : Archives personnelles de Vladimir Vladimirov

« Il y avait de nombreuses histoires. C'était très silencieux et sombre. Soudain, le silence a été brisé par le cliquetis de chaînes toutes proches de la tente », se rappelle Vladimirov.

Ils ont couru avec une lanterne et ont vu un énorme cheval blanc attaché avec des chaînes. « Je n'ai jamais vu de tels chevaux avant ou après cette occasion, a déclaré Vladimirov. C'était vraiment effrayant ».

Le cheval marchait lentement autour de la tente et les chaînes retentissaient doucement. Les hommes ont emmené les femmes dans la tente, et immédiatement après leur retour, le cheval était parti. Le silence régnait à nouveau.

Lire aussi : 

Grande encyclopédie sibérienne: navigateur à l’attention des voyageurs étrangers

Comment survivre seul dans la taïga russe?

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer