Ballet: la face cachée du théâtre Mikhaïlovski

Derrière la magnificence et la majesté des danseurs qui semblent défier les lois de la pesanteur se cachent un travail épuisant et des entraînements sans répit.

Derrière la magnificence et la majesté des danseurs qui semblent défier les lois de la pesanteur se cachent un travail épuisant et des entraînements sans répit.

Mikhailovsky Theater / Mikhail Braun
Les danseurs captés par l’objectif au moment où ils s'y attendent le moins.
Lorsque les feux de la rampe s’éteignent et que les tutus retrouvent leur place dans la penderie, les chaussons de danse restent aux pieds des danseurs et la vie du théâtre se poursuit...
Le théâtre Mikhaïlovski de Saint-Pétersbourg a ouvert ses coulisses aux photographes pour que ces derniers puissent découvrir un aspect du ballet habituellement caché au public.
Mais les stricts régimes alimentaires, les pieds blessés et toute une série d’autres difficultés s’éclipsent lorsque les danseuses de ballet montent sur scène pour briller, émerveillant le public avec leurs gestes impeccables et leurs silhouettes idéales.
Même après des centaines de performances, les derniers instants avant de monter sur scène restent les plus stressants.
L'école russe de ballet est considérée comme l'une des meilleures au monde, et ses danseurs sont faciles à repérer : leurs pas et mouvements se distinguent par leur perfection, fruit d'entraînements incessants.
Le théâtre Mikhaïlovski (également appelé théâtre Michel) a été fondé en 1833 sur l’ordre de l'empereur Nicolas Ier pour accueillir des troupes françaises et allemandes qui signaient des contrats de deux à cinq ans en moyenne.  Il fut nommé en l'honneur du grand-duc Michel, fils puîné de Paul Ier.
Dirigée de nos jours par le chorégraphe Mikhaïl Messerer, la troupe de ballet du théâtre Mikhaïlovski a réalisé plusieurs tournées internationales à succès.
Les photographes ont réussi à prendre en photo les danseurs tels que les spectateurs ne les voient jamais. Derrière les coulisses ils ne cherchent pas à briller, mais s’entraînent et apprennent. Mais même vêtus de simples collants et de pulls chauds, les danseurs restent aussi gracieux que sous les feux de la rampe.
Ces clichés sont exposés dans différents espaces artistiques de la ville et ce dans le cadre du festival photo L’Été du ballet qui se tient à Saint-Pétersbourg du 25 juillet au 1er septembre.