Voyage au temps de Napoléon à la résidence de l’ambassadeur russe

Maria Tchobanov
Dames en robes à la Joséphine de Beauharnais, scintillement des sabres, éclat des pelisses et imposants colbacks des hussards - une ambiance très particulière régnait le 23 mai au soir à l’Hôtel d’Estrées, la résidence de l’ambassadeur Russe en France, à l’occasion du lancement du 3e Jubilé Impérial.

Crédit : Maria TchobanovCrédit : Maria Tchobanov

Afin de célébrer son patrimoine historique, la ville de Rueil-Malmaison organise depuis 2012 une grande fête de reconstitution historique, le Jubilé impérial, sur le thème du couple constitué par Napoléon et Joséphine. Les illustres époux étaient connus pour leurs séjours au château de Malmaison, qui est devenu la demeure principale de Joséphine après son divorce et où elle est décédée en 1814.

La splendide résidence de la rue de Grenelle n’a pas été choisie par hasard. Les festivités qui seront organisées à Rueil-Malmaison les 23 et 24 septembre 2017 ont pour thème principal le 210e anniversaire du traité de Tilsit entre l’Empereur Napoléon Ier et le Tsar Alexandre Ier. Signé en secret le 7 juillet 1807, lors d’une rencontre sur un radeau au milieu du fleuve Niémen, cet accord mit fin à la guerre de la quatrième coalition européenne contre la France.

Crédit : Maria Tchobanov
Crédit : Maria Tchobanov
Crédit : Maria Tchobanov
Crédit : Maria Tchobanov
 
1/4
 

Comme l’a souligné dans son intervention l’ambassadeur russe Alexandre Orlov, l’Hôtel d’Estrées est le témoin de l’histoire très riche des relations franco-russes. Entre autres, l’Empereur Alexandre II a reçu dans ses salons pour dîner l’Empereur Napoléon III et l’Impératrice Eugénie le 25 mai 1867. Le matin même, un attentat était commis contre Alexandre II lors de sa promenade au bois de Boulogne, mais ces obstacles dramatiques n’ont pas empêché la rencontre des empereurs le soir même.

Présentant les grandes lignes du programme du 3e Jubilé impérial, Patrick Ollier, Député-Maire de Rueil-Malmaison, Président de la Métropole du Grand Paris, a rappelé que l’idée de la fête dédiée à Napoléon Bonaparte est née au sein de la Mairie de Rueil-Malmaison en tant qu’événement assez modeste, mais grâce à l’enthousiasme de différents intervenants locaux et extérieurs, il a pris une ampleur internationale et a attiré en 2014 70 000 visiteurs. Les 23 et 24 septembre, la ville espère en accueillir 80 000.

Crédit : Maria TchobanovCrédit : Maria Tchobanov

Pour ressusciter l’ambiance du début du XIXe siècle, les spécialistes de la reconstruction historique viennent de plusieurs pays d’Europe, y compris de Russie. Plus de 1500 personnages vont défiler lors de la Grande Parade inédite, avec l’Empereur Napoléon Ier en tête, incarné par un acteur américain ayant déjà participé à la reconstruction de la bataille de Borodino. 

Différents espaces thématiques seront répartis dans toute la ville. Au campement de l’armée napoléonienne, le public pourra partager avec les « soldats de l’Empire » la soupe préparée comme à l’époque des campagnes de Napoléon sur un feu de camp dans d’énormes chaudrons. L’espace de la cour d’Alexandre Ier servira de scène pour la reconstitution de la signature du traité de Tilsit.

Crédit : Maria TchobanovCrédit : Maria Tchobanov

La performance de 200 cavaliers, les tirs des canons, l’attaque de la Mairie, le bal impérial, des feux d’artifice, le concert de fanfares – plus de 100 animations sont au programme. Pour assurer l’authenticité et la qualité des prestations, le Comité scientifique présidé par Bernard Chevallier, ancien conservateur en chef et directeur des musées, en charge du domaine de Malmaison, valide toutes les manifestations historiques, jusqu’aux costumes.

La réalisation de ce projet ambitieux a été rendue possible grâce aux mécènes (35 entreprises) qui ont permis de récolter jusqu’à ce jour une somme considérable de 1,177 million d’euros qui permettra de financer la quasi-totalité des coûts du festival.

Lire aussi : 

Couples mixtes: trois histoires d’amour entre France et Russie

La commune de Courcy commémore le centenaire de sa libération par les troupes russes

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer