25% des Russes s'attendent à une amélioration des relations sous Macron

42% des sondés considèrent qu’aucun changement n’aura lieu.

42% des sondés considèrent qu’aucun changement n’aura lieu.

Reuters
À l'approche de la présidentielle française, la Russie fondait de nombreux espoirs concernant un renouveau de ses relations avec l'Hexagone. Qu'en est-il aujourd'hui ?

Selon un sondage réalisé par le Centre russe d'étude de l'opinion publique (VTsIOM), un quart de la population russe s'attendrait à une amélioration des relations avec la France suite à l'élection d'Emmanuel Macron. 9% seulement pensent qu'elles se dégraderont, tandis que 42% considèrent qu'elles resteront inchangées.

Un précédent sondage avait par ailleurs conclu que Marine Le Pen, présidente du Front National, était, des deux candidats présents au second tour, celle jouissant de la plus grande cote de popularité auprès des Russes. En effet, 61% des personnes interrogées s'étaient exprimées en sa faveur, contre 8% pour son opposant, Emmanuel Macron.

« Si la victoire avait été remportée par Marine Le Pen, qui avait au cours de sa campagne suscité la sympathie de la majorité des Russes, nous observerions aujourd'hui un sursaut d'optimisme quant à l’avenir des relations bilatérales. Il s'avère que l'élection a été gagnée par un candidat que les Russes connaissaient peu et auquel ils n'associaient pas d'espoir de réchauffement des relations », a expliqué Stepan Lvov, directeur du département d'études du VTsIOM, lors d'un entretien avec RIA Novosti.

En outre, les personnes interrogées attachent aux relations franco-russes actuelles des jugements principalement neutres et négatifs. Selon 30% d'entre elles, elles seraient normales et tranquilles, toutefois, plus d'un quart les jugent froides (29%), tendues (6%), voire même hostiles (2%). À l'inverse, 13% les trouvent amicales, et 8% évoquent une relation de bon voisinage.

Lire aussi : 

Quelles relations entre Moscou et Paris sous Emmanuel Macron?

« Refondation » de l’Europe: le nouveau projet franco-allemand vu de Moscou

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.