Qui est ce Russe qui incarnera Helmut dans le nouveau volet des Animaux fantastiques?

Originaire de la ville des «racailles romantiques», rebelle, punk, artiste de cinéma russe convoité, il est désormais l’un des acteurs retenus pour le nouveau film de la saga Les Animaux fantastiques avec Jude Law et Mads Mikkelsen.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

L’agence de casting britannique Subtitle Talent Agency a annoncé que l’acteur russe Alexandre Kouznetsov figurait dans la préquelle à la saga Harry Potter, Les Animaux fantastiques : Les Secrets de Dumbledore, dont la sortie est prévue en avril 2022.

L’homme de 29 ans y incarnera Helmut, l’un des personnages principaux. Pour le moment, aucun détail sur ce rôle et le film n’étant disponible, nous vous proposons un gros plan sur l’identité de celui qui compte parmi les jeunes acteurs russes les plus populaires.

Cadre tiré du film Acid (Kislota)

Kouznetsov est né à Sébastopol, sur la péninsule de Crimée, dans la famille d’un marin. En parlant de sa ville natale, il la qualifie de celle des « racailles romantiques ». Il avoue que, depuis l’âge de 8 ans, il songeait à travailler à l’étranger et s’est donc mis à étudier l’anglais dès son plus jeune âge.

Après l’école, avec sa petite amie, il a tenté d’entrer dans des instituts d’art théâtral en Ukraine et a même été admis dans une école de cirque. Cependant, en 2011, il suit la volonté de sa bien-aimée de déménager à Moscou, où il intègre l’Académie russe des arts du théâtre pour étudier la mise en scène.

« À Moscou, on s’est séparés. (...) Six mois plus tard, elle s’est mariée. Certes, j’ai souffert pendant presque deux ans, mais cela m’a endurci. Aujourd’hui, je le prends avec humour – je réalise qu’elle n’était pas l’amour de ma vie et que je l’ai suivie non pas pour cette raison, mais car j’invente moi-même mon propre combustible nucléaire », relativise l’artiste dans une interview au journal OK.

En dépit de mauvais résultats, il a décroché son diplôme qu’il n’a pourtant jamais reçu – pour le faire il devait restituer deux ouvrages à la bibliothèque de l’Académie et un pistolet fictif, accessoire théâtral. D’ailleurs, il ne s’en soucie que très peu.

Après ses études, Kouznetsov a travaillé dans le théâtre École d’art dramatique et a fait partie des stagiaires au Théâtre d'art de Moscou. À un moment donné, il s’est fait une crête iroquoise pour échapper à la figuration.

« On voulait me placer dans la figuration dans Le Maître et Marguerite. Et je ne voulais tout simplement pas le faire, je n’avais pas le temps pour faire de la simple figuration. Soit le rôle principal, rempli d’idées, soit rien. (...) Ce n’est pas du maximalisme, mais une position professionnelle bien claire », a-t-expliqué.

Théâtre d'art de Moscou. Nuit des Amoureux

Il n’a pas abandonné le théâtre, mais a consacré de plus en plus de temps au cinéma. En 2014, il a fait ses débuts sur le petit écran dans la série de Vladimir Khotinenko Les Démons. Quatre ans plus tard, l’on a pu le voir dans le film Leto de Kirill Serebrennikov (prix Cannes Soundtrack de la meilleure musique), et l’année suivante dans Acid d’Alexandre Gortchiline.

Cadre tire du film Leto (L’Été)

En quelques années, il a fait apparition dans plus de dix œuvres, mais son « périple » européen a commencé avec le tournage du film dramatique franco-belge Mon légionnaire, réalisé par Rachel Lang et sorti cette année. Pour faire partie du projet, Kouznetsov a fait semblant de parler français – il a appris quelques phrases et n’a étudié la langue que durant le tournage.

« Avec [Louis] Garrel, on incarnait des militaires et nous vivions dans une vraie grange, on dormait dans des sacs de couchage avec tout notre équipement. On nous réveillait à 3h30, en deux minutes nous enfilions les pare-balles et de lourds sacs à dos et trainions un pneu de KamAZ sur une distance de 10 km par un froid glacial. Cela nous a unis », se souvient-il.

Cadre tiré du film Mon Légionnaire

En outre, il a joué dans la série de jeunesse Kamikaze, traitant de la jeune Julia, qui décide de faire un tour de monde après la mort de ses parents. La première de cette série réalisée pour HBO Max devait avoir lieu le 14 novembre 2021, mais a été retardée.

L’acteur a par ailleurs son propre groupe de punk-rock qui chante en anglais, et pendant son temps libre, il s’adonne à la boxe. Il possède aussi la ceinture noire en aïkido. Il préfère garder secrète sa vie privée, mais, en 2019, il a avoué être amoureux d’une jeune femme vivant à Berlin.

Il n’est pas rare qu’il se définisse comme « rebelle réfléchissant », se dise fatigué et définisse son métier comme le bagne.

« J'aime mon objectif, mon rêve, ce pour quoi nous faisons du cinéma en premier lieu – mais le processus en lui-même est un supplice pour moi. Quand ils disent "Action !", j'ai mal au ventre à chaque fois », admet l'acteur.

Alexandre a aussi un rêve : jouer dans un film étranger digne d’un Oscar. Néanmoins, il souhaite éviter les stéréotypes : il ne veut se voir confier ni le rôle d’un méchant russe, ni de rôles mineurs.

Dans cet autre article, nous vous présentions dix acteurs russes de moins de 40 ans qui gagnent à être connus.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies