«Dégoûtant!»: pourquoi la suite d’Ivan le Terrible d'Eisenstein a outré Staline

Global Look Press
Les deux volets du dernier film de Sergueï Eisenstein, Ivan le Terrible, réalisés à la demande de Staline, étaient centrés sur des périodes historiques bien différentes. Si le réalisateur a reçu le prix d'État le plus élevé pour le premier volet, il a été durement critiqué pour le second par Staline en personne.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« Ivan le Terrible d'Eisenstein, la deuxième partie… Je ne sais pas si l'un d'entre vous l'a vu, je l'ai vu. C'est quelque chose de dégoûtant ! », a martelé le dirigeant soviétique Joseph Staline lors de la réunion de la direction du Parti communiste en août 1946. Et pourtant, moins d'un an auparavant, la première partie du film d'Eisenstein recevait le prix Staline de 1er degré. Le « petit père des peuples » avait apprécié cet opus centré sur le personnage du premier tsar russe.

Sergueï Eisenstein

La première partie traite des débuts du règne d'Ivan IV - la période se déroulant avant que le souverain ne devienne réellement « terrible » et ne lance une brutale campagne visant à éliminer ses ennemis réels et potentiels au sein de la haute noblesse. Dans ce volet, Ivan s'engage à rendre le pays puissant et combat à la fois ses ennemis internes et externes, agenda rendu nécessaire après une période d'instabilité politique. Le tsar fort et confiant tient ses promesses. Il vainc les ennemis traditionnels du pays, les Tatars, à l'extérieur du pays et gère les intrigues des boyards chez à l’intérieur tout en essayant de renforcer l'autorité du tsar.

>>> Comment Staline a créé le cinéma soviétique en s'inspirant du modèle américain

« Ivan le Terrible indécis »

Jusqu'ici tout allait bien pour Staline. Cependant, la deuxième partie développait le sujet  de la fronde des boyards et traitait des épisodes les plus controversés du règne d'Ivan – le rôle de l’opritchnina et une campagne de terreur lancée contre les nobles. Eisenstein n'a pas réussi à présenter les faits de manière adéquate aux yeux de Staline. Une avalanche de critiques s’est abattue sur le réalisateur, accusé d’avoir également déformé la personnalité du tsar.

Mais qu'est-ce qui n'allait pas dans l'image d'Ivan et pourquoi la description du souverain russe médiéval était-elle si importante aux yeux du chef du premier État prolétarien au monde ? On peut trouver quelques réponses dans la transcription de la rencontre entre le réalisateur, Staline et quelques autres responsables soviétiques qui a eu lieu en février 1947.

« Le tsar Ivan était un grand et sage dirigeant… Sa sagesse résidait dans le fait qu'il agissait d’un point de vue national et ne laissait pas les étrangers entrer dans le pays… Ivan le Terrible était une personne très cruelle. Vous pouvez le décrire comme un homme cruel, mais vous devez montrer pourquoi il devait être cruel. L'une des erreurs d'Ivan est qu'il n'a pas entièrement massacré les cinq grandes familles féodales… Alors il n'y aurait pas eu de problèmes plus tard... Il aurait dû être plus résolu », a déclaré Staline, soulignant que l’Ivan d'Eisenstein était « indécis, ressemblant à Hamlet ». Selon le haut responsable soviétique Andreï Jdanov, également présent à la réunion, le réalisateur avait fait du tsar un « névrosé ».

Ku Klux Klan dans la Russie médiévale

Outre la personnalité du tsar, Eisenstein voyait différemment son combat contre les boyards. Selon Staline, ces régiments de la garde personnelle qu'Ivan a formés pour combattre ses adversaires – les opritchniks – étaient des détachements « réguliers », « une armée progressiste ». « Vous décrivez les opritchniks comme le Ku Klux Klan », a lancé Staline au réalisateur.

Il y eut dans la conversation un moment rare, comme on le constate à la lecture du sténogramme, où Eisenstein était en désaccord avec le dirigeant soviétique d'une manière qui aurait même pu impliquer une certaine ironie. Le réalisateur a répondu que si les membres du Ku Klux Klan portaient des cagoules blanches, les personnages du film étaient vêtus de noir.

Dans l’ensemble, Staline ne pouvait pas être en accord avec l'attitude négative d'Eisenstein à l’égard de la terreur d'Ivan. Il a insisté sur le fait qu'il s'agissait alors d'une mesure progressiste qui contribuait à renforcer le pays et à le défendre contre les princes féodaux qui aspiraient à le déchirer.

>>> Cinq films étrangers que Staline appréciait particulièrement

Staline et le septième art

Il ressort de cette histoire que Staline accordait une attention particulière au cinéma. « Staline avait une forte propension à influer sur le cinéma [par rapport aux autres formes d'art]… Il avait l'habitude de prendre une figure toute prête dans l'histoire qui aurait pu être utile du point de vue de la […] lutte idéologique moderne », a ainsi expliqué le célèbre écrivain soviétique Konstantin Simonov, commentant l'approche de Staline vis-à-vis du septième art. Ainsi, Staline n'avait tout simplement pas besoin de l'image d'un dirigeant faible et hésitant, car elle n’était d’aucune utilité en matière de propagande.

Joseph Staline

Dans le cas de la deuxième partie d'Ivan le Terrible, on suppose souvent que Staline n'a pas aimé la façon dont le réalisateur a dépeint le tsar et sa politique, car elle plaçait ses propres décisions sous un mauvais jour. « Tous ceux qui ont vu le film ont établi des parallèles, et c'était bien sûr absolument inacceptable pour lui », a déclaré Naum Kleiman, ancien directeur du Musée du cinéma de Moscou. Staline privilégiait évidemment l'image d'un dirigeant fort, comme celle qui était utilisée pour le représenter à l'époque. Les répressions d'Ivan étaient également un sujet sensible compte tenu de la campagne de purges qui avait déferlé sur l'URSS à la fin des années 1930 avec la bénédiction de Staline et emporté de nombreuses vies.

En ce qui concerne le film, on demanda à Eisenstein de corriger ses « erreurs ». Cependant, il mourut peu après et la deuxième partie de son film ne fut montrée pour la première fois qu'en 1958, conformément au montage du réalisateur.

Dans cette autre publication découvrez cinq faits sur Sergueï Eisenstein prouvant qu’il était un génie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies