À l’affiche en août 2021: les événements culturels à ne surtout pas manquer

Natalia Nosova
Traditionnellement, le mois d'août est une période de détente et de tranquillité, où chacun veut profiter au maximum des derniers rayons du soleil d'été. Cependant, cela ne veut pas du tout dire que ce mois-ci vous ne trouverez pas un seul événement lié à la culture russe en France. Ne manquez pas un festival du cinéma russe à Paris, une rencontre en plein air avec la musique russe, et l'exposition du jumelage entre Iaroslavl et Poitiers.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Cinépassions russes en noir et blanc

Si vous rêvez de regarder régulièrement le cinéma russe, mais avez besoin d'un guide pour entrer dans son univers, ne manquez pas de visiter le traditionnel festival d'été du Centre spirituel et culturel orthodoxe russe à Paris.

Sa rétrospective « Cinépassions russes en noir et blanc (1915-1939) » aura lieu les jeudis 5, 12, 19 et 26 août à 19:00 (heure de Paris).

Pour faciliter votre choix, nous avons analysé son programme spécialement pour vous.

5 août – Mirages (1915, par Piotr Tchardynine)

Comme le bonheur est illusoire ! Ce chef-d'œuvre du cinéma muet russe vous racontera le destin tragique d'une jeune femme qui ne résiste pas à la tentation d'une vie luxueuse. Marianne est une actrice prometteuse issue d'une famille pauvre. Elle trouve un travail chez un millionnaire et tombe bientôt amoureuse de son fils. Rêvant de richesse, elle quitte sa famille et son fiancé. Cependant, le séducteur ne va pas l'épouser.

12 août – Romance sentimentale (1930, par Sergueï Eisenstein)

Ce chef-d'œuvre n'aurait pas vu le jour sans le voyage en France du génie du cinéma soviétique Sergueï Eisenstein. Dans l'Hexagone, il rencontre l'entrepreneur Leonardo Rosenthal, qui lui promet de financer son film à condition que sa bien-aimée Mara Griy y joue le rôle principal. Cette œuvre est avant tout intéressante car il s’agit de la première tentative de maîtrise du son dans le cinéma russe.

12 août – Le Cirque (1936, par Grigori Aleksandrov), présenté par l'historienne du cinéma russe et soviétique Françoise Navailh

Au milieu des années 1930, la comédienne de cirque Marion Dixon fuit les États-Unis. Connaissant les faits de sa vie personnelle, son patron lui fait du chantage. Cependant, lors d'une tournée en URSS, l'Américaine trouve des amis de manière inattendue et décide de rester dans le pays pour toujours. Le film est basé sur une pièce des célèbres écrivains soviétiques Ilf et Pétrov en co-auteur avec Valentin Kataïev, Sous la coupole du cirque, mais leurs noms n'apparaissent pas dans le générique. La comédie, inoffensive à première vue, a été mal reçue par le gouvernement soviétique. Certains membres de l'équipe de tournage ont même été fusillés par la suite.

19 août – L'Enfant trouvé (1939, par Tatiana Loukachevitch)

Le cinéma pour enfants est apparu en Russie soviétique au milieu des années 1920, mais avant la sortie de ce film, toutes les intrigues étaient influencées par la propagande et les personnages principaux étaient souvent engagés dans des affaires totalement non puériles – ils attrapaient des espions, se rendaient à des rassemblements et maîtrisaient les métiers d'adultes. Par conséquent, L'Enfant trouvé, au centre duquel une petite fille perdue à Moscou, est devenu une innovation notable pour son époque.

26 août – Les Traktoristes (1939, par Ivan Pyriev)

Au milieu des années 1930, le tankiste démobilisé Klim est retourné en Ukraine soviétique, où vivait Mariana, qu'il aimait depuis longtemps... Mais il s'avère qu'attirer l'attention de la jeune femme n'est pas une tâche facile, car elle est très connue dans leur kolkhoze (ferme collective) comme spécialiste du labour à grande vitesse... Mariana a plus qu'assez de ses admirateurs et elle rêve de s'en débarrasser en inventant l'amour pour un homme fort et paresseux nommé Nazar. Ce film est considéré comme un classique de la période stalinienne du cinéma soviétique. Malgré le fait qu'au centre de l'intrigue se trouve un triangle amoureux, en fait, le réalisateur glorifie la vie dans les kolkhozes et fait des villageois des héros. En même temps, en regardant ce film vous pouvez sentir l'atmosphère d'une guerre imminente. Aux yeux du spectateur, un tracteur devient un char « paisible », que les héros sont prêts à échanger contre de véritables équipements militaires à tout moment...

Entrée libre. Le nombre de place est limité. L'inscription préalable est obligatoire. Pour vous inscrire, veuillez envoyer un courriel à cscor@ambrussie.fr

Exposition photo « 50 ans d’amitié : Iaroslavl – Poitiers »

Date : 19 juillet – 31 août

Le jumelage des villes est un excellent moyen d'établir des échanges économiques et culturels entre deux pays. Cette exposition organisée par la Maison russe des sciences et de la culture à Paris est consacrée à une amitié d'un demi-siècle liant la ville russe de Iaroslavl et la cité française de Poitiers.  En la visitant, vous pouvez découvrir leur héritage historique dans le contexte culturel contemporain.

À l'époque soviétique, dans les derniers jours d'août 1970, une délégation de Poitiers est arrivée à Iaroslavl. Les Français ont été fascinés par cette ville au riche passé, perle de la célèbre route touristique de l'Anneau d'or, dont le centre historique est inscrit sur la Liste du patrimoine mondial de l'UNESCO. Un an plus tard, une première délégation réciproque soviétique s’est rendue à Poitiers, et le 19 juillet 1971, un protocole d'établissement de jumelage a été signé.

Rencontres d’été de la Datcha de Donville-les-Bains

Date : 7 août

Si vous êtes fatigué de l'agitation urbaine et avez besoin d'une source d'inspiration, cet événement est parfait pour vous. La Datcha de Donville vous invite à ses 6èmes rencontres d'été dans le jardin de la Gerbette, au 15 rue Marcel Gayet, à Donville-les-Bains.

Musique russe, théâtre et conférence seront au rendez-vous, avec la participation d'artistes de renom, tels que les musiciens Nathalia Breeva, Nicolas Kedroff, Oleg Ponomarenko. Le célèbre slaviste Lukas Aubin, qui a parcouru toute la Russie pendant cinq ans pour mener ses recherches, vous parlera de ces voyages et découvertes.

Pour les amoureux de la littérature et du théâtre russes, les organisateurs ont préparé une merveilleuse surprise – vous pourrez devenir spectateurs de la pièce de l'écrivain russe Anton Tchekhov Le Tragédien malgré lui interprétée par Jean Lamontagne et Jean-Pierre Corre.

+ Bonus. Sortie en librairie du roman Aélita d’Alexis Tolstoï par Macha Publishing

Le 24 août, afin de marquer leur rentrée littéraire, les éditions Macha Publishing proposeront un nouvel ouvrage à la vente en librairie, le deuxième de leur collection « Le Siècle rouge de la littérature russe », faisant la part belle aux auteurs russes s’étant, malgré la conjoncture soviétique, efforcés de faire vivre une littérature libre.

Cette œuvre de science-fiction visionnaire met en scène le voyage d’un simple mécanicien et d’un ingénieur vers la planète Mars, sur laquelle ils découvrent une civilisation des plus anciennes, où les classes sociales dominantes appuient de tout leur poids sur les couches inférieures de la population. Ce roman, allégorie aux sociétés bien réelles de notre monde, apparait ainsi comme un appel à la réflexion sur les valeurs et les modèles devant inspirer chacun d’entre nous.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies