Les gousli, l'instrument de musique le plus ancien de Russie

Lors de l'inauguration du monument aux grands-princes Riourik et Oleg, à Staraïa Ladoga (Nord), première capitale de la Russie

Lors de l'inauguration du monument aux grands-princes Riourik et Oleg, à Staraïa Ladoga (Nord), première capitale de la Russie

Rouslan Chamoukov/TASS
Les personnages de contes de fées russes jouent de la musique sur des gousli et vainquent même les ennemis avec leur aide. Comment? En les faisant danser!

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le son de cet instrument folklorique vous fera vous imaginer dans une forêt en chemise traditionnelle russe « kossovorotka » et en train de serrer un bouleau dans vos bras. Cet instrument se trouvait notamment entre les mains des stariets (doyens, vieux sages) à longue barbe qui racontaient leurs byliny (poèmes narratifs) accompagnés d'une musique calme. C'était le seul instrument dont les bogatyrs (guerriers légendaires) jouaient, faisant danser leurs ennemis jusqu'à la fin. Il s’agit des gousli (le nom est toujours au pluriel), un ancien instrument de musique à cordes qui était mentionné dans la plupart des contes de fées slaves. Mais qu'est-ce qui le rend si magique et qui en joue de nos jours ?

Un bourdonnement ancestral

Le nom « gousli » est dérivé des mots « gousla », qui en russe ancien signifiait « corde », et « goudiet’ », se traduisant comme « bourdonner ». Le doux son des gousli ressemble il est vrai à un murmure de ruisseau ou à un chant d’oiseaux.

Cet instrument ancien est connu depuis le IXe siècle et est aujourd'hui très répandu dans les orchestres folkloriques et symphoniques. Traditionnellement, les gousli ont de 5 à 60 cordes, selon le type : en forme de casque ou d'aile, qui doivent être placés sur les genoux, en forme de lyre verticale ou de piano, qui sont le plus souvent utilisées dans les grands orchestres folkloriques. Le musicien, appelé en russe « gousliar », joue en utilisant deux doigts ou un médiateur, selon la taille des gousli.

Traditionnellement, cet instrument est par ailleurs fabriqué à partir d'érable, de bouleau ou de sorbier.

Il était impossible d'organiser une fête slave sans cet instrument : les nobles comme les paysans aimaient écouter la mélodie des gousli. Même les tsars russes avaient des orchestres de gousli pour les apprécier lors des dîners de fête. Et bien sûr, les gousli étaient l'instrument des musiciens et comédiens itinérants que l'on appelait « skomorokhs ». Cependant, un jour, leur musique et leurs représentations ont été interdites par l'Église orthodoxe pour leurs poèmes railleurs. Leurs gousli ont alors été jetés au feu.

Lire aussi : Les «skomorokhs», premiers musiciens INTERDITS en Russie

L'instrument des héros

Autre tableau de Viktor Vasnetsov

Selon une légende, les premiers gousli auraient été fabriqués par des bogatyrs désirant se distraire. Ils auraient en effet trouvé un arbre approprié et auraient décidé de fabriquer un instrument de musique. Fiction ou pas, mais dans les épopées slaves, les guerriers ne jouent que des gousli.

Par exemple, un guerrier nommé Sadko était un homme très pauvre, qui jouait de ses gousli sur la rive du lac Ilmen, près de Novgorod, dans le nord de la Russie. Un jour, un vodianoï (un esprit aquatique de la mythologie slave) aurait entendu sa musique et aurait fait de lui un riche marchand.

Une autre légende raconte qu'un bogatyr appelé Dobrynia jouait des gousli lors des fêtes du grand-prince Vladimir le Grand, divertissant ses invités. Le guerrier nommé Stavr Godinovitch était quant à lui un gousliar si talentueux qu'il aurait été libéré de prison pour égayer un ambassadeur étranger.

Certains chercheurs en folklore russe supposent même que jouer des gousli faisait partie de l'éducation des guerriers.

Gousli magiques jouant tout seuls

Dans les épopées populaires russes, on mentionne souvent des « gousli-samogoudy » (« gousli-autobourdonnant »), capables de jouer de la musique eux-mêmes, sans musicien. Ils seraient « activés » par une simple commande vocale, « Gousli, jouez ! », et feraient danser tout le monde autour d'eux sans interruption. Dans une légende, de tels gousli auraient aidé à libérer Maria l’Habile de la captivité d’un vodianoï. Dans une autre, il aurait permis à un simple berger d'épouser la fille du tsar.

Bien sûr, nous savons que les héros des contes de fées possèdent de nombreux gadgets magiques, mais certains historiens pensent encore que de tels gousli pourraient avoir réellement existé – par exemple, ils pourraient y avoir eu un mécanisme comme une boîte à musique, jouant une certaine mélodie.

Lire aussi : Dix instruments traditionnels russes qui enchanteront vos oreilles (vidéos)

Les gousli existe-t-ils encore ?

Artistes du collectif traditionnel amateur

La musique folklorique est très populaire en Russie et il existe même des ensembles qui ne se composent que de différents types de gousli (comme l'orchestre d'État appelé « Gousliars de Russie »).

De plus, beaucoup de gens veulent encore apprendre à jouer de cet instrument traditionnel, ne serait-ce que pour eux-mêmes. « Jouer des gousli peut même être intuitif, affirme Sergueï Gortchakov, un éminent fabricant de gousli, qui a créé un atelier familial dans la région de Tver. Il suffit de prendre l'instrument dans ses mains, de commencer à pincer les cordes et de faire de beaux sons. Les gousli sont accordés de manière à ce que vous ne puissiez pas rater une note ! ».

Membres du club familial de renforcement corporel Krepych, dans l'eau gelée du fleuve Enisseï, à Krasnoïarsk (Sibérie)

Récemment, il a organisé un marathon en ligne pour les débutants et rapporte que plus de 100 étudiants ont terminé son cours. « Vous devez juste entraîner votre motricité des mains et il y aura de la musique ».

Dans son atelier, l'équipe de Sergueï fabrique non seulement des gousli traditionnels avec des techniques anciennes, mais aussi des versions modernes, comme dans le style du black metal, qui sont très prisées par les musiciens.

Dans cet autre article, nous nous intéressions à la balalaïka, l’autre instrument emblématique de Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies