Domaine russe: à quoi ressemblait le «paradis terrestre» des nobles d’antan?

Un photographe et expert spécialisé dans les domaines russes décrypte le caractère unique des domaines russes et explique comment étaient organisés ces lieux où naquirent des personnalités éminentes de la culture russe.

1. Le cœur du manoir

Maison avec mezzanine. Manoir de la grand-mère d’Alexandre Pouchkine, Zakharovo, région de Moscou

Le centre du domaine est la maison du maître. Selon le niveau des revenus des propriétaires du domaine, il pouvait s'agir d'une petite maison avec une mezzanine ou d'un véritable palais.

La disposition interne du manoir obéissait le plus souvent à la règle principale : distinguer les pièces d'habitation des pièces « d’apparat ». La première catégorie comprenait les chambres des propriétaires, les chambres des enfants et les boudoirs. Le deuxième groupe de pièces était constitué par des salles d’apparat, une salle à manger ou encore une salle de bal où on recevait les invités et organisait des événements.

En règle générale, le style architectural du bâtiment et son emplacement donnent le ton de tous les autres éléments de la structure du manoir russe.

2. Centre spirituel

Église de Kazan à Bogoroditsk, région de Toula

Avant la Révolution de 1917, la foi en Dieu était la base de la vision du monde des nobles russes. La très grande majorité des propriétaires terriens menait une vie spirituelle : ils se rendaient aux services religieux du dimanche et lors des fêtes, observaient le jeûne, respectaient scrupuleusement les sacrements, et avaient un directeur spirituel. Les représentants de la classe paysanne étaient profondément religieux, aussi bien avant qu’après l'abolition du servage.

La plupart des domaines nobles étaient situés à l'extérieur de la ville - il était extrêmement compliqué pour les familles aristocratiques et pour les paysans de se rendre à des services religieux en marchant plusieurs dizaines de kilomètres.

>>> La deuxième vie des demeures nobles abandonnées après 1917

C'est pour ces raisons que la plupart des nobles ont cherché à construire des églises dans leurs propres domaines. Ainsi, les domaines sont également devenus des centres de la vie spirituelle des régions et des municipalités voisines.

Au XIXe siècle, des écoles du dimanche pour enfants paysans ont commencé à apparaître dans de nombreuses églises de domaines - ainsi, une noblesse éclairée a donné vie à des idées libérales sur la nécessité d'une éducation universelle.

3. Un lieu de promenade et d'inspiration

Allée dans le domaine de la famille Tolstoï, Nikolskoïe-Viazemskoïe, région de Toula

Le domaine noble est impossible à imaginer sans les parcs pittoresques qui entourent la demeure principale. Selon la mode de telle ou telle époque, ils peuvent être réguliers - géométriques, subordonnés à un motif artificiel clair -ou paysagers - également créés par la main de l’homme, mais aussi naturels que possible. Le plus souvent, dans un domaine russe, vous pouvez trouver un parc mixte, où il y a une partie régulière et une partie paysagère.

Le parc était destiné à servir non seulement de décoration pour le domaine, mais aussi de source d'inspiration pour ses propriétaires. Ici, ces derniers se reposaient, prenaient des décisions importantes et organisaient des promenades quotidiennes. Afin de ravir le regard des propriétaires, le manoir était obligatoirement entouré de plans d’eau - étangs, lacs, rivières, cascades étangs, fontaines.

4. Le royaume de la flore

Vergers de pommiers dans le domaine de Léon Tolstoï Iasnaïa poliana, région de Toula

Les parcs des manoirs n'étaient pas les seuls « points verts » des terres nobles. Ils étaient généralement complétés par des jardins et des serres au caractère à la fois décoratif et pratique.

Les vergers fournissaient à la propriété une récolte abondante, les fruits étant acheminés non seulement à la table du maître, mais également proposés à la vente. Une situation similaire existait avec les serres. En plus de la culture de plantes et de fleurs rares, on y cultivait des fruits exotiques pour surprendre les invités.

>>> Huit choses à savoir sur Iasnaïa Poliana, le domaine de Léon Tolstoï

5. Un abri pour les muses

Théâtre dans la propriété de Lioubimovka, région de Moscou (Tchekhov a vécu ici et y a écrit La Cerisaie)

Les domaines nobles ont toujours été des centres autonomes de la vie culturelle de la société russe. Souvent, dans ces demeures, d’immenses bibliothèques appartenant aux maîtres et des théâtres de serfs ont été créés, ces établissements égalant parfois les théâtres professionnels.

Le thème de l'art pouvait être décelé dans la décoration des domaines. On trouve des motifs d'anciens mythes et légendes, d’œuvres littéraires et de créations artistiques contemporaines dans la décoration des manoirs et dans d'autres éléments de la vie des nobles.

6. Les loisirs des propriétaires

Jardin du scientifique Andreï Bolotov dans le domaine de Dvorianinovo, région de Toula

Le manoir servait d'indicateur universel du goût de ses propriétaires. Si le propriétaire foncier avait des passe-temps, cela se reflétait bien sûr dans l'apparence de son patrimoine. Par l'abondance de peintures dans les salles de cérémonie, on pouvait reconnaître un connaisseur d’art, une énorme collection de plantes tropicales dans la serre dénotait un naturaliste enthousiaste, et la variété de races des chevaux dans l'écurie était le signe de la présence d’un cavalier aguerri.

Ces détails peuvent renseigner sur les mœurs du propriétaire et du manoir mieux que n'importe quel musée ou manuel.

7. Petites formes

Pavillon dans le domaine d'une famille noble Léontiev, Voronino, région de Iaroslavl

Le charme de la propriété est mis en valeur par les « petites formes » architecturales. Pavillons, ponts élégants, statues et bustes en marbre, grottes et pots de fleurs en pierre d'ornement font rimer l’architecture et l’ensemble paysager du domaine. Ils étaient placés de manière à créer chez les propriétaires et les invités du domaine le désir de se détendre immédiatement et de profiter de la vue spectaculaire.

>>> Dans la peau d’un aristocrate: cinq visites de domaines du XIXe siècle accessibles depuis Moscou

8. Partie économique

Haras dans la propriété du philanthrope et homme d'affaires Pavel von Derviz, Starojilovo, région de Riazan

Tous les manoirs, même les plus modestes, constituaient une grande ferme harmonieuse. Réserves de glace, caves, cuisine, laverie, centres équestres et basse-cour, relais de diligence, moulin – tel était l’ensemble standard de services desservant le domaine du manoir.

Des familles nobles particulièrement entreprenantes ont ouvert diverses industries sur le territoire de leur domaine ou à proximité, et parfois des usines entières. Cela a permis de rentabiliser financièrement leur propriété.

9. Une maison pas seulement pour les nobles

Aile du personnel dans le domaine des Golitsyne, Arkhanguelskoïe, région de Moscou

La vie du domaine noble était rendue possible par les efforts de dizaines d’employés. Jusqu'à la seconde moitié du XIXe siècle, il s'agissait du travail de serviteurs, puis de salariés.

Tous les travaux dans le domaine : des « nobles » - construire de nouveaux pavillons, gérer des actifs et élever des enfants nobles - aux plus « grossiers » - nettoyer les pièces et les écuries et prendre soin des animaux - nécessitaient un séjour permanent ou de longue durée dans le domaine.

>>> Méditation photographique: cinq photos de dômes qui ressemblent au firmament

En règle générale, des chambres spéciales étaient réservées aux domestiques et aux serfs - il pouvait s’agir des dépendances de la maison principale, de bâtiments spéciaux ou de maisons individuelles - « maison du gérant », « maison du jardinier », etc. Tous ces bâtiments faisaient également partie intégrante de l’ensemble.

Si vous souhaitez en savoir plus sur l’étiquette des siècles passés en Russie, découvrez les leçons de bonnes manières de Pierre le Grand.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies