Les citations russes les plus célèbres expliquées

Les dirigeants du pays n’ont jamais été avares de bons mots, et les périodes de troubles ou de bouleversements ont alimenté des déclarations emblématiques qui résonneront à jamais.

« Nous espérons que ce sera mieux, mais ça se finit comme toujours » - Viktor Tchernomyrdine

Viktor Tchernomyrdine a été Premier ministre russe de 1993 à 1998, sous la présidence de Boris Eltsine. Il est devenu célèbre pour ses déclarations inoubliables, et celle-ci est la plus connue du lot.

Tchernomyrdine a prononcé ces mots le 6 août 1993 lors d'une conférence de presse visant à expliquer la tristement célèbre réforme destinée à mettre un terme à la circulation des billets de banque de l'ère soviétique, qui étaient toujours valables avec aux côtés du nouvel argent émis par la Russie après 1991. Les gens se sont vu demander d’échanger les billets obsolètes contre le nouvel argent, mais le montant qui pouvait être échangé était limité ; la date limite était fixée au 31 décembre 1993. C’était un cauchemar pour les personnes qui avaient économisé en devise soviétique. Ils ne pouvaient pas échanger de gros montants avant la date limite et de nombreux Russes ont vu leurs économies disparaître du jour au lendemain.

>>> Le «top» des questions qui taraudent les Russes

Il était déjà clair en août, au début de l’échange, que les problèmes étaient nombreux et que la réforme était mal préparée et inopportune. Seuls les rares chanceux qui avaient leurs économies cachées dans des comptes bancaires d'État étaient en sécurité. Pour la plupart des citoyens, tout s’est passé « comme toujours » - ils ont perdu la plus grande partie de leur argent. C’est ce à quoi se référait Tchernomyrdine.

Mais pourquoi le gouvernement n’a-t-il pas amélioré la réforme sur-le-champ ? Le nouveau gouvernement était en train de mettre en place un nouveau système monétaire et ne voulait pas que les personnes disposant de beaucoup d’argent soviétique conservé « sous le matelas » échangent tout contre du nouvel argent - cela aurait alimenté l’inflation en inondant le marché. Tchernomyrdine et ses collègues ont donc dû prendre ces mesures impopulaires, en sauvant l'État aux dépens de sa population.

« Le cinéma est pour nous le plus important des arts » - Vladimir Lénine 

En février 1922, Vladimir Lénine s’entretint avec Anatoli Lounatcharski, commissaire du peuple à l’éducation et principal idéologue soviétique (après Lénine lui-même.) Comme le rappela Lounatcharski dans ses lettres, Lénine lui avait parlé du développement du cinéma communiste. Le célèbre révolutionnaire a déclaré qu'il fallait faire des films à la fois divertissants et scientifiques, tandis que les films contre-révolutionnaires et obscènes devaient être interdits.

Lénine a déclaré : « Vous êtes célèbre en tant que mécène, vous devez vous rappeler que le cinéma est pour nous le plus important des arts. » Cette citation, mentionnée pour la première fois par Lounatcharski en 1925, n'a pas circulé que dans les cercles du cinéma soviétique, mais aussi, détournée de façon ironique, parmi l’intelligentsia qui détourna ces mots pour tourner en dérision l’idéologie soviétique, comme par exemple : « Le film, le vin et les dominos sont pour nous les plus importants des arts » (un jeu de mots basé sur le fait que film, le vin et les dominos riment en russe - et ces trois passe-temps étaient en effet les plus populaires parmi les travailleurs de l'URSS).

>>> Cinq citations de Russes célèbres attribuées à tort

« Quand le tsar russe pêche, l'Europe peut attendre » - Alexandre III de Russie

Le tsar Alexandre III de Russie (1845 - 1894) était propriétaire d’une maison de campagne, ou datcha, à Kotka en Finlande. À l'époque, cette dernière faisait partie de l'Empire russe et en pêcheur passionné, Alexandre aimait passer l’été avec sa famille en faisant de la rame, de la randonnée et de la pêche. Il a même fait construire une hutte de deux étages pour sa famille dans les bois. Au cours de sa vie, il s’y est rendu 31 fois au total, y passant 213 jours.

Un jour, alors que le tsar se détendait dans sa datcha, un conflit diplomatique éclata en Europe concernant les intérêts de la France, qui était depuis 1891 l’alliée de l’Empire russe. Le ministre russe des Affaires étrangères, Nicolas de Giers, a envoyé un télégramme au bureau de l’empereur, recommandant à Alexandre d’écourter ses vacances et de rentrer à Saint-Pétersbourg pour participer personnellement aux négociations. Le ministre des Affaires étrangères craignait que le conflit ne mène à une guerre en Europe.

Lorsque les messagers se sont précipités à la maison de campagne d'Alexandre avec le message, le tsar l'a écouté calmement et a répondu en ces termes: « Lorsque le tsar russe pêche, l'Europe peut attendre ».

Découvrez, grâce à notre article, les citations qui illustrent la présence de l'hiver dans la littérature russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies