Le 13e prix Russophonie récompense la traduction d’une œuvre de Grisha Bruskin

Pixabay

Poète, peintre et traductrice littéraire française, Christine Zeytounian-Beloüs est devenue lauréate du 13e prix Russophonie décerné samedi à Paris dans le cadre des 10e Journées européennes du Livre russe et des Littératures russophones, et ce, pour sa traduction de L’imparfait du temps passé, œuvre de Grisha Bruskin parue aux Nouvelles éditions.

Ce n’est pas la première fois que Mme Zeytounian-Beloüs se voit attribuer cette récompense distinguant la meilleure traduction vers le français d’une œuvre initialement rédigée en russe. En 2010, elle lui avait en effet été remise pour sa traduction du poème d’Andreï Biely Premier Rendez-vous.  

>>> 25 ouvrages fortement recommandés par Léon Tolstoï

C’est en présence de l’auteur de l’œuvre que la lauréate a par ailleurs reçu la récompense – une récompense financière et une œuvre du sculpteur Victor Kriouchkov.

Quatre autres traducteurs étaient en lice pour ce prix créé en 2006 et ayant pour but de promouvoir la littérature en langue russe et d'en faire connaître les acteurs. Il s’agissait de Sophie Benech pour Voleur, espion et assassinde Iouri Bouïda (éditions Gallimard), Maria-Louisa Bonaque pour Prague Nuit Rouge de Pavel Pepperstein (Nouvelles éditions Place), Hélène Henry pour La cartothèque de Lev Rubinstein (éditions Le Tripode) et Frère Bertrand Jeuffrain pour L’enfant de sucre d’Olga Gromova (Éditions des Quatre Vivants).

Vous êtes, vous aussi, un avide amateur de littérature ? Nous vous présentons dans cet autre article sept romans russes contemporains à dévorer au plus vite !

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies