Vingt livres russes emblématiques qui pourraient bouleverser votre vie

Legion Media
Ces auteurs ont aidé des générations de Russes à découvrir qui ils sont et où ils se vont dans la vie. Et ils pourraient aussi vous guider...

1. La fille du capitaine d’Alexandre Pouchkine (première publication en 1836)

Un jeune officier est envoyé dans un coin reculé de l'Empire russe. Il tombe amoureux de la fille du capitaine de la forteresse. Immédiatement, une rébellion paysanne met en danger la vie du jeune officier et de la jeune femme qu’il aime tant. Il est obligé de choisir entre la vie et le devoir, mais son destin s'avère surprenant.

2. Un héros de notre temps de Mikhaïl Lermontov (1840)

Un jeune officier dépêché dans une région instable vole le cheval d'un gros dur local et, pour pousser sa chance un peu plus loin, kidnappe également une fille des environs. Les mauvaises actions du protagoniste déclenchent une série de catastrophes. 

Lire aussi : Que boivent les personnages de la littérature russe?

3. Les carnets du sous-sol de Fédor Dostoïevski (1864)

Un recueil de notes écrites par un homme visiblement instable révèle sa vision de l’humanité à travers ses mésaventures et ses viles actions. Cette déclaration philosophique sous forme de roman est densément remplie d'investigations traditionnelles « à la Dostoïevski ».

4. Guerre et paix de Léon Tolstoï (1865)

Sonia tombe amoureuse de Nicolas et tout le monde tombe amoureux de Natacha. Pendant ce temps, Napoléon envahit la Russie, le comte André se rebelle contre le fardeau de son mariage et Pierre hérite une fortune de son père, qu'il connaissait à peine, et devient terriblement riche.

Guerre et paix est l'étude la plus monumentale et la plus originale jamais écrite au sujet de l'amour. Mais c’est aussi une gigantesque esquisse sur la condition humaine : amour, trahison, aspirations, vanité, patriotisme, passion, envie et bonheur - chaque émotion est dépeinte avec une précision divine dans le roman le plus célèbre de Tolstoï.

Lire aussi : Les dix personnages les plus méprisables de la littérature russe

5. La sans-dot d’Alexandre Ostrovski (1879)

Larissa, une jeune femme séduisante mais pauvre, tombe amoureuse d’un homme riche mais sans cœur. Malgré les sentiments sincères de la femme, l’homme la quitte. Une triste histoire d'amour trahi qui dépeint le destin de la femme dans toute son horreur. Les hommes représentent le mal dans la pièce, tandis que l'héroïne incarne l'injustice fondée sur le genre.

Le roman est fortement recommandé pour les lecteurs intéressés par le sujet de l’inégalité entre les sexes dans l’Empire russe.

6. La cerisaie d’Anton Tchekhov (1904)

Une propriétaire en faillite revient de l’étranger en Russie et se rend compte qu’elle ne peut pas joindre les deux bouts. Incapable de conserver son domaine, le propriétaire et sa fille sont obligées de déménager et la propriété est prise en charge par un nouveau propriétaire qui détruit la cerisaie possédant une grande valeur sentimentale. La pièce met en scène la fin d’une noblesse russe charmante, mais déconnectée des réalités.

7. Bracelet grenat d'Alexandre Kouprine (1911)

Une femme mariée reçoit un bracelet de pierres précieuses en cadeau d'un admirateur secret. Son mari le découvre et se lance aux trousses de l'expéditeur. 

Lire aussi : Dix livres russes surprenants qui changeront votre vision de la vie

Kouprine transforme l’histoire plutôt étrange d'un homme psychologiquement instable en une belle histoire d'amour perdu.

8. La tête du professeur Dowell d’Alexandre Beliaïev (1925)

Un chirurgien sans éthique mène des opérations inimaginables et ressuscite des personnes mortes à l'aide d'une tête vivante qu'il exploite secrètement. L’assistante-chirurgienne, Marie, découvre le terrible secret et fait face aux conséquences.

Aussi fou que cela puisse paraître, le roman est partiellement autobiographique puisque Beliaïev a été paralysé et se sentait pratiquement comme une « tête sans corps ».

Lire aussi : Sept livres russes qui vous aideront à trouver un sens à votre vie

9. Marie de Vladimir Nabokov (1926)

Le premier amour de quatre jours entre Lev et Marie, 16 ans, est le thème central du premier roman de Nabokov. Des souvenirs doux-amers de leur premier amour sont garantis pour les lecteurs.

10. Docteur Jivago de Boris Pasternak (1957)

Iouri tombe amoureux de Lara. L'intrigue est aussi simple que cela, mais la première rencontre des deux personnages centraux ne se produit qu'après qu’ils ont subi tous les revers possibles et imaginables: révolution, répression, séparation, misère, guerre. Paradoxalement, le thème central du roman est celui du rôle de la liberté humaine et de la réalisation de soi dans le cours de l’histoire.

11. Une journée d'Ivan Denissovitch d’Alexandre Soljenitsyne (1962)

Un détenu d'un camp de prisonniers soviétique se réveille, réalise sa routine quotidienne et se couche : fin. Et pourtant, certains pensent que chaque citoyen devrait connaître ce livre par cœur. Cette histoire de la monstruosité humaine et du désir intérieur de vivre a apporté à Soljenitsyne une renommée mondiale.

Lire aussi : De Gogol à Tolstoï: les cinq livres les plus effrayants de la littérature russe

12. Carnet d'un jeune médecin de Mikhaïl Boulgakov (1963)

Un médecin jeune et inexpérimenté débarque dans un hôpital d'un village reculé pour occuper un poste de chirurgien en chef. Le jeune homme prie pour ne pas avoir de nouveaux patients car il craint d’échouer devant la petite équipe de l’hôpital. Le soir même de son arrivée, une jeune femme est amenée pour une amputation…

Il est impossible de décrire cette série d’histoires courtes: elles sont dynamiques et captivantes et les peurs du narrateur nous sont très familières.

Le roman est parfait pour les amoureux de nature qui ne craignent pas les drames violents qui se déroulent dans un joli cadre campagnard.

13. Dires et faits de Valentin Pikoul (1974)

Ce roman est un « Game of Thrones » moins les dragons plus les intrigues de la cour russe. L'auteur bombarde les lecteurs d'intrigues, de complots, de coups d'État et d'autres aventures.

Lire aussi : Les plus grands ouvrages d’Alexandre Soljenitsyne

14. La Mitrailleuse d'argile de Victor Pelevine (1996)

Quatre patients sont enfermés dans une institution psychiatrique où un spécialiste pionnier applique sa technique de « l'expérience commune d'hallucination » pour soigner les patients qui, par conséquent, acquièrent une existence parallèle allant d’épisodes de la guerre civile russe aux batailles entre clans japonais rivaux.

Attention, ce roman risque d'engendrer un état de délire chez ses lecteurs…

15. Médée et ses enfants de Lioudmila Oulitskaïa (1996)

Médée vit en Crimée et réunit toute sa famille élargie chez elle chaque été. Cette saga familiale qui se déroule dans le contexte des tragédies du XXe siècle brille d'un amour chaleureux pour la péninsule de Crimée.

16. Le géographe a bu son globe d’Alexeï Ivanov (1997)

Un professeur de géographie provincial tourmenté par une vie de famille difficile a le béguin platonique pour une adolescente qui étudie dans sa classe.

Lire aussi : Léon Tolstoï contre le monde: trois «guerres saintes» auxquelles s’est livré le grand écrivain

Encyclopédie du désespoir des provinces russes, le roman conduit les lecteurs au salut à travers un amour pur et innocent.

17. Le Slynx de Tatiana Tolstaïa (2000)

Benedikt écrit des documents pour le gouvernement dans une Russie post-apocalyptique remplie de citoyens mutés.

Les lecteurs frissonneront en se promenant dans une Russie futuriste et dystopique.

18. Journée d’un opritchnik de Vladimir Sorokine (2006)

La Russie de 2027 n’est pas vraiment un endroit où il fait bon vivre : l’autocratie est rétablie, le pays est appauvri et les forces punitives orchestrent la répression, tandis que les sentiments xénophobes prévalent.

Lire aussi : De sombres besoins: quels vices consumaient Tolstoï et Dostoïevski?

 19. Mort en trinquant de Boris Akounine (2008)

Un jeune officier, Alexeï Romanov, devient agent du service de contre-espionnage de l'Empire russe par accident. À la veille de la Première Guerre mondiale, inexpérimenté mais perspicace, Alexeï doit démasquer une unité de renseignement allemande dirigée par un prodige de l'espionnage allemand.

La série de livres intitulée Roman de cinéma est si bien écrite que le lecteur a l’impression de regarder un film muet. L'astuce fonctionne, et tous les romans (y compris Mort en trinquant) captivent le lecteur.

20. L'Archipel des Solovki de Zakhar Prilepine (2014)

Artiom est envoyé dans le tristement célèbre camp de prisonniers soviétiques de Solovki pour avoir tué son père. Incarcéré, il doit survivre dans cet enfer sur terre rempli d'âmes tout aussi coupables que lui.

Ce roman sombre mis en scène dans un camp de prisonniers soviétique des années 1920 vous fera frissonner sous votre couverture.

Cet opus est une satire politique fulgurante extrêmement critique sur les perspectives du pays.

Dans ce quiz, vérifiez si vous connaissez réellement les plus célèbres personnages de la littérature russe.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies