Ces sculpteurs qui ont modelé le visage de l’art soviétique et russe

Le sculpteur soviétique Sergueï Konenkov

Le sculpteur soviétique Sergueï Konenkov

Tsesarskiy/Sputnik
La Russie a vu naître sur son territoire de grands artistes, et le domaine de la sculpture ne fait pas exception. Russia Beyond vous dresse le portrait de quelques-uns de ces grands noms de la discipline.

En dépit du fait que le sculpteur italien d’origine russe Paul Troubetzkoy s’entendait bien avec Léon Tolstoï, il n’a lu aucune de ses œuvres. En visitant le domaine de l’écrivain, Troubetzkoy a même réussi à oublier de prendre avec lui la copie des œuvres complètes de son ami, pourtant offerte par l’auteur en personne. Cependant, il a parfaitement saisi l’image de ce monument de la littérature russe, et sa sculpture de Tolstoï est considérée comme l’une des meilleures.

Paul Troubetzkoy

Le sculpteur russe Mikhaïl Bloch а fortement contribué à la propagande des idées révolutionnaires et communistes en créant de monumentales statues, telles que celle du Grand métallurgiste. Malgré cela, il a été exécuté en 1920, accusé d’espionnage au service de la Pologne.

Mikhaïl Bloch devant la statue Grand métallurgiste

Ivan Shadr est parvenu à travailler pour les deux camps opposés dans la guerre civile russe. En effet, alors qu’il vivait à Omsk, en Sibérie, les Blancs lui ont ordonné de créer un monument en hommage au général Kornilov, l’un des leaders du mouvement anticommuniste, ainsi qu’un monument en honneur de la libération de la Sibérie de l’emprise des bolcheviks. Mais quand la ville a été capturée par l’Armée rouge, Shadr a retourné sa veste, en réalisant un monument à la mémoire des victimes de la Terreur blanche et une statue de Karl Marx.

Ivan Shadr dans son atelier, 1925

Sergueï Merkourov a été le premier sculpteur soviétique à commencer à créer de grandioses monuments à l’effigie de Staline et de Lénine à travers le pays. Parmi eux, se trouvaient un monument de 49 mètres à la gloire de Lénine à Erevan, actuelle capitale de l’Arménie, et une autre de 37 mètres à Doubna, dans la région de Moscou. La plupart des monuments de Merkourov pour Staline ont néanmoins été détruits durant la déstalinisation, sous Khrouchtchev, à la fin des années 1950.

Des millions de personnes observent quotidiennement les créations de Matveï Manizer. C’est lui qui est à l’origine des statues en bronze des étudiants, soldats, marins, enfants, etc, de la station de métro Plochtchad Revolioutsii (Place de la Révolution), à Moscou. Ces œuvres sont au nombre de 76 au total : 18 personnages ont été dupliqués quatre fois et 2 l’ont été deux fois.

Sergueï Konenkov

Le célèbre sculpteur Sergueï Konenkov a souvent été qualifié de « Rodin russe ». Malgré le fait qu’il ait vécu et travaillé aux États-Unis durant environ deux décennies, il n’a jamais perdu ses liens avec son pays natal. Lorsqu’il a décidé de revenir en URSS en 1945, Staline en personne a envoyé un bateau à vapeur pour le rapatrier, lui et ses affaires.

Nikolaï Tomski

Pendant des années, le monument au général soviétique de la Seconde Guerre mondiale Ivan Tcherniakhovski, créé par le sculpteur Nikolaï Tomski, est resté à Vilnius, capitale de la République soviétique de Lituanie. À la chute de l’URSS, les Lituaniens ont cependant décidé de le démolir. Il a toutefois été sauvé par les troupes russes évacuant les lieux, qui l’ont ensuite transporté jusqu’à la ville de Voronej, où il se dresse encore de nos jours.

Bien que le monument à la gloire de l’illustre poète russe Alexandre Pouchkine, imaginé par Mikhaïl Anikouchine en 1957, ait été approuvé par une commission gouvernementale, le sculpteur était si peu satisfait de son œuvre qu’il a investi son propre argent pour en réaliser une nouvelle. Elle se tient aujourd’hui sur la place des Arts, à Saint-Pétersbourg.

Grigori Postnikov

Grigori Postnikov était connu pour ses œuvres sur le thème de l’espace. Sur cette photo, la première femme à avoir effectué un vol dans le cosmos, Valentina Terechkova, regarde la sculpture la représentant, dans l’atelier de l’artiste.

Tatiana Sokolova aimait travailler non seulement avec l’argile, mais aussi avec la céramique et le bois. La femme, la famille et l’amour ont été les sujets au cœur de son œuvre.

La vie artistique de Lev Kerbel a été une suite de hauts et de bas. En effet, il a par exemple créé le fameux Mémorial soviétique du parc Tiergarten à Berlin, mais d’un autre côté il a été forcé de réaliser les pierres tombales de parrains du crime dans les turbulentes années 1990.

Ernst Neïzvestny

Le talentueux sculpteur russo-américain Ernst Neïzvestny a entretenu des relations complexes avec le pouvoir soviétique, et Nikita Khrouchtchev a souvent qualifié ses œuvres d’« art dégénéré ». Malgré cela, l’artiste n’a pas décliné la requête des proches du dirigeant de réaliser la pierre tombale de ce dernier. En 1976, Neïzvestny a quitté l’URSS, mais a par la suite confié que cela avait été une véritable tragédie personnelle.

Vadim Sidour

Vadim Sidour était un homme polyvalent. Il est connu non seulement pour avoir été à l’origine de plus de 500 sculptures, mais aussi pour ses travaux en tant qu’écrivain, poète et artiste.

Zourab Tsereteli

Zourab Tsereteli est aujourd’hui l’un des principaux sculpteurs de Russie. Parmi ses plus grandes œuvres figurent l’immense statue (96 mètres) de Pierre le Grand au centre de Moscou, la sculpture du Bien vainc le Mal au pied du bâtiment des Nations Unies à New York, et le Tear of Grief, situé également dans la ville américaine et ayant été réalisé suite aux attentats des tours jumelles.

Découvrez à présent comment une artiste russe s’approprie le personnage de Lénine pour le transformer en Batman, Yoda ou encore Pikachu.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.