Vova, Vladimir, Vladimir Vladimirovitch : les mystères des prénoms russes

Dessin de Niyaz Karim

Dessin de Niyaz Karim

Un prénom peut en dire beaucoup sur la personne qui le porte. Certains croient même que le nom d’un individu peut dicter son destin. Mais quels destins choisissent alors les parents russes pour leurs enfants ?

Sans aucun doute, le nom russe le plus connu à l’étranger – et donc « le plus russe » du point de vue occidental – est Ivan. Depuis de nombreux siècles, ce nom a été populaire à tous les niveaux de la société russe, de simples paysans à la famille royale (on se souvient d’Ivan le Terrible, entre autres). Cependant, c’est cette popularité qui a créé pour ce nom une mauvaise réputation : ainsi, dans les contes de fées russes, il existe un personnage, Ivanouchka-Douratchok (diminutif d’ « Ivan Dourak » qui signifie Ivan le Fou), qui est habituellement le plus jeune fils d’une famille, le bon à rien. Il est à noter quand même que c’est Ivanouchka qui est dans la plupart des cas le personnage principal et, tandis qu’au début des contes il est effectivement « fou », à la fin la chance lui sourit et il réussit.

Au XXe siècle, le nom Ivan perd en popularité et s’associe plutôt à la stupidité et à la paresse (il existe toujours une expression « se faire passer pour un Ivan » qui veut dire « glander »). Toutefois, à la fin de l’ère soviétique, des noms simples redeviennent populaires chez l’intelligentsia russe, et il y a donc pas mal d’Ivans parmi les trentenaires aujourd’hui (à titre d’exemple, l’un des présentateurs de télévision les plus populaires en Russie s’appelle Ivan Ourgant : son prénom 100% russe est combiné avec un nom de famille assez « cosmopolite »). Au contraire, des noms occidentaux et « aristocratiques » du point de vue des Russes, comme Robert, Albert, Édouard, Elvira et Cristina, sont actuellement populaires uniquement chez les provinciaux et les nouveaux riches, étant vus comme « trop kitch » par les représentants de l’intelligentsia.

D’après les statistiques, les prénoms les plus populaires en Russie en 2012 et en 2013 étaient Alexandre, Maksim, Dmitri, Artiom, Nikita et Ivan pour les garçons et Anastasia, Maria, Daria, Sofia, Elisaveta et Anna pour les filles. On constate en outre que les trois prénoms féminins ayant des significations « nobles » - Vera (« Foi » en russe), Nadejda (« Espoir ») et Lioubov (« Amour ») - aupravant très populaires, ne font plus partie du « top » aujourd’hui.

La plupart des prénoms russes ont des diminutifs (certains en ont plusieurs), formés à l’aide de divers suffixes, comme « cha »; Mikhaïl se transforme donc en « Micha », Pavel en « Pacha », Maria en « Macha », Daria en « Dacha », etc. Les suffixes étant nombreux en russe, il existe beaucoup de diminutifs différents : par exemple, pour Piotr, c’est « Petya », pour Lioubov, « Liouba » et pour Nadejda, « Nadia ». Certains diminutifs éliminent les premières lettres du prénom (Ivan,  Vania »), et certains gardent seulement celle du milieu (Alexandre, « Sacha »). De plus, les diminutifs des noms les plus populaires subissent souvent une série entière de transformations, comme Alexandre-Sacha-Sachoura-Choura. Il semble que la dernière forme n’ait rien à voir avec le prénom initial, mais tous les Russes savent bien que Choura est un diminutif d’Alexandre.

Le prénom complet n’est habituellement utilisé que dans les documents et dans des communications formelles, tandis qu'au sein de la famille ou avec les amis, on use plutôt des diminutifs. Mais attention : différents suffixes peuvent avoir différentes significations. Ainsi, les « enk » et « etchk » (Ivan – Vanetchka, Sacha – Sachenka, Macha – Machenka) ont une nuance affective et caressante, tandis que le « k » (Vanka, Sachka, Machka) est beaucoup plus simple et même un peu rude.

Durant les premières années après, la révolution de 1917, les communistes promouvaient des nouveaux prénoms qui refléteraient la nouvelle ère du pays. Ceux-ci étaient formés à l’aide de diverses transformations des noms et prénoms des leaders de la révolution (comme « Melor », abréviation de Marks, Engels, Lénine et « Oktiabrskaïa Revolutsia », la Révolution d’Octobre ; ou bien le prénom féminin « Ninel » : Lénine à l’envers). Peut-être le nom le plus bizarre de ce genre fut Dazdraperma, abréviation de la phrase russe « Da zdravstvouet Pervoïe Maïa ! » (« Vive la fête du Premier mai ! »). Il y avait également des prénoms extravagants faisant référence au progrès scientifique et technique comme « Indoustryi » (de l’industrie) ou Electron.

À l’étranger, certains prénoms sont utilisés pour nommer une catégorie des gens. Ainsi, en Occident, les Russes sont « des Ivan », tandis qu’en Russie les Allemands sont « des Fritz » et en Turquie le prénom « Natacha » est utilisé pour appeler toutes les jeunes filles russes. Certains prénoms peuvent sembler amusants à un interlocuteur étranger ; ainsi, Tania (diminutif de Tatiana), un prénom russe très populaire, veut dire « pas cher » en polonais, et le nom du président américain, Barack, signifie en russe une « baraque », comme en français.

Quant aux présidents, le prénom russe Vladimir est très ancien et signifie « celui qui possède le monde ». Un de ses diminutifs, Vovotchka, est un prénom attribué à un personnage très connu de blagues qui est, en effet,  un délinquant. Finalement,  Vladimir Vladimirovitch (ce dernier étant le patronyme, mot dérivé du nom du père) est une forme utilisée pour exprimer le respect, qui, dans ce cas, fait référence au célèbre poète russe Vladimir Vladimirovitch Maïakovski.

 

Réagissez à cet article en tweetant @larussie #LangueRusse

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.