Décès du baryton Dmitri Khvorostovski: rétrospective sur un artiste de renommée mondiale

Nina Zotina/RIA Novosti
Le célèbre chanteur Dmitri Khvorostovski nous a quittés le 22 novembre à Londres, où il vivait depuis plusieurs années. Russia Beyond rend hommage à sa mémoire et à sa remarquable contribution à l’opéra.

Un chanteur autodidacte

Dmitri Khvorostovski est né en Sibérie, dans la ville de Krasnoïarsk, en 1962 dans une famille d’ingénieurs et de gynécologues. Son père avait toutefois pour habitude de jouer du piano et de collectionner des enregistrements des plus grandes stars mondiales de l’opéra. C’est en s’inspirant de cela que Dmitri a pu trouver ses repères dans le monde de la musique. Cinq ans après être sorti diplômé d’une école d’arts de Krasnoïarsk, il a travaillé comme soliste au sein du théâtre d’opéra et de ballet local.

Un succès planétaire

Le timbre doux et profond de la voix de Khvorostovski a été fortement remarqué et loué lors du concours Singer of the World, de Cardiff, au Pays de Galles, en 1989, qu’il a par ailleurs remporté. À partir de là, il a été constamment convié à chanter dans les opéras les plus prestigieux de la planète, de Covent Garden à La Scala, de l’Opéra de Vienne au Metropolitan Opera.

Lire aussi : Cinq opéras russes à connaître et à écouter absolument

Un artiste polyvalent

Il semble n’y avoir aucun répertoire que ne pouvait interpréter Khvorostovski. Si l’on examine la liste des rôles d’opéra qu’il a joués, on y constate une impressionnante et incroyable diversité, du Don Carlos de Verdi à Onéguine de Tchaïkovski. Khvorostovski chantait également des titres pops contemporains, permettant aux différents genres de se côtoyer sur une même scène. Il a en outre surpris ses fans avec un EP constitué de chansons de guerre russes et d’un concert en conséquence.

Un homme à la volonté de fer

En 2015, Khvorostovski a annoncé que lui avait été diagnostiquée une tumeur au cerveau, et a donc mis en suspens sa carrière musicale, annulant plusieurs concerts. Il est néanmoins remonté sur scène après seulement quelques mois, endossant l’un des rôles de l’opéra Il trovatore au Metropolitan Opera, en compagnie de la soprano autrichienne d’origine russe Anna Netrebko.

Alors qu’il luttait contre la maladie en 2016 et 2017, l’artiste a continué à se produire tant en Russie qu’à l’étranger. Il a ainsi été reporté qu’après avoir annulé différents concerts, Dmitri en a donné un à Toronto en avril dernier et a fait salle comble. Le programme du gala-concert avait été établi principalement selon ses suggestions, il souhaitait en effet interpréter des arias des opéras russes.

Lire aussi : Les plus grands rôles de Galina Vichnevskaïa

En juin 2017, Kvorostovski s’est par ailleurs produit dans sa ville natale de Krasnoïarsk, en présence d’un public on ne peut plus ému, qui lui a réservé une standing ovation. Suite à sa performance avec le bras cassé, il est apparu clair aux yeux de tous qu’il rencontrait des difficultés à se mouvoir, mais il continuait tout de même à chanter encore et encore, s’écriant : « J’aurais dû revenir vers ma ville natale ».

Le 22 novembre, il a été rendu public que le baryton était décédé à 3h36, heure de Londres, où il vivait depuis 1994.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer
Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies