Le théâtre Alexandrinski de Saint-Pétersbourg, symbole de l’art russe

Service de presse
Le plus ancien théâtre national russe, l’Alexandrinski, a maintenu sa réputation de bastion des arts du théâtre à travers l'histoire turbulente du pays.

D'un côté, le luxueux bâtiment du théâtre Alexandrinski, dessiné par Carlo Rossi, surplombe la plus belle rue de Saint-Pétersbourg, qui porte le nom de l'architecte. La vue de l'autre côté donne sur l’artère la plus célèbre de la capitale du Nord, Perspective Nevski.

Rien que par son emplacement, ce bâtiment jaune avec ses colonnes blanches comme neige et des chars sculptés relie la ville cosmopolite moderne avec l'âge d'or, quand dans ses salles le grand poète Alexandre Pouchkine tissait « entre les jambes de chaise » et le romancier Nikolaï Gogol préparait la production de son Revizor.

Le design réalisé par Rossi pour le théâtre a été terminé en 1832 et ce dernier a été nommé en l'honneur de l'impératrice Alexandra Fedorovna, épouse de l'empereur Nicolas Ier.

Lire aussi : Le Bolchoï en dix faits insolites

Sur les ordres de la fille de Pierre

L'histoire de l’Alexandrinski a cependant commencé presque 100 ans plus tôt. Le théâtre a été créé par l'impératrice Elizabeth Petrovna le 30 août 1756. Son ordre de créer le théâtre stipule comme suit :

« Nous avons par la présente commandé la création d'un théâtre russe tragique et comique, pour lequel nous donnons la maison de Pierre de Golovkinski, située sur l'île Vasilievsky près de la Maison du Cadet. Et pour cela nous ordonnons que des acteurs et actrices soient recrutés : des acteurs qui étudient le chant et ceux venus de Yaroslav dans le Corps des cadets qui seront nécessaires pour cela, et en plus des acteurs qui ne sont pas en service ; et aussi, un bon nombre d'actrices. La direction de ce théâtre russe sera dirigée pour nous par le brigadier Alexander Soumarokov ».

Lire aussi : La face cachée du théâtre Mikhaïlovski

La date du décret est maintenant considérée comme la date de naissance du théâtre russe. Les premiers théâtres construits suite à l'ordre furent le théâtre Alexandrinski à Saint-Pétersbourg et le théâtre Mali à Moscou.

Une affaire d’État

Une fois créé, le théâtre russe est devenu comme un aimant, attirant les plus grands esprits de l'époque. Au moment où l’Alexandrinski fut fondé, le poète et dramaturge Alexandre Soumarokov posa les fondations du drame russe et légitima l'écriture en tant que profession.

La génération suivante a vu des œuvres de l'impératrice Catherine II jouées sur la scène, démontrant que l'art était une question d'importance étatique. La tsarine a également rendu le théâtre de cour accessible aux gens de la ville. Pendant cette période, Denis Fonvizine a écrit des pièces pour la scène à Saint-Pétersbourg, tout comme Ivan Krylov.

Depuis sa fondation, le théâtre russe avait un penchant européen, mais il a aussi développé son propre style. Nikolaï Gogol, Mikhaïl Lermontov, Ivan Tourgueniev et Alexeï Tolstoï ont eu une influence majeure sur la création du théâtre russe en tant que genre à part.

Lire aussi : Théâtre Lenkom, de l’utopie à l’anti-utopie en 90 ans

Pionnier des nouvelles traditions

À la fin du XIXe siècle, l’Alexandrinski, comme les autres théâtres impériaux, a été secoué par l'abolition de son monopole sur la mise en scène de spectacles à Saint-Pétersbourg et à Moscou. Un certain nombre de théâtres privés sont apparus par la suite dans les deux villes.

L’Alexandrinski a cependant réussi à préserver sa position unique en raison de sa réputation de centre de la puissance artistique : Tchékhov a écrit pour le théâtre, et on y a également produit des pièces d'artistes célèbres à travers l'Europe, y compris Leon Bakst, Alexander Golovine et Konstantin Korovine.

Le dernier directeur du théâtre pendant la période impériale était Vladimir Teliakovski, qui a fait beaucoup pour établir l'art de la direction théâtrale en Russie. Il a décrit sa première rencontre avec le directeur pionnier Vsevolod Meyerhold dans son journal le 18 novembre 1907 comme suit : « Meyerhold a été attaqué par le public et la presse, et ce ressentiment amer envers lui m'a convaincu qu'il devait y avoir quelque chose de spécial et donc de très intéressant en lui ».

L'invitation de Teliakovski à diriger l’Alexandrinski fut l'un des moments les plus importants pour le théâtre et le metteur en scène. La mise en scène en 1917 par Teliakovski de la Mascarade de Lermontov, qui devint un symbole des bouleversements survenus au moment de la révolution russe, resta dans le répertoire du théâtre pendant 30 ans.

Pendant l'ère soviétique, l’Alexandrinski est devenu connu comme un lieu possédant des metteurs en scène de premier plan. Sergueï Radlov, Nikolaï Akimov et Gueorgui Tovstonogov y ont tous travaillé. Le théâtre a subi une restauration massive au milieu des années 2000, et a maintenant renoué avec son ancienne gloire. L'espace innovant de sa Nouvelle scène est désormais entre les mains des metteurs en scène Valery Fokine et Andreï Mogoutchi, qui travaillent à reconceptualiser le passé du théâtre et à créer de nouvelles traditions.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer