La nouvelle ambassadrice Sylvie Bermann se confie sur sa relation avec la Russie

Mikhail Japaridze

Mikhail Japaridze

TASS
La nouvelle représentante de l’État français en Russie a témoigné de son amour pour la province russe et de son souhait de se familiariser plus encore avec la littérature contemporaine du pays.

30 ans plus tard, cette diplomate française à la brillante réputation se retrouve à nouveau au sein de la maison Igoumnov, résidence moscovite de l’ambassadeur français. Après avoir pris ses fonctions en août, Sylvie Bermann s’est récemment confiée aux journalistes, lors d’une interview pour l’agence de presse TASS.

Une envie de voyage de par la vaste Russie

« Je suis très heureuse de redécouvrir Moscou, a-t-elle confié. J’ai vécu ici du temps de l’Union soviétique, et la ville était alors bien plus triste et moins animée. Aujourd’hui c’est une ville magnifique, où il est agréable de se promener ».

Elle affirme néanmoins ne pas être attirée en Russie que par la capitale, mais aussi par la province. « J’aime beaucoup voyager à travers le pays et en découvrir les profondeurs. Les villes qui étaient fermées pendant la période soviétique m’intéressent tout particulièrement », a avoué Sylvie Bermann, avant de préciser qu’elle souhaiterait visiter Nijni Novgorod ainsi que les villes de l’Extrême-Orient russe : Vladivostok, Khabarovsk, non loin de la frontière chinoise (сe qui n’est pas étonnant puisqu’elle occupait auparavant le poste d’ambassadrice française en Chine).

Année croisée des langues et littératures françaises et russes

Madame Bermann a par ailleurs annoncé qu'en 2018, à l'occasion de l'Année croisée des langues et littératures françaises et russes, sera organisée à Paris une grande foire aux livres, lors de laquelle la Russie sera l’invitée d’honneur. « Nous venons juste de prendre cette décision et travaillons maintenant sur le plan concret de l’événement », a-t-elle précisé.

« Des événements se tiendront certainement en Russie également. J’ai rencontré les directeurs des plus grands théâtres russes, ils ont des programmes très intéressants et beaucoup d’entre eux collaborent avec des institutions françaises. Il serait intéressant de mettre aussi sur pied des rencontres entre écrivains français et russes », a ajouté l’ambassadrice.

Une passion personnelle pour la littérature russe

En réalité, participer à l’organisation d’événements culturels franco-russes revêt pour la diplomate un caractère personnel. Elle a en effet dévoilé avoir « lu tous les classiques russes ». 

« Mes auteurs russes préférés sont Tolstoï et Tchekhov, et en ce qui concerne mon livre favori, il s’agit des récits de Tchekhov. Pour ce qui est des poètes, je préfère Anna Akhmatova », a affirmé Sylvie Bermann, exprimant par ailleurs son désir de se familiariser plus en profondeur avec la littérature contemporaine du pays.

La diplomate a d’ailleurs noté qu’en travaillant en Chine, elle accordait une attention particulière aux rencontres avec les écrivains. « J’aimerais continuer à faire cela à Moscou aussi », a-t-elle souligné.

Sylvie Bermann occupait auparavant le poste d’Ambassadrice de France au Royaume-Uni. La Russie ne lui est cependant pas inconnue puisqu’elle avait été deuxième conseillère à l’ambassade de Moscou de 1986 à 1989 et maîtrise ainsi parfaitement le russe. Diplomate appréciée, elle a officié dans de nombreuses hautes institutions, notamment en tant que directrice des Nations unies, des organisations internationales, des droits de l’Homme et de la Francophonie.

Le texte intégral en russe est disponible sur le site de l’agence d’information TASS. Sylvie Bermann a également évoqué le calendrier diplomatique à venir, la situation en Syrie et en Ukraine, le nouveau régime de visa pour les Russes se rendant en France, ainsi que le souhait bilatéral de créer un dialogue franco-russe en collaboration avec la société civile.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer