La Guerre et la Paix à Rueil-Malmaison

Maria Tchobanov
Pour la troisième édition du Jubilé Impérial, une fête articulée autour d’une reconstitution historique, la ville de Rueil-Malmaison a choisi de célébrer le 210e anniversaire de la signature du Traité de Tilsit par l’Empereur Napoléon et le Tsar Alexandre 1er.

Rencontrer sur les sentiers du parc Napoléon Bonaparte conversant pacifiquement avec le tsar russe en compagnie du roi de Prusse, boire un coup avec les soldats de la Grande Armée – ce n’était pas du domaine du fantastique pour les 100 000 personnes qui ont pu assister à la troisième édition du Jubilé impérial, une grande fête de reconstitution historique, qui s’est déroulée les 23 et 24 septembre à Rueil-Malmaison.

Les meilleurs clubs historiques d’Europe ont répondu présent pour offrir au public une véritable immersion dans l'Empire du temps de Napoléon Ier, avec ses conquêtes militaires et amoureuses, le faste des cours européennes, ses brillants officiers, ses hussards courageux et les imposants grenadiers à pied de la Garde impériale.

Depuis 5 ans, Rueil-Malmaison fait revivre la légende de Napoléon à travers cette fête, qui à chaque nouvelle édition devient de plus en plus grandiose : près de 1200 figurants en costumes d’époque soigneusement reproduits jusqu’au moindre détail, à pied ou à cheval, ont déambulé le dimanche devant 40 000 spectateurs, venus assister à la Grande parade impériale, la plus grande dans son genre en Europe.

Plus de 600 soldats en uniformes, 500 musiciens, 100 cavaliers, les empereurs, les généraux et les officiers, les impératrices et leurs dames d’honneur – il a fallu une heure pour voir défiler tous les participants de cette parade impressionnante.

En 48 heures, 150 manifestations et animations diverses ont eu lieu dans toute la ville, sur dix sites différents : les manœuvres militaires de la cavalerie et de l’infanterie, les tirs de canons, le passage des troupes en revue par Napoléon, les performances des fanfares venues de Villingen, Dijon, Altkirch, Genève, Fribourg et Drums, le spectacle des cavaliers cascadeurs et voltigeurs équestres et même la cuisson à la broche d'un bœuf entier.

Pour créer le décor et assurer le confort des participants, ongulés y compris, il a fallu 40 tonnes de sable, 20 tonnes de paille et autant de foin, 4 stères de bois, 5000 barrières Vauban et 10 000 repas servis sur deux jours.

Les figurants sont venus de Suisse, de République tchèque, de Pologne, de Belgique, d’Allemagne et de Russie. Le couple impérial français a été représenté par un Franco-Américain et une Brésilienne. Le sosie de Napoléon Ier, Mark Schneider, acteur et passionné d'histoire militaire semble être le portrait craché de l’empereur : même taille, même profil, même posture.

Une fête de telle envergure a également exigé la mobilisation de plus de 200 bénévoles qui ont travaillé pendant près d’un an et demi pour créer des costumes (2000 personnes costumées ont animé les espaces dans la ville) et le recours aux compétences des meilleurs spécialistes de l’époque napoléonienne, qui ont constitué le Conseil scientifique du Jubilé.

La fête n’a rien coûté à la ville et aux contribuables, a rassuré le maire de Rueil-Malmaison Patrick Ollier lors de l’inauguration de la fête samedi matin, en précisant que la totalité de financement (un million d’euros) a été assuré par les 50 mécènes. Le maire s’était engagé à annuler le jubilé si la ville devait supporter plus de 10 % de son coût, mais le défi a été relevé pour la plus grande joie des Rueillois et des participants extérieurs.

Le thème central de cette troisième édition était le 210e anniversaire du traité de Tilsit. Signé en secret le 7 juillet 1807 par l’Empereur Napoléon et le Tsar Alexandre 1er, lors d’une rencontre sur un radeau au milieu du fleuve Niémen, cet accord mit fin à la guerre de la quatrième coalition européenne contre la France.

Pour rappeler ce grand moment d’histoire européenne, un spectacle mettant en scène les personnages clefs de cette rencontre a été présenté sur l’étang de Saint Cucufa.

C’est l’Association internationale d'histoire militaire de Moscou qui a délégué les personnages du Tsar Alexandre Ier, son épouse, les demoiselles d'honneur de la tsarine et les adjudants du tsar. Alexandre Valkovitch, historien professionnel et écrivain incarne le plus souvent lors de festivals historiques organisés sur les anciens champs de batailles la figure de généraux russes de l’époque de la guerre de 1812.

C’est la troisième fois qu’il représente à l’étranger le tsar Alexandre Ier, et la deuxième fois aux côtés du même Napoléon.

Le contingent russe a été renforcé par les reconstituteurs tchèques, vêtus d’uniformes russes du temps d’Austerlitz, et les participants allemands, qui présentaient une Légion russo-allemande (formée après la guerre de 1812 de prisonniers allemands) qui a accompagné l’armée russe jusqu’à Paris.

« C’est l’histoire vivante, sans exagération. Nous sommes ravis d’être là, de participer à cette fête qui a réuni les meilleurs spécialistes de l’époque napoléonienne et les meilleurs clubs historiques d’Europe. Le public français est formidable – très vif et très réceptif. J’espère que cette fête perdurera », a avoué Alexandre Valkovitch à Russia Beyond.

Lire aussi : En vidéo: rencontre entre Napoléon et le tsar Alexandre ler lors du 3ème Jubilé Impérial

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

À ne pas manquer