Comment les armoiries de l’URSS ont-elles été créées?

C records (CC BY-SA 4.0); benzoix/freepik.com
Malgré leur symbolisme communiste, il s’agissait d’une œuvre d’art simple. Dans cet article, nous vous expliquons tout ce que vous devez savoir sur l’emblème de l’URSS.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Les passeports marqués des symboles de l’URSS étaient encore délivrés à la fin des années 1990. Le premier passeport que j’ai reçu, en 1998, portait les armoiries de l’Union soviétique sur la couverture et sur chaque page. Ce symbole a donc survécu à la chute de l’URSS. Comment est-ce possible ?

Les armoiries de la RSFSR : la suppression de l’épée 

Juste après la Révolution bolchévique de 1917, les documents de la nouvelle République socialiste fédérative soviétique de Russie (RSFSR) étaient imprimés sur du papier à en-tête de l’Empire, avec l’aigle à deux-têtes, et scellés avec des sceaux qui portaient également les symboles des tsars. La création d’un nouveau sceau d’État pour la RSFSR est à l’origine du futur symbole de l’URSS.

Une demande de création d’un nouveau sceau d’État a été déposée en janvier 1918 par le Conseil des commissaires du peuple (le gouvernement soviétique). En mars, un croquis était prêt. Une faucille et un marteau étaient au centre du symbole : ils représentaient l’union des travailleurs (marteau) et des paysans (faucille).

Sur le premier croquis, la faucille et le marteau étaient placés contre un bouclier et traversés par une épée. Deux épis de blé étaient placés de part et d’autre du centre, représentant la puissance agricole du pays. Le seul à ne pas approuver cette proposition était Lénine : il insistait pour que l’épée soit retirée des nouvelles armoiries d’État. En revanche, il y a fait ajouter le nom du pays ainsi que sa devise : « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! », qui était la devise du Parti communiste. Elle a d’abord été utilisée en 1848 dans le Manifeste du parti communiste par Friedrich Engels et Karl Marx. Ce sont d’ailleurs les mots qui ont été inscrits sur la tombe de ce dernier.

(1) L’emblème de la RSFSR (19 juillet 1918 – 20 juillet 1920). (2) et (3) L’emblème de la RSFSR en tant que partie de l'URSS (1920 – 1992)

>>> La faucille et le marteau: emblème mystérieux du pays des Soviets

La première constitution de la Russie soviétique a été introduite le 10 juillet 1918, et contenait notamment la description du nouveau symbole de la RSFSR : « L’emblème de la RSFSR se compose d'une figure représentant une faucille et un marteau aux manches croisés, dirigés vers le bas, sur fond rouge baigné de rayons de soleil, encadrée d'une couronne d'épis portant l'inscription : “République socialiste fédérative soviétique de Russie”, “Prolétaires de tous les pays, unissez-vous” ».

Les armoiries de l’URSS : une révolution mondiale

L’emblème de la république soviétique a légèrement changé en 1920 : un ruban rouge, portant la devise communiste, a été ajouté et le nom de l’État a été réduit à une abréviation : « R.S.F.S.R ». L’emblème de la RSFSR est ensuite devenu celui de l’URSS, formée en 1922. Un globe terrestre y remplaçait le bouclier, pour signifier que les pays du monde entier étaient invités à rejoindre l’Union soviétique.

À partir de 1923, la devise communiste était écrite sur six rubans entourant les épis de blé, dans les six langues officielles des premières républiques socialistes : le russe, l’ukrainien, le biélorusse, l’arménien, le géorgien et le turkmène. D’autres républiques soviétiques ont ensuite rejoint l’URSS. En 1956, il y avait donc 15 rubans sur les armoiries, un par république.

Les emblèmes des républiques soviétiques géorgienne, estonienne et moldave

Les armoiries de l’État soviétique ont servi de base à celles des républiques de l’URSS. Les éléments principaux du symbole de ces dernières étaient donc la faucille, le marteau et la devise « Prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » dans la langue de la république. 

L’emblème de l'URSS sur un billet de 50 roubles de 1961

Ce symbole a été reproduit sur les billets de banque, les documents officiels, dans les livres et sur leurs couvertures, sur les uniformes des élèves, sur les manuels scolaires...

>>> Dix marques phares d’URSS qui existent encore aujourd’hui

Pourquoi les passeports soviétiques sont-ils encore utilisés ?

Un homme avec un passeport soviétique, 1991

Ces armoiries ont continué à être utilisées même après la chute de l’URSS, en 1991. Elles ont continué à être imprimées sur les billets, les documents officiels et les passeports jusqu’en 1995. Pour la monnaie et les documents officiels, l’explication est simple : l’État ne pouvait pas tout de suite remplacer les machines, datant de l’ère soviétique, qui imprimaient les billets avec les symboles attestant de leur authenticité. Pour les passeports, c’est un peu plus complexe : en 2020, plus de 350 000 habitants de Russie utilisaient un passeport soviétique comme pièce d’identité principale. Ces personnes refusaient de changer de citoyenneté et sont donc, officiellement, citoyennes d’un État qui n’existe plus. 

En 1997, le gouvernement russe a publié un décret indiquant que les passeports soviétiques devaient être remplacés. Il ne précisait cependant pas quand cela devrait être fait. En 2002, l’État a cessé de délivrer des passeports soviétiques, qu’ils soient destinés à un usage interne ou extérieur. Cependant, en 2003, la Cour Suprême russe a décidé que les passeports soviétiques n’auraient pas de date d’expiration. Ils seront donc valides toute la vie de leurs détenteurs.

Aujourd’hui, la Fédération de Russie est le seul État où les passeports soviétiques sont encore valables. Ils sont périmés dans les autres anciennes républiques soviétiques. 

Dans cet autre article, nous vous révélions tout ce qu’il vous faut savoir sur le drapeau soviétique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies