«Une queue, comme pour le mausolée»: que cache cette expression soviétique?

Oustinov/Sputnik
Les Russes utilisent encore de nombreuses expressions qui trouvent leur origine à l'époque soviétique, et certaines peuvent ne pas être claires pour les étrangers qui ne comprennent pas le contexte historique et culturel unique.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« J'ai décidé de sauter cette exposition à la galerie Tretiakov ; il y avait une file d'attente, comme pour le mausolée ! ». Cette comparaison, que l'on entend fréquemment en Russie, n'aura probablement aucun sens pour un étranger. Quelle en est la logique et quel est le lien entre une file d'attente et un mausolée ? Ce sont des questions justes, alors laissez-nous tout vous expliquer.

Tout d'abord, vous voudrez probablement savoir de quel mausolée il est question. Eh bien, pour les Russes, il n'y a pas de doute – c'est celui de Lénine. Le leader de la révolution russe, Vladimir Lénine, est mort en 1924, et les bolcheviks ont décidé de ne pas l'enterrer mais d'embaumer son corps, et de construire un mausolée spécial sur la place Rouge où il est exposé depuis lors. Lénine était un dieu dans le panthéon soviétique, l'idole de la nation, et presque immédiatement une énorme foule d'ouvriers et de paysans a fait la queue pour voir son corps préservé et sans vie.

>>> Quel avenir pour la momie de Lénine et son mausolée?

La file d'attente semblait ne jamais finir, mais cette visite est devenue une tradition. Pionniers (équivalent soviétique des scouts), ingénieurs, soldats et délégations étrangères ont fait la queue... De véritables excursions au mausolée étaient organisées. Par chaudes journées d'été ou gel hivernal, les gens faisaient la queue pour voir Lénine.

Il fallait parfois plusieurs heures pour arriver jusqu'à la dépouille du leader bolchévique, tandis que le processus d'observation du corps dure moins d'une minute ; vous n'êtes pas autorisé à rester et à le fixer. Ainsi, lorsque l'on dit « une file d'attente comme pour le mausolée », cela signifie une très longue queue, qui semble ne jamais se terminer.

En fait, les Soviétiques étaient habitués à faire la queue – pour le mausolée, pour l'épicerie, pour n'importe quel magasin, dès que des marchandises rares apparaissaient. Parfois, les gens restaient en file indienne toute la nuit pour acheter des chaussures ou un canapé.

>>> Proverbes russes expliqués: «Une chambre de l’esprit»

Avant l'épidémie de Covid-19, les files d'attente étaient encore courantes en Russie : pour le théâtre, pour le zoo, pour les expositions (notamment à la galerie Tretiakov), et pour les foires aux livres. Lorsqu'un Russe voit une file d'attente... il pense immédiatement que cela vaut la peine de rester là, car cela doit certainement mener à quelque chose de grandiose !

Dans cet autre article, nous revenions justement sur les plus longues files d’attente de la Russie postsoviétique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies