Comment fonctionnait l'école créée par Léon Tolstoï?

Ignatovich/Sputnik
Le grand écrivain russe détestait les pratiques pédagogiques en vigueur à son époque en Russie et en Europe. Il a promu une approche alternative - sans emploi du temps strict, devoirs et châtiments corporels.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

« La période la plus brillante de ma vie n'a pas été donnée par l’amour d’une femme, mais par l’amour pour les gens, pour les enfants. Ce fut une grande époque, surtout dans le contexte des temps sombres qui l'avaient précédée » : c'est ainsi que Léon Tolstoï se souvenait de la période de sa vie consacrée à l'éducation des enfants.

Déjà auteur très influent, Tolstoï s'est passionné pour l'enseignement en 1859, le considérant comme, selon ses propres mots, « l'œuvre la plus importante du monde parce que tout ce dont nous rêvons ne peut prendre vie que grâce aux générations futures ». Son espoir était de réunir la noblesse et la paysannerie, ce qu'il cherchait à faire en enseignant à la jeune génération.

En observant le système scolaire qui prévalait en Russie et à l'étranger, il fut très déçu. En 1857 et 1860, il a voyagé en Europe et après avoir visité une école allemande, il a écrit : « J’ai été dans une école. Horrible. Une prière pour le roi, des punitions physiques. Tout par cœur. Des enfants terrifiés et [mentalement] mutilés ».

>>> Huit choses à savoir sur Iasnaïa Poliana, le domaine de Léon Tolstoï

« Je pourrais écrire des livres entiers sur l'ignorance que j'ai vue dans les écoles en France, en Suisse et en Allemagne », a-t-il résumé. Les voyages ont fait naître en lui la conviction qu'il devait ouvrir sa propre école privée pour enfants paysans, dans son domaine de Iasnaïa Poliana.

« L’éducation doit être amusante »

Seuls 22 enfants ont osé franchir le seuil de l’école de Tolstoï le jour de son ouverture, mais ce nombre a triplé en quelques semaines. L'école était basée sur la liberté totale des élèves et non sur les châtiments corporels qui prévalaient ailleurs. L'école était également ouverte aux filles.

« L'éducation est un besoin inhérent à chaque personne, c'est pourquoi elle ne peut exister que sous forme de satisfaction de ce besoin, a estimé Tolstoï. Le signe clé de son efficacité est de constater à quel point le processus est agréable. L'éducation par la pratique et par les livres ne peut pas être renforcée par la punition, et devrait être amusante pour les étudiants».

Dans son établissement, les enfants n'avaient pas à apprendre de textes par cœur, à faire leurs devoirs et pouvaient même aller et venir à leur guise. Les cours commençaient à 8h00-9h00, il y avait une pause déjeuner à midi, et de nouveaux cours pendant trois à quatre heures l’après-midi. Chaque enseignant, y compris Tolstoï lui-même, donnait cinq à six leçons par jour.

Les élèves étaient divisés en trois groupes en fonction de l’âge (jeunes, moyens et plus âgés), avec un programme d'étude différent en fonction des progrès et des intérêts de chacun. Les sujets n'étaient pas non plus traditionnels - ils se déroulaient sous forme de dialogue avec un enseignant et abordaient la lecture, les mathématiques, la religion, la géographie, l'environnement, le chant, le dessin, la physique et l'histoire, ainsi que d'autres sujets. Tolstoï ne voulait enseigner aux enfants que ce qui avait une signification pratique ou morale.

>>> Pas de règles & liberté totale: cette famille qui a bouleversé les codes en URSS

« C'était toujours amusant à l'école, et tout le monde appréciait les cours, se souvenait l'un des anciens élèves, Vassili Morozov. Léon Tolstoï avait encore plus de plaisir à travailler avec nous. Il travaillait si passionnément qu'il manquait souvent son petit-déjeuner. À l'école, il était toujours sérieux et voulait que nous soyons propres, attentifs à nos effets scolaires et ne disions que la vérité. Il n'aimait pas quand quelqu'un faisait des blagues idiotes… Et il était heureux quand nous répondions à ses questions correctement ».

« Je veux sauver tous ces Pouchkine »

Tolstoï ne s'est pas contenté d'une seule école. Grâce à lui, au moins 20 établissements similaires ont ouvert dans la région de Toula et il a même lancé sa propre revue consacrée à l’éducation. Son approche peu orthodoxe a attiré l'attention du public en Russie et à l'étranger, mais la noblesse locale ne la voyait pas d’un très bon œil.

À la suite de son mariage en 1862 et d'une offensive active des autorités locales, Tolstoï a décidé d'arrêter l'enseignement et ne s’y est consacré à nouveau qu'en 1871 lorsqu'il a commencé à travailler sur son propre abécédaire. À cette époque, il a recommencé à enseigner aux enfants des paysans et a cherché à influencer la situation dans d'autres écoles de la région.

En 1874, il a écrit : « Désormais, je suis passé de la pédagogie théorique à la pédagogie pratique, et je suis tombé de nouveau amoureux des enfants… Quand j'entre dans l'école et que je vois la foule d'enfants en lambeaux, sales et maigres, avec leurs yeux brillants et leurs visages d’anges, l'anxiété et la peur me tombent dessus, comme si je voyais des gens se noyer… Je veux sauver tous ces Pouchkine, ces Ostrogradski, ces Filaretov, ces Lomonossov qui sont nombreux dans chaque école. Et le travail se passe très bien ».

>>> Les Russes étaient fous de littérature: le sont-ils encore?

Toujours ouverte

Depuis l'époque de Tolstoï, l'école a connu des hauts et de bas. Pendant la Seconde Guerre mondiale, elle a même été incendiée, seuls les murs ayant subsisté.

Aujourd'hui, elle fonctionne toujours et au cours de l'année scolaire 2019/20, l'école employait 45 enseignants et comptait 233 élèves de la région de Toula. L'école suit toujours les grands principes de l'écrivain et coopère même avec « Lew-Tolstoi – Grundschule» de Berlin, en assurant un échange international entre les élèves.

« Il existe un fort lien générationnel au sein de notre école, explique Alexande Soukhoroukov, directeur adjoint des travaux scientifiques et méthodologiques de l'école Tolstoï. Les enfants étudient ici, vont à l'université, puis reviennent y travailler. Nous enseignons ensuite à leurs enfants. Nous recevons souvent des visiteurs qui veulent en savoir plus sur la pédagogie de Tolstoï et nous en sommes toujours heureux ».

Dans cet autre article, découvrez Tolstoï comme vous ne l’aviez jamais vu au travers d’authentiques photographies.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies