Voici ce que les Soviétiques appelaient les «greniers de la Patrie»

Jizn' v Dvijenii
Non, ces structures monstrueuses ne sont pas ce que vous pensez qu'elles sont!

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Il y avait une expression largement utilisée en Union soviétique : « Les greniers de la Patrie » (zakroma rodiny en russe).

Littéralement, zakrom en russe fait référence à un endroit clôturé dans la grange pour mettre en sac le grain et la farine, un endroit où la récolte était stockée. Métaphoriquement, l'expression était utilisée en URSS pour évoquer la richesse de la Patrie, ce qui, à une époque où l'approvisionnement alimentaire n'était pas aussi stable qu'aujourd'hui, désignait souvent les réserves alimentaires stratégiques du pays.

Étant donné que le grain était peut-être la denrée alimentaire la plus importante, des structures géantes ont été construites pour assurer l'approvisionnement stratégique en blé de valeur.

>>> Campagne des Terres vierges: comment l’URSS a tenté de remplir ses greniers

Certains des « ascenseurs à grains » construits en URSS ont survécu jusqu'à aujourd'hui.

L'un des silos à grains les plus impressionnants dont la Russie a hérité de l'URSS a été construit dans la ville de Iaroslavl en 1938. Il s'appelait « l'élévateur de la base de céréales N°61 », mais dans la conscience collective soviétique, c’était simplement une des parties des « greniers de la Patrie ».

La structure imposante et complexe comprenait six ascenseurs en béton de 30 mètres de long.

Pour le pays, qui serait bientôt entraîné dans le conflit le plus dévastateur de l'histoire de l'humanité, cette réserve stratégique de céréales s'avérerait une ressource inestimable pour assurer l'approvisionnement alimentaire sur le front.

Compte tenu de l'importance stratégique des sites et des enjeux à l’œuvre, les ascenseurs étaient également une installation de haute sécurité. Ils étaient surveillés par la sécurité paramilitaire et les personnes non autorisées ne pouvaient pas entrer sur leur territoire. Souvent, l'existence même de sites comme celui-ci et leur emplacement précis étaient tenus secrets.

Au début, le grain était livré sur le site par chemin de fer et des voies ferrées menant directement aux silos. À la fin de la guerre, le ravitaillement était livré par barges. Le processus de chargement et de déchargement du grain était mécanisé sur ce site particulier de Iaroslavl.

>>> En images: les cinquante meilleurs lieux abandonnés de Russie

Lorsque l'URSS s'est effondrée en 1991, les élévateurs à grains - y compris ce site géant à Iaroslavl - ne figuraient pas en tête des priorités du nouveau gouvernement. Sans entretien ni financement appropriés, les ascenseurs ont commencé à se délabrer.

Une légende raconte que les quelques visiteurs malchanceux qui ont tenté d'observer la structure de l'intérieur ont disparu à jamais. Bien qu'on ne sache pas si cette légende urbaine a une quelconque part de vérité, le site semble suffisamment étrange pour que les touristes l'évitent…

Pourquoi le socialisme a-t-il été un échec en URSS ? Trouvez la réponse dans cette publication.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies