Les îles Kouriles, pomme de discorde entre la Russie et le Japon

Andrey Shapran/Sputnik
Des dizaines d'îles parsemées de volcans, de geysers, de sable noir et de lacs en ébullition – cet archipel de l’océan Pacifique qui suscite toujours une controverse féroce. Et si ce territoire est d’une beauté surnaturelle, c’est dans le même temps un des endroits les plus inhospitaliers au monde.

Paysage

Une chaîne de 56 îles dans l'océan Pacifique, reliant la péninsule russe du Kamchatka à l'île japonaise de Hokkaido : la partie sud de l’archipel des Kouriles est toujours considérée comme le sujet d'un différend entre la Russie et le Japon. Résoudre la question de savoir à qui appartiennent les îles Itouroup, Kounashir, Chikotan et le groupe d'îles Habomai est une mission impossible pour Moscou et Tokyo depuis 27 ans (et l'histoire de ces différends territoriaux s'étend sur plus de 300 ans). Cependant, ce statut controversé a peu d'effet sur la vie de la population locale : l'un des territoires les plus reculés de la Russie vit toujours sa propre vie, inchangée depuis des décennies.

Les Kouriles sont des îles volcaniques. De nombreux villages et plusieurs petites villes sont littéralement massés sur les collines de volcans actifs. Le brouillard y est très épais, et parfois rien n’est visible au-delà de deux mètres.

Les tremblements de terre, les tsunamis et les éruptions fréquents ont plus d'une fois obligé les gens à quitter leurs maisons. De ce fait, les îles sont pleines de lieux délaissés et il n’y a pas de maisons de plus de deux étages. Non loin de l'ancien phare abandonné, on trouve même tout un cimetière de chars et un bunker inondé – un ancien lieu d’opérations militaires.

On trouve ici plusieurs lacs en ébullition chauffés par les gaz volcaniques. L'un d'entre eux est situé sur l'île Kunashir, la plus méridionale des Grandes Kouriles. La distance entre Kunashir et le Japon est très faible, environ 16 kilomètres. Plus loin se trouvent les Petites Kouriles, où personne ne vit. Pour vous rendre à Kunashir, vous avez besoin d'un permis spécial. C'est une zone frontalière.

Lire aussi : Parcourir la Russie à vélo: sept points qui vous aideront à rester en vie 

Les habitants

Pendant plus de mille ans, la population autochtone des Kuriles était composée d'Aïnous, mais au XIXe siècle, ces derniers ont été placés dans des réserves et furent victimes d’une extinction soudaine. Après la défaite du Japon lors de la Seconde Guerre mondiale, les Aïnous survivants, soit environ 200 personnes, ont été rapatriés au Japon.

Jusqu'à présent, le passé japonais des Kouriles méridionales se rappelle sous forme d’objets que les habitants trouvent de temps en temps. Par exemple, si vous marchez longtemps le long de la côte de Kounashir, vous pouvez avoir la chance de déterrer des objets en porcelaine japonaise ancienne.

Aujourd'hui, sur l’ensemble des îles Kouriles vivent aujourd'hui 20 500 personnes. La plus grande île est Itouroup, avec la ville de Kourilsk, où vivent 6 409 personnes et où se concentre toute la vie économique (pour ainsi dire). Il n'y a pas de centres commerciaux, on trouve un petit cinéma et toutes les voitures sont de production japonaise. L’asphalte sur les routes est rare ici.

Lire aussi : Dans la peau d’un aristocrate: cinq visites de domaines du XIXe siècle accessibles depuis Moscou

Les conditions de vie

Fondamentalement, les îles vivent de l’industrie de la pêche, qui alimente l’activité économique de l’ensemble de l’économie des Kouriles. Les gens ont droit à des primes de salaire pour en raison des conditions climatiques difficiles - nombre d'entre eux viennent de Russie continentale pour gagner de l'argent et bénéficier des avantages, puis repartent vers des latitudes bénéficiant d’un climat plus clément.

En revanche, pour le petit-déjeuner, on mange ici du caviar (que la plupart des Russes considèrent comme un mets délicat). Chaque année, des touristes se rendent sur les îles Kouriles, mais les visites sont parmi les plus chères de Russie. Certainement parce que ces lieux sont à la fois très reculés et très beaux.

Ce texte s'inscrit dans notre série « La Russie au travers de photographies Instagram ». Même concept, mais tout autre ambiance, partez à présent pour Kaliningrad, une cité charmante baignée par la Baltique.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies