Shambala du Nord : bienvenue chez les «hommes de pierre» de Iakoutie

Ivan Dementievskiy
Les « montagnes sacrées » des peuples autochtones de Iakoutie (nord-est de la Sibérie) attirent depuis toujours les amateurs de tourisme de l’extrême.

La rangée de rochers de la montagne Kissiliakh située dans l’est du district de Verkhoïansk en Iakoutie est un véritable musée à ciel ouvert. En iakoute, l’appellation se traduit comme « avec l’homme ». Les autres noms attribués à ces mystérieux rochers habilement érodés par le vent sont « hommes de pierre » et « esprits des montagnes ».

Les touristes et les guides complètent volontiers la liste des noms donnés à ce site naturel : Homme qui lit, Statue de l’île de Pâques, Arc-caniche et Ville de pierre.

Ivan Dementievskiy
Ivan Dementievskiy
 
1/2
 

Les rochers de Kissiliakh, baptisés Poteaux, ont toujours été entourés d’une auréole mythique. Pendant des siècles, les autochtones les ont considérés comme l’entrée du monde des divinités suprêmes et seuls les chamans étaient autorisés à escalader la montagne pour s’adresser aux Dieux du Monde supérieur, les esprits d’Ayiyi, afin de capter leur énergie et demander santé, bonheur et enfants pour son peuple.

Il y a très longtemps, le nord-est de la Iakoutie, là où se trouve la montagne Kissiliakh, se trouvait au fond de la mer. L’âge approximatif des Poteaux de Kissiliakh est de 60 millions d’années. Aujourd’hui, c’est une région au climat subarctique et affichant les températures les plus basses en dehors de l’Antarctique.

Ivan Dementievskiy
Ivan Dementievskiy
 
1/2
 

Ainsi, en février 1892, les thermomètres de Verkhoïansk ont affiché – 67,8 degrés. Verkhoïansk rivalise en matière de froid avec Oïmiakon (également en Iakoutie) où la température n’est descendue « qu’à » –64,3 degrés.

D’après une légende, le climat n’a pas toujours été aussi rude en Iakoutie, les journées ensoleillées étaient très nombreuses et les environs de Kissiliakh étaient densément peuplés

Toutefois, au fil des années, le climat a changé, devenant de plus en plus froid. Lorsque les conditions de vie furent insupportables, les habitants migrèrent vers le sud. Mais pendant la traversée, de nombreux Iakoutes sont morts de froid et se sont transformés en statues de pierre.

Ivan Dementievskiy
Ivan Dementievskiy
 
1/2
 

L’explorateur russe des terres iakoutes Guergard Maïdel a couché sur le papier les impressions de sa première rencontre avec les « hommes de pierre » au XIXe siècle : « Passant à cheval à côté de certains, je me demandais s’il n’aurait pas été préférable de les contourner : le pied des rochers, extrêmement mince, donnait l’impression qu’ils allaient s’écrouler. Certaines colonnes avaient des pieds aux courbures si parfaites et si soigneusement polies qu’un tailleur de pierre n’aurait pas mieux fait ».

Si vous souhaitez aller voir de vos propres yeux cette merveille, prévoyez la période de juin à septembre et rendez-vous à Iakoutsk.

La montagne sacrée ne peut être atteinte qu’au sein d’un groupe avec un guide : il faudra prendre une ligne d’avionlocale, puis une voiture et un bateau et compter plusieurs jours de marche à raison de 10 kilomètres par jour.

Lire aussi :

L'exploration de l'Extrême-Orient russe

Bienvenue chez les Evenks, un peuple de Sibérie qui lutte pour son identité

La gastronomie française sauce iakoute

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.