Villes mono-industrielles : Vorkouta, centre minier au nord du cercle polaire

Gueorgui Krasnikov
RBTH poursuit sa série d’articles sur la vie des villes mono-industrielles russes, des agglomérations où la quasi-totalité des habitants travaillent pour une seule grande entreprise. L’histoire de Vorkouta, l’un des grands centres miniers russes, montre à quel point la vie des agglomérations tournées vers l’extraction des ressources naturelles peut être instable.

Crédit : Gueorgui KrasnikovCrédit : Gueorgui Krasnikov

Troisième de la liste des plus grandes villes situées au nord du cercle polaire, Vorkouta est un grand centre de l’industrie du charbon russe situé au nord-est de la république des Komis.

Vorkouta a vu le jour dans les années 1930 à proximité d’un immense gisement de charbon. La ville a accueilli des milliers de personnes venues de tout le pays qui s’installaient à Vorkouta tant volontairement que de manière forcée : dans les années 1930–1950, la ville abritait l’un des plus grands camps du Goulag.

A l’époque soviétique, la population de Vorkouta pouvait atteindre 100 000 personnes, aujourd’hui, elle a fondu pour s’établir à près de 60 000 habitants : la crise mondiale de l’industrie du charbon a fait de la casse. La plupart des habitants de la ville travaillent, d’une manière ou d’une autre, pour les mines de charbon.

Les Goulag pour développer le Nord

Crédit : Gueorgui KrasnikovCrédit : Gueorgui Krasnikov

« Je vis ici depuis ma naissance, bientôt 50 ans », raconte Viktor Filippov, ingénieur dans la plus grande mine de Vorkouta. « Mon père est né ici également, mais mon grand-père est originaire de Biélorussie. Il était architecte, une fausse accusation lui a valu le Goulag et, après sa libération, il est resté travailler à Vorkouta. Il a participé à la construction de la ville et c’est ici qu’il a rencontré ma grand-mère, qui était au Komsomol [les jeunesses communistes, ndlr] ».

Les histoires comme celle-ci ne sont pas rares à Vorkouta : les ancêtres de plus de la moitié des habitants de la ville s’y sont retrouvés à cause du système des camps de travail installés dans la région à l’époque stalinienne. Pourtant, l’une des pages les plus sombres de l’histoire du pays a paradoxalement été bénéfique au développement du Nord.

« Les meilleurs cerveaux du pays étaient réunis ici – chercheurs, ingénieurs, architectes. Après sa libération, mon grand-père a décidé de rester à Vorkouta, la ville avait grand besoin de ses talents, il est devenu un homme très respecté », raconte Viktor. « C’est pourquoi j’aime tant Vorkouta – elle a été bâtie par les membres de ma famille ».

Crédit : Gueorgui KrasnikovCrédit : Gueorgui Krasnikov

L’histoire de Vorkouta est celle de la victoire de l’esprit humain sur la nature rude du Nord, mais aussi celle de l’instabilité de la vie dans les agglomérations tournées vers l’extraction des ressources naturelles. « Dans mon enfance, le charbon représentait tout pour le pays. Il existait même un ministère de l’Industrie du charbon », raconte Viktor.

« Ensuite, les dirigeants ont décidé que le charbon n’était ni rentable ni écologique et on a commencé à réduire la production et à fermer les mines. Dans les années 1990, plusieurs mines ont fermé – il n’y avait plus de travail ni de salaires corrects et les gens sont tout de suite partis dans d’autres régions ».

« Il n’est pas encore l’heure de mourir pour Vorkouta »

Crédit : Gueorgui KranikovCrédit : Gueorgui Kranikov

Il y a quelques mois, le pays entier a été secoué par l’accident dans la mine Severnaïa, près de Vorkouta : plusieurs dizaines de miniers ont été ensevelis dans un éboulement. « C’est toujours risqué de travailler sous terre. Une connaissance est morte dans le dernier accident, mais j’avais déjà eu à enterrer des amis qui travaillaient dans les mines », avoue Viktor.

Sa sœur Valentina raconte : « Mon mari est mineur et, chaque jour, j’ai de plus en plus de mal à le laisser partir travailler : les mines ont vieilli et le travail devient de plus en plus dangereux. A la télévision, on ne parle que des grands accidents, mais les petits accidents sont permanents. Pourtant, nos hommes sont obligés de travailler sous terre, car il n’y a presque aucun autre travail dans la ville ».

Vorkouta reste cependant toujours aussi attrayante pour les travailleurs du secteur minier : dans le Nord, les mineurs gagnent deux fois plus à cause des conditions climatiques difficiles. Ces dernières années, de nombreux ressortissants d’Ukraine de l’Est se sont installés à Vorkouta après avoir fui la guerre : le Donbass est également une région minière et, parmi ses habitants, les travailleurs qualifiés sont nombreux.

Crédit : Gueorgui KrasnikovCrédit : Gueorgui Krasnikov

« Je suis très content de voir les gens du Donbass s’installer à Vorkouta : cela a animé la ville, lui a donné l’espoir de renaître », avoue Viktor. « Je ne veux pas que les gens quittent ma ville : il n’est pas encore l’heure de mourir pour Vorkouta ».

Anton Mojeïko, son ami et voisin, qui s’est installé à Vorkouta il y a 18 mois après cinq ans passés à Barentsbourg, partage son avis. « A Spitzberg, je suis tombé amoureux du Nord. Quand je suis rentré dans le Donbass, je n’y ai trouvé qu’explosions et destruction. Alors, quand on m’a proposé de partir à Vorkouta, ma famille et moi nous nous sommes décidés en un jour. Ici, il y a du travail, les salaires sont élevés et, surtout, les gens du Nord se comportent très différemment : il y a beaucoup moins de conflits, tout le monde est prêt à donner un coup de main. Donc, je pense que ma famille et moi resterons encore un peu à Vorkouta ». 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.