Bienvenus à Baïkonour : les tirs des fusées, nouvelle attraction touristique

Des gens prennent en photo le décollage de la fusée Soyouz-FG depuis le cosmodrome de Baïkonour avec à son bord un nouvel équipage de l'ISS, le 26 mai 2014.

Des gens prennent en photo le décollage de la fusée Soyouz-FG depuis le cosmodrome de Baïkonour avec à son bord un nouvel équipage de l'ISS, le 26 mai 2014.

AP
Décision a été prise de légaliser la présence de touristes aux lancements de fusées depuis le cosmodrome de Baïkonour. Roskosmos, l’agence spatiale russe, a sélectionné des agences de voyages qui recevront une licence d’organisation d’excursions à Baïkonour. Jusqu’à présent, on ne pouvait assister aux lancements qu’en se faisant passer pour un membre d’une délégation officielle.

L'Agence spatiale russe Roskosmos a sélectionné des agences de voyages dans le cadre du développement de son programme de tourisme spatial sur terre. Plus de 40 sociétés ont participé au concours. Selon le service de presse de l’organisation, cette sélection permettra aux agences d’acheminer plus aisément des touristes au cosmodrome, et à Roskosmos de contrôler ce processus.

Baïkonour est le premier cosmodrome du monde, et le plus utilisé en nombre de lancements de fusées. En 2014, 21 fusées y ont été lancées (à titre de comparaison, 18 fusées ont été tirées en 2014 de Cap Canaveral aux Etats-Unis). Situé sur le territoire du Kazakhstan, Baïkonour est loué à la Russie jusqu’en 2050.

Le marché du tourisme spatial sur terre en Russie n’est pas très important : selon le journal d’affaires russe RBC, une dizaine de compagnies emmènent des touristes à Baïkonour. Selon les estimations de RBC, leur chiffre d’affaires s’élève à plus de 95 millions d’euros par an. Cependant, la majorité de ces agences travaille grâce à des relations personnelles. Tatiana Avgustinovitch, chef de projet de Spaceport Travel Agency (STA) le confirme : « Pour commencer, il est absolument indispensable d’avoir des contacts au sein de Roskosmos. Mais ensuite, on peut conclure des contrats directement avec Baïkonour ». Des compagnies étrangères vendent aussi des voyages à Baïkonour, mais n’agissent pas en tant qu’agences de voyages.

Bien que Roskosmos soit chargé de l’attribution des licences aux agences sélectionnées, cela ne constituera pas une nouvelle source de revenus pour l’organisation : comme le service de presse l’a déclaré à RBTH, ses revenus dépendent de la quantité de lancements de fusées, et non des voyages touristiques vendus pour y assister.

Comment se rendre aujourd’hui à Baïkonour ?

Les lancements de fusées habitées sont l’un des programmes les plus populaires du tourisme spatial. Des fusées embarquant des cosmonautes sont lancées 4 fois par an. Il y a aussi des lancements de vaisseaux-cargos, qui ont lieu bien plus souvent. Mais ils partent dans l’espace sans équipage, et sont donc moins populaires auprès des touristes, fait remarquer Tatiana Avgoustinovitch (STA).

« Tout » voir de ses propres yeux coûte de 4 250 à 4 750 euros pour les étrangers, et de 90 à 95000 roubles (environ 1350€) pour les Russes. « La somme peut varier en fonction du prix des hôtels : il y a toujours un risque que le prix des chambres augmente lors des lancements de vols habités », fait remarquer Mme Avgoustinovitch.

Pour être admis sur le cosmodrome, les étrangers doivent détenir un visa russe. La procédure d’établissement des papiers prend plus de deux mois, il est donc nécessaire de déposer sa demande au moins 60 jours avant le voyage.

Au cours de la visite du cosmodrome, un représentant de Roskosmos accompagne le groupe de touristes. Selon Ksenia Nikitonova, de Vegitel-Tour, les voyageurs reçoivent un passe d’invités VIP et sont invités au lancement en qualité de membres de délégations.

Ces voyages sont extrêmement populaires dans le monde entier : selon Mme Nikitonova, des touristes des Etats-Unis, du Canada, de Grande-Bretagne, Allemagne, France, Pays-Bas, Suisse, Japon, Inde et Australie se rendent à Baïkonour. STA souligne la popularité des voyages à Baïkonour parmi les touristes chinois.

« Je ne suis pas près d’oublier cette expérience »

Ann-Mary Corly (Dallas, Texas, Etats-Unis), 35 ans, qui a visité Baïkonour en 2011, raconte que le lancement de la fusée fut « incroyable ! Nous étions assez près de la fusée, puis nous nous sommes promenés sur la plate-forme de lancement… c’était vraiment incroyable de voir cette énorme fusée s’élever dans les airs ! Le lancement a eu lieu de nuit, et le décollage de la fusée sur fond de ciel noir était incroyablement beau. Je me souviens qu’il faisait très froid ! Mais ce n’est pas important ». Le programme du voyage n’incluait pas seulement le tir de la fusée, mais aussi une initiation aux traditions locales, des promenades à dos de chameau et la visite des hauts-lieux de Baïkonour : « Je me suis promenée avec plaisir dans la ville, j’ai même pu nager dans la piscine que les cosmonautes utilisent pour reprendre des forces ». Ann-Mary a aussi pu visiter le pavillon de Youri Gagarine et d’autres endroits cruciaux pour les cosmonautes « au cœur de l’histoire russe des vols spatiaux », se rendre au marché local et faire connaissance avec des touristes d’autres pays qui faisaient partie du même groupe. Selon Ann-Mary « Bien sûr que cela vaut la peine de visiter Baïkonour ! »

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.