Les forces navales russes auront une base permanente en Syrie

Le porte-avions russe Admiral Kuznetsov dans la mer Méditerranée.

Le porte-avions russe Admiral Kuznetsov dans la mer Méditerranée.

AP
Le centre de ravitaillement matériel et technique de la Russie à Tartous (deuxième port de Syrie) sera modernisé pour devenir une base des forces navales du pays. Les experts militaires indiquent que le ministère russe de la Défense pourrait former en Méditerranée un détachement de bâtiments dotés de missiles de croisière Kalibr-NK avec à sa tête le porte-avions Amiral Kouznetsov.

Une base de la flotte russe sera mise en place à Tartous, a déclaré le 10 octobre le vice-ministre russe de la Défense, Nikolaï Pankov. Les spécialistes du ministère ont d’ores et déjà élaboré les documents appropriés et les soumettront prochainement au parlement en vue de leur ratification.

Que possède la Russie à Tartous

La ville côtière de Tartous abrite depuis les années 1980 un centre russe de ravitaillement matériel et technique qui a réussi à survivre par miracle à la chute de l’URSS.

« A l’époque, les ministres de la Défense réduisaient fébrilement la présence de la Russie à l’étranger. Au cours des vingt-cinq dernières années, nous avons perdu nos bases au Qatar et au Yémen. Mais Tartous a survécu par miracle », a déclaré à RBTH le général de corps d’armée à la retraite Leonid Ivachov, président de l’Académie des problèmes géopolitiques.

Aujourd’hui, le centre de ravitaillement matériel et technique en Syrie se présente comme un quai flottant de réparation qui ne peut effectuer que des travaux de base.

« Il ne s’agit que d’une assistance basique pour les navires qui effectuent une traversée en mer Méditerranée. Les équipages peuvent faire le plein de vivres et de munitions à Tartous et compter sur des réparations essentielles de leurs bâtiments », a-t-il expliqué.

Selon une source de RBTH au sein du secteur militaro-industriel de Russie, la base disposera désormais de quais pour l’amarrage permanent de navires, de casernes pour l’installation des militaires ainsi que de troupes de défense antiaérienne et d’unités de vigiles.

Le nombre des soldats qui assureront la défense de la base de Tartous n’est pas encore défini. Tout dépendra des tâches qui seront fixées par le commandement russe.

« L’objectif de la future base qui vient tout de suite à l’esprit est le stationnement en Méditerranée du porte-avions Amiral Kouznetsov avec des chasseurs Soukhoï Su-33 et MiG-29K/KOuB ainsi que des hélicoptères Kamov Ka-52K embarqués », a souligné l’observateur militaire du quotidien russe Izvestia, Dmitri Litovkine.

Il a fait remarquer que le déploiement d’un détachement des forces navales en Méditerranée pourrait prendre plusieurs semaines en l’absence de base.

« Désormais, des bâtiments dotés de missiles de croisière de classe Kalibr-NK pourront stationner en permanence au large des côtes syriennes et le déploiement de la flotte russe s’effectuera en quelques heures seulement », a-t-il précisé.

Renforcement du détachement russe

Après l’échec de la coopération russo-américaine en Syrie, Moscou a transféré dans le secteur des bombardiers Soukhoï Su-24 et Su-34. Des avions d’assaut Su-25 se préparent eux aussi à un redéploiement.

La semaine dernière, la Russie a déployé sur le théâtre syrien son système antiaérien S-300V4 Anteï-2500 (SA-23 Gladiator selon la classification de l’OTAN). Cette version du système est montée sur un véhicule à chenilles et destinée à protéger les troupes sur leurs positions. Le système est capable de détruire des missiles balistiques ennemis qui approchent de la cible à une vitesse de 2,5 km/sec à une distance pouvant aller jusqu’à 150 km.

Lire aussi :

Bombes et diplomatie : un an d'opération russe en Syrie

Qassem Soleimani, « l’architecte » iranien de l’opération russe en Syrie

Russie-États-Unis : un accord capable d’arrêter la guerre en Syrie ?

 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.