Deux théories sur le système de défense antiaérienne S-550

Maxim Blinov/Sputnik
Internet regorge de théories parfois fumeuses sur le but réel du système de défense antiaérienne S-550. Nous avons demandé à des experts militaires de fournir des hypothèses plus réalistes.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Le nouveau système de défense antiaérienne S-550 différera des précédentes versions S-400 et S-500 par une portée de détection et de ses missiles plus longue ainsi que par la capacité d'intercepter n'importe quelle cible, a déclaré le chef de la société Rostec, Sergueï Tchemezov, lors du salon aéronautique international Dubai Airshow.

Le lendemain de cette déclaration, la Russie a testé avec succès un missile capable de toucher des objets dans l'espace proche depuis la Terre et détruit un ancien satellite soviétique (cliquez ici pour découvrir les raisons pour lesquelles le ministère de la Défense a décidé de procéder à un tel test).  

Selon des experts militaires, le nouveau système S-550 a été utilisé à ces fins. Mais sa nature exacte et ses caractéristiques tactiques et techniques constituent encore un secret que le ministère russe de la Défense n'a pas divulgué.

Pour le moment, les experts militaires ont leurs propres théories sur ce qu'est le S-550.

Théorie N°1. Version mobile des missiles ensilés qui protègent Moscou

A-235 Noudol

Certains experts suggèrent que le S-550 est un élément supplémentaire du système de défense aérienne mobile S-500 Prométhée, la première machine mobile capable d'intercepter des missiles balistiques et hypersoniques dans l'espace.

« Le S-550 peut être considéré comme un élément supplémentaire du complexe Prométhée. Auparavant, l'armée avait déclaré que le S-500 abattrait à la fois des ogives nucléaires balistiques et des satellites en orbite. Apparemment, l'armée a décidé de séparer ces fonctions et d'abattre des cibles avec deux machines différentes afin d'augmenter la précision de l'engagement des cibles », a déclaré à Russia Beyond Dmitri Litovkine, rédacteur en chef du magazine Revue militaire indépendante.

Il pense que le S-550 est le développement d'un système de défense aérienne soviétique déjà existant appelé A-235 Noudol qui a été créé pour abattre des cibles en orbite basse.

« Le Noudol est un missile ensilé. Ce sont d'énormes fusées qui sont uniquement placées dans des silos autour de Moscou et peuvent éliminer des cibles nucléaires potentielles en orbite », a déclaré l'expert.

L'analyste considère que le S-550 pourrait être une version mobile de ces missiles précédemment placés en silo avec des caractéristiques avancées, qui rendent ces armes anciennes capables d'éliminer des cibles modernes dans l'espace.

Contrairement aux missiles S-500 standard, le Noudol mesure 20 mètres de long et pèse environ 33 tonnes, ce qui est comparable aux dimensions des missiles balistiques intercontinentaux. Ainsi, chaque lanceur armé d'une version moderne du missile Noudol ressemblera aux camions utilisés pour transporter les missiles intercontinentaux Iars.

La principale caractéristique d'un missile Noudol est qu'il atteint la vitesse de 5,5 kilomètres par seconde en seulement trois secondes - c'est le seuil hypersonique, qui assure son vol rapide vers la cible et rend le Noudol capable d'intercepter d'autres missiles volant à vitesse inférieure.

Lire aussi : Ce que l'on sait du nouveau système de défense antiaérienne russe S-550

Théorie N°2. Le S-550 est une version améliorée du système de défense aérienne S-500

Des exercices tactiques dans la région d’Astrakhan, dans le sud du pays

Ivan Konovalov, directeur du développement de la Fondation pour la promotion des technologies du XXe siècle, estime que le nouveau système de défense aérienne pourrait potentiellement avoir un objectif différent.

« La série S-550 a pu être armée de nouveaux missiles parfaitement adaptés afin d’abattre plusieurs cibles aériennes sur de longues distances », a déclaré Konovalov.

Selon lui, le S-500 pourrait être réaffecté pour frapper des cibles uniques sur 600 km de distance - projectiles balistiques et bombardiers stratégiques, tandis que le S-550 serait une meilleure solution contre une frappe massive de chasseurs, de missiles de croisière et hypersoniques.

« Le commandement militaire aurait pu décider de diviser davantage notre bouclier de défense aérienne en plusieurs systèmes contre toutes les cibles aériennes potentielles. Cela aurait pu être fait afin d'assurer et de renforcer la sécurité de nos frontières », a suggéré l'expert.

Les missiles pour S-550 pourraient obtenir des moteurs plus avancés, ce qui leur permettra d’accroître leurs capacités de combat.

Il pense également que le commandement militaire travaille peut-être sur une augmentation des paramètres de vitesse et d'altitude du complexe de missiles S-550. Les complexes pourraient également comprendre des systèmes informatiques avancés d'analyse des trajectoires des missiles ennemis, ce qui permettrait de neutraliser ces missiles dans des sections de leur trajectoire de vol où leur explosion ne causerait aucun préjudice aux forces et à la population russes.

Tous les experts militaires soulignent qu'il ne s'agit que de suppositions, car il n'y a pas de commentaires officiels sur les S-550 pour le moment. La nature exacte de ce système sera révélée dans les mois à venir.

Dans cette autre publication nous expliquons pourquoi le chasseur russe Checkmate est déjà convoité par les acheteurs 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies