Pourquoi les Russes ont-ils créé un jardin botanique dans l'Arctique?

Pouvez-vous imaginer un cactus dans l'Arctique? Mais c'est la réalité !

Pouvez-vous imaginer un cactus dans l'Arctique? Mais c'est la réalité !

Svetlana Serebrianskaïa, Tatiana Drougova/PABSI
Des figues, des agaves et même du café poussent au pied des montagnes enneigées du massif des Khibiny dans la région de Mourmansk. Et le tout sur le pergélisol.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Loin, très loin dans le nord de la Russie, là où règne le pergélisol et où l'hiver arrive fin septembre, se trouve l'un des instituts scientifiques les plus étonnants au monde - le Jardin botanique polaire-alpin. On y trouve une énorme variété de plantes locales et de vrais arbres et fleurs tropicaux. Comment ces plantes survivent-elles dans un climat aussi rigoureux ?

Le plus ancien jardin arctique

Il n'existe aujourd'hui que trois jardins botaniques dans le monde au-delà du cercle polaire arctique : les deux autres se trouvent en Norvège et en Islande, mais le russe est le plus ancien. L'institut-jardin botanique polaire-arctique (PABSI), situé à 7 km de la ville de Kirovsk dans la région de Mourmansk, a été inauguré le 26 août 1931 selon le projet du scientifique Nikolaï Avrorine. Ce dernier a longtemps participé à des expéditions scientifiques, collectant des échantillons de plantes dans différents pays (dans les années 1960, il a également aidé à organiser un jardin botanique à Iakoutsk, la plus grande ville sur le pergélisol) ; dans des articles, il a qualifié le jardin botanique sur les pentes des monts Khibiny d’« avant-poste nord de la botanique soviétique ». Les principaux centres d’intérêt du scientifique étaient la recherche de nouvelles plantes nordiques et l'acclimatation d'espèces inhabituelles pour ces latitudes.

Nikolaï Avrorine

Au départ, le projet semblait être une utopie, mais Avrorine a réussi à atteindre son objectif et il a reçu des fonds pour acheter des plantes dans le monde entier.

>>> Sept faits étonnants sur le Grand Nord russe

Le travail des botanistes s'est poursuivi même pendant la Grande Guerre patriotique : des plantes médicinales y étaient cultivées pour les soldats de l'Armée rouge, et ils ont également appris à extraire le glucose des lichens et ont même ouvert une petite production.

Balade dans les monts Khibiny

Le jardin botanique est conçu pour que le visiteur puisse se promener librement sur le territoire, en étudiant des plantes de différentes latitudes géographiques. En marchant le long du sentier écologique, vous pourrez vous familiariser avec l'étonnante variété de lichens, de mousses et de fleurs de l'Arctique - il s'avère qu'il en existe plus de 300 espèces ! Et vous pouvez également voir de vos propres yeux comment la toundra, la toundra forestière et la taïga se renouvellent : les plantes des monts Khibiny se caractérisent par un zonage, c'est-à-dire la présence de plantes de certaines espèces à telle ou telle hauteur. Plus on est haut, plus les plantes auxquelles nous sommes habitués sont bizarres - les troncs d'arbres sont courbés par les vents, quelques buissons s'accrochent désespérément au sol rocheux pour survivre.

Un bouleau tordu par les vents du nord. Cette photo a été prise à l'époque soviétique.

L'itinéraire commence sur les rives de la rivière Voudiavriok (en langue sami, ce nom signifie « rivière du lac de montagne »), longe le lac glaciaire et le versant de la montagne jusqu'à la plateforme d'observation, d'où s’offre une vue incroyable sur la ville.

Les zones séparées Altaï et Sibérie avec divers types de pins amenés à Kirovsk.

À quelques kilomètres du jardin de la ville d'Apatity se trouve l’arboretum de l'institut, où sont récoltées les plantes alpines.

>>> La recréation de l’écosystème des mammouths, clef de la lutte contre le réchauffement climatique?

Et en été, le territoire du jardin botanique (qui s’étend sur environ 1,6 hectare) est couvert de fleurs incroyablement belles apportées du monde entier. Les employés de l'institut s’occupent de la « domestication » des plantes de l'Arctique.

« Les habitants des villes de la région de Mourmansk font rarement attention au fait que certains des arbres, arbustes et plantes vivaces à la floraison magnifique qui les entourent ne se rencontrent pas dans l'environnement naturel de la région, ont déclaré les scientifiques. Nos parcs, squares et allées sont le résultat évident des nombreuses années de travail du PABSI sur le verdissement urbain. Presque toutes les espèces et variétés qui ont été plantées ici pendant l'URSS ont été amenées au jardin botanique de régions plus méridionales et ont été acclimatées pendant de longues années ».

De plus, les botanistes de Kirov sont constamment à la recherche de nouvelles espèces végétales, principalement dans les latitudes septentrionales - Carélie, Sibérie, Oural, Extrême-Orient.

Tropiques dans l'Arctique

De nombreuses plantes de cette serre sont cultivées depuis l'époque soviétique.

Dans le jardin botanique, vous pouvez vous retrouver dans des tropiques plus vrais que nature - les plantes exotiques de cette région poussent parfaitement dans les serres. Pouvez-vous imaginer quels efforts ont été nécessaires pour faire pousser des plantes habituées à la chaleur et au soleil dans l'Arctique ? Elles ont besoin de longues heures de clarté, pas d'une nuit polaire ; d'un sol fertile, pas de pergélisol, ainsi que d'une certaine température et d’une humidité déterminée.

À ce jour, on dénombre plus de sept cents échantillons de plantes apportées des pays chauds, qui sont plantées en fonction de leur zone climatique : africaine, américaine, méditerranéenne, asiatique… À Kirovsk poussent des agaves mexicaines, des fleurs crinoles africaines, des palmiers dattiers, de grandes fougères tropicales et des cactus. Et le caféier arabe donne vraiment des fruits !

Dans cet autre article, nous vous présentions dix endroits en Russie à mille lieues de toute civilisation mais époustouflants de beauté.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies