Le Top-4 des chars de l'armée russe

Vitaly V. Kuzmin/vitalykuzmin.net
Voici quelques-unes des machines les plus destructrices de l’armée russe, qui ont contribué à façonner l'histoire de la Russie et du monde.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

T-72BM

Le char le plus ancien en service est le T-72BM Oural. Le char a été adopté en 1973 et a encore du potentiel pour des améliorations futures.

Il s'agit du char de deuxième génération le plus produit : plus de 30 000 unités ont été construites à ce jour. De nombreuses modifications ont été réalisées pour les marchés tant russe qu’étrangers.

Ce qui différentie le T-72BM des autres modèles de deuxième génération, c'est le système de protection dynamique intégré Contact-5 qui peut abattre les projectiles ennemis volant vers la machine.

Le char dispose également d'un canon à âme lisse de 125 mm, qui lui permet de tirer des missiles guidés. Le moteur diesel multi-carburant en V d'une capacité de 840 ch permet au conducteur d'accélérer jusqu'à 60 km/h sur route et jusqu'à 35-45 km/h sur terrain accidenté.

>>> Pourquoi la Russie souhaite-t-elle fusionner les sociétés aéronautiques Soukhoï et MiG en une seule?

Actuellement, il y a environ 2 000 T-72BM et B3 en service, et 7 000 de plus dans les entrepôts.

T-80

Il s'agit du premier char au monde doté d'un moteur à turbine à gaz, souvent surnommé « hélicoptère » ou « chasseur » pour son sifflement caractéristique. De l'essence ordinaire, du kérosène et du diesel peuvent être utilisés comme carburant. En cas d'urgence, le mazout, le gaz naturel, le gaz à l’eau, l'alcool, le carburant des navires et même le charbon concassé peuvent faire l’affaire afin de l’alimenter.

Le moteur du T-80U produit 1 250 ch ; sa vitesse maximale sur route est de 70 km/h, tandis que sur terrain accidenté il atteint 45 km/h. Ce char a été créé par le passé afin de traverser toute l'Europe, car la probabilité d'une nouvelle guerre était très élevée. Et le moteur vous permettait de « manger » n'importe quoi et d'avancer constamment. Mais il avait aussi des inconvénients : la complexité technique de la réparation et la consommation de carburant. Le char ne pouvait être réparé qu'en usine et la consommation était d'environ 8 litres par kilomètre. En comparaison, le T-72 diesel ne consomme que 2 à 4 litres par km.

T-90A Vladimir

Le surnom « Vladimir » provint du nom du concepteur en chef du char. C'est ainsi que le gouvernement de la Fédération de Russie a honoré la mémoire de son créateur.

L'une de ses caractéristiques distinctives de la série T-90A est son système de guidage infrarouge et sa protection de nouvelle génération contre les systèmes de guidage laser.

>>> La Russie présente un nouveau char amphibie

Le T-90A est doté d'un moteur de 1 000 ch. Il n'est pas aussi vorace que celui qui équipe le T-80U, mais presque égal en vitesse.

En 2011, les achats de T-90 pour l'armée russe ont été interrompus afin de libérer des fonds pour le nouveau T-14 Armata. Pour cette raison, on a abandonné les modifications les plus récentes du T-90, qui disposent déjà d'une protection dynamique modulaire « Relic ».

Environ 400 T-90 sont actuellement en service, la plupart avec des modifications « A ». Il y en a en outre environ 200 dans les entrepôts.

T-14 Armata

La version de base du char T-14 est conçue pour être utilisée avec un canon de 125 mm. Cependant, selon le fabricant d'armes, ce véhicule de combat peut également être fourni avec un canon de 152 mm.

Le char T-14 est capable de tirer jusqu'à dix coups par minute et peut toucher des cibles à une distance allant jusqu'à sept kilomètres. À titre de comparaison, le char américain Abrams ne peut tirer que trois coups par minute et a une portée de 4 600 mètres seulement.

>>> «Monstre russe»: comment un char géant terrorisait les nazis

De plus, chaque nouveau char russe est équipé de son propre système radar, ce qui lui confère des avantages spécifiques en termes de visée et de contrôle de tir. Ainsi, le T-14 peut également frapper des avions et intercepter des roquettes et des missiles lancés par un ennemi.

Dans cette autre publication découvrez les meilleurs chars soviétiques de la Seconde Guerre mondiale.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies