Que sait-on du Checkmate, le nouveau chasseur de 5e génération russe rivalisant avec le F-35?

Sergueï Fadeïtchev/TASS
La Russie prévoit d’en vendre à partir de 2026 en Afrique, au Proche-Orient, en Amérique latine et dans des pays comme l’Inde ou le Vietnam.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Ce nouvel avion de chasse monomoteur léger de cinquième génération, nommé « Checkmate », a été dévoilé en Russie le 20 juillet 2021. Le conglomérat d’État russe Rostec a présenté un prototype de l’appareil lors du salon de l’aviation MAKS-2021 qui s’est tenu près de Moscou du 20 au 25 de ce mois. Jusqu’alors, le projet faisait l’objet du plus grand secret.

Le Checkmate est surtout destiné à être exporté sur les marchés du Proche-Orient, d’Amérique latine, d’Asie-pacifique et d’Afrique.

Le « rival » du F-35

L’avion est conceptualisé par Soukhoï, membre du consortium aéronautique russe « OAK » (sigle pour « compagnie aéronautique unifiée ») possédé par Rostec. On raconte que le Checkmate est basé sur la technologie utilisée pour créer l’un des chasseurs russes les plus avancés, le Su-57.

« Le Checkmate a été créé sur la base des connaissances scientifiques et techniques acquises lors de la création de la cinquième génération du Soukhoï Su-57, mais également à l’aide de super-ordinateurs », déclare Mikhaïl Strelets, concepteur en chef de l’avion de chasse.

En comparaison avec le bimoteur Su-57, le Checkmate entre dans la catégorie des avions de chasse monomoteurs légers, tout comme le F-35 américain ou le Saab JAS 39 Gripen suédois.

>>> Quelles modifications attendent le chasseur russe Su-30SM?

Les concepteurs du Checkmate déclarent que son principal avantage sur son rival américain F-35 se trouve dans ses coûts d’exploitation et de maintenance réduits.

« Ce coût sera six à sept fois plus bas que celui du F-35, et sera comparable à celui du Gripen », déclaraient les designers au média RBC.

Une heure de vol sur le F-35 coûte environ 28 000€, tandis que l’avion de chasse russe ne devrait consommer qu’un peu plus de 4 000€ pour ce même temps. Le Checkmate devient donc une alternative intéressante pour les pays qui désirent moderniser leur flotte avec les avions de chasse dernier cri tout en faisant des économies.

Le Checkmate devrait également coûter beaucoup moins cher à l’achat, en comparaison avec le prix de vente du F-35, d’environ 68 millions d’euros par unité.

« C’est un chasseur léger de cinquième génération. Ses équivalents étrangers sont le F-35 américain, le Gripen suédois et le Rafale français. Nous sommes les seuls à nous être fixés comme objectif de livrer un avion à la fois très accessible et très efficace. Le prix final sera, je l’espère, quelque part entre 25 et 30 millions de dollars [21 et 25 millions d’euros, ndlr], tandis que le prix [des alternatives étrangères] aux Checkmate se situe environ entre 60 et 90 millions de dollars [50 et 75 millions d’euros] », déclarait Sergueï Tchemezov, directeur de Rostec, au salon de l’aviation MAKS-2021.

« Si l’on prend en considération les caractéristiques de vol sérieuses de cette machine, ainsi que ses larges capacités de frappe et de reconnaissances et sa faible visibilité radar, nous pouvons espérer que notre chasseur sera un sérieux compétiteur aux avions de chasse monomoteurs légers occidentaux », ajoutait Dmitri Chougaïev, directeur du Service Fédéral pour la coopération militaro-technique.

Selon Iouri Borissov, vice-premier ministre russe, un gros client, anonyme, aurait déjà passé une commande importante pour le Checkmate. Bien qu’il ne l’ait pas nommé, il a affirmé qu’il s’agissait d’une armée de l’air d’un autre pays.

Le calendrier d’exportations du Checkmate semble s’étendre sur quatre ans : les officiels déclarent en effet que les premiers tests seront menés dans deux ans, en 2023, puis, un peu plus tard, l’entreprise sera prête à lancer la production de masse et à exporter ses nouveaux chasseurs.

L’armement du Checkmate

Une fois prêt, le Checkmate sera utilisé pour atteindre des cibles se trouvant dans les airs comme à terre. L’armement maximum du chasseur serait de 7,4 tonnes. Sans réservoir de carburant supplémentaire, sa distance de vol maximale est de 2 900 km.

Selon le site internet de l’entreprise, l’avion de combat peut transporter jusqu’à cinq missiles air-air pour détecter et détruire des chasseurs de cinquième génération ennemis, à longue comme courte portée. Le chasseur peut en outre être équipé de canons destinés à détruire des cibles au sol.

Dans l’ensemble, il est caractérisé par sa faible visibilité radar et son système amélioré de détection passive à large portée.

Le système de soutien logistique automatisé du Checkmate, baptisé Matriochka, a été développé à partir de rien. Il a été conçu pour réduire le coût et augmenter l’efficacité du service après-vente, en utilisant une technologie d’analyse prédictive permettant de prévoir à l'avance toutes les mesures de maintenance nécessaires pour chaque avion de la flotte.

>>> Pourquoi l'OTAN redoute les chasseurs Sukhoi

L’un des principaux avantages compétitifs du Checkmate est la possibilité de le personnaliser selon les clients. En outre, OAK travaille sur une version automatique ne nécessitant pas de pilote, basée sur le prototype du Checkmate.

Dans cet autre article, nous vous présentions les trois plus grosses ventes d'armes russes du XXIe siècle.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies