En images: ces engins qui combattaient la saleté dans les rues de l’URSS

Anatoli Garanin/Sputnik
Découvrez dans ces photos d’époque à quoi ressemblaient les camions chargés du nettoyage des rues en URSS.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

La tâche consistant à maintenir l’ordre et la propreté dans les rues et les espaces publics de l’Union soviétique incombait aux services communaux, qui utilisaient des véhicules auxquels les Russes donnaient souvent des surnoms amusants (pas vraiment traduisibles en français !) en raison de leur apparence.

Les « armements » anti-saleté étaient généralement installés sur un simple châssis de camion.

L'un des premiers camions de ce type était le PU-2, basé sur le camion GAZ-AA. C'est ce véhicule qui a jeté les bases de la grande famille de camions de nettoyage communal Sovit qui a suivi.

Il était également utilisé pour déneiger en hiver.

Les premiers PU-2 avaient de grandes brosses à l'arrière, et quelques brosses plus petites qui dépassaient sur les côtés. Mais cette structure avait ses inconvénients : les camions finissaient par être trop lourds et donc difficiles à manœuvrer. En 1938, ils ont été remplacés par le PU-5.

Des brosses de taille identique ont permis aux constructeurs de réduire le poids du véhicule, tout en augmentant la vitesse et la maniabilité.

En 1946, après un an de travail, l’URSS réussit à produire environ 40 nouveaux véhicules PU-7.

Pendant ce temps, en 1936, les véhicules d’arrosage PM-4, basés sur le châssis du camion YAG-4, étaient apparus.

Une citerne d'eau était placée sur le dessus du camion, en plus de quatre canons - deux à l'avant et deux sur les côtés.

On pouvait voir les PM-4 nettoyer la ceinture des Jardins ceignant le centre-ville de Moscou après la marche des Allemands vaincus le 17 juillet 1944.

Peu à peu, une version améliorée de ces canons est apparue, ce qui a rendu le flux d'eau plus uniforme.

Pendant l'hiver, les PM-4 étaient adaptés en tant que véhicules de déblayage de la neige.

Le nouvel arroseur PM-6 était basé sur le camion ZIS-5, apparu dans les rues de Moscou en 1945. Il comportait une citerne rectangulaire avec une pompe à eau et trois canons.

Pendant ce temps, à Leningrad (aujourd'hui Saint-Pétersbourg), on utilisait ceci.

L'arroseur PU-20, basé sur le camion GAZ-51, est apparu dans les années 1950.

Cette voiture nettoyait les rues avec ses cinq buses et trois brosses - deux sur les côtés et une à l'arrière. Ils roulaient à 9-20 km/h en moyenne, avec une vitesse maximale de 40 km/h.

Vint ensuite le PU-53 dans les années 1960, qui pouvait être monté sur un camion GAZ-52-02.

Le PU-53 comportait un système de brosse hydraulique et deux conteneurs de ramassage des déchets interchangeables.

Ce camion jaune était un véritable « aspirateur sur roues ». Le VPM-53 était équipé de brosses contenant un manchon d'aspiration, d’où son surnom.

Le MP-10 est apparu dans les années 1950. Il comportait deux canons à eau sur son pare-chocs avant et un sur le côté.

Dans les années 1970, une nouvelle génération de camions d'arrosage est apparue. Ils étaient basés sur le ZIL-130 et nommés PM-130. Ils avaient un aspect plus moderne et jouissaient d’une maniabilité accrue.

À la fin des années 1970/début des années 1980, les villes ont vu apparaître les KO-304, KO-309, KO-002.

Quant aux camions utilisés aujourd'hui en Russie, ils ressemblent à ceci.

Dans cet autre article, découvrez des concept cars soviétiques qui auraient pu faire un carton 

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies