Un vaccin anti-Covid-19 pour les animaux en cours de test en Russie

Pixabay

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Rosselkhoznadzor, service fédéral de surveillance vétérinaire et phytosanitaire de Russie, a mené à bien la phase préclinique de test d’un vaccin contre la Covid-19 destiné aux animaux, informe le journal Veterinaria i Jizn, s’appuyant sur les propos d’Ilia Tchvala, directeur adjoint en charge des travaux de recherche scientifique du centre de protection de la santé animale auprès de cette institution. 

« Nous avons achevé l’étape des tests précliniques. Les essais préalables ont été menés sur des mustélidés [tels que les belettes, hermines, etc]. Nous avons choisi la variante la plus optimale et efficace du vaccin », a déclaré ce dernier, précisant qu’aucun effet secondaire et aucune complication n’avait été décelé.

À noter que, comme pour les vaccins destinés aux humains, celui-ci est inoculé en deux étapes : une première dose est injectée, à laquelle suit une seconde, 21 jours plus tard, délai nécessaire pour que l’organisme des animaux développe une immunité maximale.

Suite au succès de ces premiers essais, les chercheurs ont pu entamer la deuxième étape, à plus grande échelle.

>>> Ces chiens mignons détecteront le coronavirus dans les aéroports de Moscou

« Des tests sont menés sur des chiens, des chats. Prochainement, nous débuterons des essais élargis sur des visons, sur la base de fermes à fourrure », a à ce propos précisé Tchvala.

Le développement d’un vaccin pour animaux s’avère en réalité crucial pour ces derniers élevages, les visons étant sensibles à l’actuel coronavirus et aptes à se contaminer les uns les autres, mais aussi à transmettre la maladie à l’homme. Ainsi, cette semaine, le Danemark a annoncé l’abattage prochain de l’ensemble des visons élevés sur son territoire, soit entre 15 et 17 millions d’animaux, suite à l’infection de 12 personnes par leur intermédiaire.

La possibilité de transmission du virus aux chiens et félins (lions, tigres et chats) a également été confirmée par l’Organisation mondiale de la santé animale, bien que celle-ci souligne que « ces infections ne sont pas un moteur de la pandémie de Covid-19 ; la pandémie est due à la transmission d'humain à humain ».

Dans cet autre article, nous vous annoncions la mise en production du deuxième vaccin russe anti-Covid-19, l’EpiVacCorona.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies