Des surfeurs irlandais découvrent une capsule temporelle russe venue de l’Arctique

Le brise-glace « 50 Let Pobedy »

Le brise-glace « 50 Let Pobedy »

Christopher.Michel/Visual Hunt

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

C’est avec étonnement que les surfeurs irlandais Sophie Curran et Conor Mclory ont découvert sur une plage du comté de Donegal, dans le Nord de l’« Île d’émeraude », un étrange objet portant des inscriptions en russe, rapporte l’Irish Post.

Pensant initialement qu’il s’agissait peut-être d’une bombe, ils en ont alors envoyé une photographie à un ami russe, qui leur a finalement expliqué qu’il y était indiqué « capsule temporelle ». L’ouvrant, les jeunes Irlandais ont alors pu en extraire une multitude de photographies, de lettres, de menus ou encore de journaux de bord enfermés à l’intérieur par l’équipage du légendaire brise-glace nucléaire russe « 50 Let Pobedy ».

Une lettre, rédigée en anglais, comportait les contacts d’une certaine Sveta (diminutif de Svetlana), grâce auxquels Sophie et Conor ont pu contacter cette femme, qui s’avère aujourd’hui bloggeuse sur Instagram. Cette dernière informée, elle s’est dite « choquée » de la rapidité avec laquelle la capsule avait été retrouvée.

En effet, si certains documents préservés dans ce conteneur hermétique dataient d’une expédition polaire menée dans les années 90, ce n’est qu’en 2018 que la capsule a été placée dans un bloc de glace du pôle Nord. Cette trouvaille, effectuée seulement deux ans plus tard et à plus de 4 000 kilomètres de distance, souligne donc l’état préoccupant des glaces arctiques et de la rapidité de leur fonte.

« L’équipe pensait que la capsule serait trouvée dans 30 ou 50 ans, ils pensaient que la fonte de la glace prendrait plus de temps », a déclaré Sophie.

Dans un registre plus léger, la jeune femme a confié qu’une fois les documents traduits, ils les confieraient à un musée ou à un bar, mais conserveraient toutefois quelques dessous de verres en guise de souvenirs. Une rencontre est par ailleurs envisagée en Irlande avec Svetlana.

Dans cet autre article, nous vous expliquons comment des scientifiques soviétiques ont dérivé 274 jours sur un iceberg.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies