En images: un ours des cavernes en parfait état découvert pour la première fois en Russie

Université fédérale du Nord-Est
Auparavant, seuls des crânes et des os avaient été retrouvés lors de fouilles. Or, même le museau de ce spécimen a été conservé.

Russia Beyond désormais sur Telegram ! Pour recevoir nos articles directement sur votre appareil mobile, abonnez-vous gratuitement sur https://t.me/russiabeyond_fr

Des éleveurs de rennes sur l'île de la Grande Liakhov (archipel de Nouvelle-Sibérie, dans l’océan Arctique, administrativement rattaché à la Iakoutie) ont trouvé pour la première fois de l'histoire le corps entièrement préservé d'un ours des cavernes, apprend-on sur le site de l'Université fédérale du Nord-Est.

« Jusqu’à aujourd’hui, c'est la première et unique trouvaille de ce genre – une carcasse d'ours entière avec des tissus mous. Elle est complètement préservée, tous les organes internes sont en place. Vous pouvez voir sur la photo que l'ours a même conservé son museau. Auparavant, on ne trouvait que des crânes et des os », explique Elena Grigorieva, chef du laboratoire de paléontologie moléculaire de l'université.

L'ours des cavernes est une espèce préhistorique qui a peuplé l'Eurasie au milieu et à la fin du Pléistocène (une ère qui a commencé il y a 2,58 millions d'années et s'est terminée il y a 11 700 ans) et qui s'est éteinte il y a environ 15 000 ans. Selon des données préliminaires, l'ours aurait pu vivre il y a entre 22 000 et 39 500 ans, rapporte le Siberian Times. Les scientifiques ne peuvent toutefois pas encore confirmer l'âge exact de l’animal, indique le site de l'université.

L'ours trouvé sera étudié par les chercheurs des laboratoires du Musée du mammouth et de Paléontologie moléculaire de l'Université fédérale du Nord-Est, en collaboration avec des homologues étrangers.

« Nous allons étudier la carcasse de l'ours en utilisant toutes les méthodes modernes de recherche scientifique – génético-moléculaire, cellulaire, microbiologique et autres », a déclaré Grigorieva.

Selon elle, les recherches seront d’une ampleur aussi importante que l'étude du mammouth femelle, qui avait été découvert en 2012 sur l’île de la Petite Liakhov, du même archipel. Les scientifiques avaient alors pu déterminer que l’animal avait environ 29 000 ans, qu'il avait eu neuf petits et que l'un d'eux était mort peu après sa naissance. La femelle mammouth était décédée à l'âge de 67 ans (l’espérance de vie moyenne des mammouths étant de 60-65 ans) – elle était tombée dans une crevasse, ce qui avait endommagé ses os et l’avait empêchée d’en sortir.

Dans cet autre article, nous vous présentons les dinosaures qui peuplaient autrefois l’actuelle Russie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies