Malgré les avertissements, les Russes continuent d’affluer vers les toxiques «Maldives de Sibérie»

Irina Kissileva
Les autorités ne laissent officiellement plus la population s’en approcher, pourtant, toujours plus de photographies le présentant apparaissent sur Instagram.

La semaine dernière, cette décharge à cendres a attiré l’attention des médias du monde entier après que des habitants des environs de Novossibirsk, en Sibérie, ont massivement publié sur les réseaux sociaux des selfies dans un décor ressemblant fortement au célèbre et très prisé archipel de l’océan Indien.

La centrale hydroélectrique propriétaire de cette « construction hydrotechnique » (il ne s’agit en effet aucunement d’un lac) s’est empressée d’expliquer la nature de la couleur turquoise des eaux : elle serait le résultat de la faible profondeur (1-2 mètres) et de la présence de sels, de calcium et de divers métaux oxydés.

La Siberian Energy Company a également déconseillé à la population de nager dans ces eaux, puisque « tout contact avec la peau pourrait entraîner une forte réaction allergique en raison de la teneur en minéraux ».

Lire aussi : Petite histoire du Baïkal au travers de photographies d'archives, comme si vous y étiez

Mais pourquoi s’en faire, alors qu’il est possible d’y réaliser un superbe selfie avec, en toile de fond, les « Maldives de Sibérie », pas vrai ?

Ainsi, suite à la promotion « involontaire » du lac, de nombreuses personnes ayant appris son existence ont décidé de s’y rendre pour, elles aussi, immortaliser leur portrait dans cet environnement à l’allure paradisiaque. La direction du site industriel a donc eu à établir un poste de sécurité fonctionnant en continu afin d’empêcher les curieux de s’en approcher. Jusqu’à présent, près de 2 000 individus désireux de le voir ont ainsi d’ores et déjà été refoulés.

Toutefois, les Russes ne seraient pas Russes si un simple poste de sécurité était en mesure de les arrêter. Aussi, de multiples clichés continuent à être mis en ligne sur Instagram, et en voici certains des meilleurs.

Pour en savoir plus sur ce lieu, retrouvez ici notre premier article à son sujet.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies