Imprimer en 3D des pièces pour locomotives, le pari d’une jeune société moscovite

Konstantin Chalabov/Sputnik

À Moscou, a récemment vu le jour un site de production, en impression 3D, de pièces pour locomotives et entreprises de construction de transports, dévoile l’agence TASS, informée par la compagnie 2050.digital, à l’origine de ce projet. Or, il s’agit là d’une première nationale.

« Notre compagnie aspire à devenir le principal fabricant sur le marché de l’impression 3D, l’objectif clef de 2050.AT [filiale de la société en charge de ce projet] est de créer la première plateforme numérique nationale d’impression tridimensionnelle avec son propre catalogue de modèles 3D », a ainsi précisé Igor Bevziouk, directeur général de la compagnie.

>>> Où les confortables wagons du Moscou-Paris sont-ils fabriqués?

Ayant élu domicile au sein de l’emblématique usine moscovite Kristall, qui produisait autrefois de la vodka, elle compte d’ores et déjà neuf imprimantes 3D, un nombre qui devrait toutefois se porter à 40-50 au cours de ce premier semestre 2019. Y seront par conséquent produits boutons, poignées, supports de fixation, et bien d’autres éléments à destinations des locomotives.

« À la demande de la direction de l’Usine de construction de wagons de Tver, nous avons, avec notre partenaire, la compagnie Additive Solutions [fabricant russe d’imprimantes 3D], imprimé à base d’acier inoxydable notre premier élément en métal, l’armature d’une pompe voltaïque. C’est pour nous une expérience inestimable et une avancée dans le développement de notre base de production et de nos compétences », s’enthousiasme Dmitri Kirianov, dirigeant de 2050.AT.

Dans cet autre article, nous vous expliquons où les trains de Russie finissent leur vie.

Dans le cadre d'une utilisation des contenus de Russia Beyond, la mention des sources est obligatoire.

Plus d'histoires et de vidéos passionnantes sur la page Facebook de Russia Beyond.
À ne pas manquer

Ce site utilise des cookies. Cliquez ici pour en savoir plus.

Accepter les cookies